Par Michel Morin
1 Introduction, pourquoi ai-je publié cet exposé?
2 Critères bibliques pour être un «ange / messager de Dieu»
3 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur l'arbre de la connaissance du bien et du mal
4 L'appel aux «vainqueurs» de l'arbre de la connaissance du bien et du mal
5 Le protocole des noces de l'Agneau
6 Exposé sur le mystère de l'iniquité
7 William Branham et «son message», avant le retour de Christ
8 Réfutation de l'enseignement de William Branham sur l'évolution progressive de la nouvelle naissance
Réfutation de l'interprétation de William Branham sur l'enlèvement et les tribulations
10 Réfutation de l'enseignement de William Branham sur les 70 semaines de Daniel
11 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur le rôle de la nation littérale d'Israël dans les prophéties bibliques
12 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur l'unité de Dieu et sur la divinité
13 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur le serpent ancien
14 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur les 144,000 d'Apocalypse 7:4, 14:1 et 14:3
15 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur la marque de la bête
16 Réfutation de la prétention de William Branham déclarant que son message a «réglé les points en suspens»
17 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église d'Éphèse «Paul»
18 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Smyrne «Irénée de Lyon»
19 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Pergame, «Martin de Tours»
20 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Thyatire, «Colomba d'Iona»
21 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Sardes «Martin Luther»
22 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Philadelphie, «John Wesley»
23 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Laodicée «William Branham»
24 Réfutation de l'enseignement et de l'interprétation sur les 7 sceaux et les 7 tonnerres par William Branham
25 Réfutation de l'enseignement et de l'interprétation sur les 7 trompettes par William Branham
26 Clarence Larkin, sa publication de 1918
27 À propos de «Voice of God Recordings»
28 Lettre ouverte de Sarah Branham aux croyants (du Message) datée de 1989



Note: Les liens sont soulignés en bleu     (Les liens indiqués avec   s'ouvrent dans une fenêtre extérieure)

Préambule et textes d'introduction
#01) Introduction. Pourquoi ai-je publié cet exposé?
#02) L'intégrité de la Parole de Dieu dans l'évangile de grâce est liée à celle de l'Esprit de Christ
#03) L'exactitude et la précision parfaite des radiofréquences entre «émetteur et récepteur»
#04) La loi universelle des types de semences
#05) The «meeting of the minds» ou «la rencontre des esprits»
#06) Le but de l'adversaire était de fausser l'interprétation des clauses, termes et conditions de la Nouvelle Alliance
#07) 1954, l'Église aurait pu vivre un grand réveil! Mais l'étincelle fut éteinte avant même d'avoir pu mettre le feu
#08) L'enseignement des «sept âges de l'Église» est une doctrine fondamentale du «Message des temps de la fin»

Introduction à l'étude des Écritures
#09) Les mots racine dans la langue hébraïque
#10) La Bible n'est pas «la parole de Dieu», mais «la parole de Dieu est dans la Bible»

Exposé sur l'enlèvement et la grande tribulation
William Branham, sa pensée personnelle, celle qu'il a confondue avec la pensée de Christ
William Branham s'est identifié lui-même au «messager du septième âge» de l'Église
Est-ce que William Branham croyait qu'il était le septième «ange/messager» de l'Église de Laodicée?
William Branham se croyait inspiré dans tout ce qu'il disait. Prenons l'exemple de Martin Luther

- Parenthèse sur l'enseignement dispensationaliste à propos des 144,000 juifs d'Israël -
Novembre 1947, la table de la nourriture des «7 âges de l'Église» était déjà mise
La «soixante-dixième semaine de Daniel» - Comparaison entre Scofield, Larkin et Branham
1963: Mise à jour importante de sa version des «soixante-dix semaines de Daniel»

 


William Branham s'est attribué un rôle qui ne lui appartenait pas
Les propres mots de William Branham «en les lisant, ça m'éclaire beaucoup»
Conclusion : William Branham n'a jamais ouvert le moindre sceau, ni révélé aucun «tonnerre», tout est faux

Que signifie, «se tenir dans la présence de Dieu» et l'appel des vainqueurs
Quelle est la signification originale du mot «devant»?
Que signifie «se tenir devant Dieu»? ou «être dans la présence de Dieu»?
Les 7 «anges/messagers» des 7 Églises, partagent exactement les mêmes caractéristiques spirituelles
Les 7 «anges/messagers» sont tous réunis, et se tiennent «devant Dieu», tous en même temps
Le seul et unique Protocole Divin qui permet à quelqu'un de se tenir dans la présence de Dieu

 


#01)
Note: Les liens sont soulignés en bleu     (Les liens indiqués avec s'ouvrent dans une fenêtre extérieure)

Plusieurs avant moi, ont réfuté et discrédité les enseignements de William Branham
Question: Pourquoi le «Message» de William Branham est-il protégé malgré l'opposition qu'il rencontre?
Réponse: parce que cet esprit ne peut être vaincu que par Christ
Cliquez pour agrandir

La raison pourquoi j'ai publié cet exposé, est que j'ai été littéralement «poussé à le faire» et si ce n'est pas moi qui l'aurait fait, le Seigneur aurait choisit quelqu'un d'autre! C'est la déclaration de guerre du Seigneur, pas la mienne! C'est Sa guerre telle que prophétisée dans Apocalypse 12:7! Si vous croyez que le Seigneur revient, commencez d'abord par identifier son Esprit et ceux qui en sont inspirés! Maintenant, comprenez-moi bien: ce site Internet a été créé dans le but précis d'examiner soigneusement tous les critères requis selon la Parole de Dieu pour qu'une personne soit spirituellement qualifiée devant le Seigneur, pour être un «ange» ou un «messager» du Seigneur. Je suis persuadé que l'errance dans le «désert» a maintenant assez duré, et qu'il est plus que temps de remettre les pendules à l'heure!

Plusieurs avant moi, ont réfuté et discrédité les enseignements de William Branham, et il suffit de chercher un peu sur Internet pour constater un grand nombre de sites bien documentés pour se rendre compte que William Branham est largement contesté, et assurément le plus connu est sans doute le site Internet http://en.believethesign.com/.

Il est relativement facile de trouver des sites pro-Branham ou «pro-message» dédiés à la défense des enseignements de William Branham. Ces sites Internet existent en abondance sur le net, tels que http://www.churchages.net , https://defendingwilliambranham.com, https://presenttruthmn.com/, https://www.fachurch.org/, pour ne mentionner que ceux-là. Ces sites s'efforcent de réfuter tous ceux qui discréditent les enseignements de William Branham et répètent tout ce qui est enseigné dans les sermons de William Branham, écrits ou audio, pour entretenir le «Message des temps de la fin». Néanmoins la tendance actuelle des «protecteurs du «Message» est l'adoption de la «révélation progressive de William Branham», qui consiste à accorder un caractère «plus inspiré» aux prédications et enseignements des dernières années, ce qui signifie que ce qu'a déclaré William Branham après 1963 est plus près de la vérité que ce qu'il a affirmé dans les années 50s, car la rhétorique de William Branham a vraisemblablement évolué au cours des dernières années de ses prédications .

En ce qui concerne les sites web réfutant les enseignements de William Branham, la majorité de ceux qui ont tenté de convaincre leurs lecteurs, qu'ils avaient raison et que William Branham avait tort, n'ont jamais offert plus que leurs propres opinions ou convictions, et n'ont rien apporté de plus que ce qui est déjà connu et enseigné. Des auteurs baptistes, évangéliques, pentecôtistes ou autre, ont voulu défendre leurs crédos et doctrines ou ce que leur propre église enseignait, mais personne n'a apporté plus que ce qui était enseigné à l'époque de William Branham.

Pour ma part, j'ai compris que s'il fallait réfuter William Branham, c'était plutôt pour démolir ce qui empêche les frères et sœurs d'aller plus loin dans leur expérience avec Christ et d'offrir une vraie lumière sur les mystères de Dieu. Comme le Royaume de Dieu ne peut être divisé contre lui-même, et qu'il en est ainsi pour le royaume de l'adversaire, c'est ici que plusieurs qui suivent les enseignements de William Branham vont probablement s'interroger comment il est possible de réfuter «leur prophète» et en même temps insister sur l'efficacité du sacrifice et du sang de Jésus qui nous accorde le privilège de nous tenir dans la Présence de notre Père céleste en Esprit. 

Non seulement, je m'applique à réfuter les enseignements erronés de William Branham, mais mon témoignage est également un «appel» aux vrais vainqueurs spirituels, bref, une «trompette» qui leur confirme que le temps est maintenant venu de restaurer ce qui a été perdu depuis si longtemps. Si l'Église endormie ne se réveille pas maintenant, je crains que les temps à venir seront tellement préjudiciables à la diffusion de l'Évangile apostolique qu'il faudra une intervention divine pour que le reste de l'Israël spirituel soit sauvé.

Mes lecteurs observeront que je ne suis peut-être pas «politiquement correct» avec William Branham et ses enseignements, mais je leur ferai remarquer que Jésus ne l'a jamais été non plus avec les scribes et les pharisiens et sadducéens de son époque ni avec leurs points de vue sur les prophéties concernant la venue du messie. Il n'a pas craint de les traiter de menteurs et d'hypocrites et de fils du diable. Et de toutes façons, pourquoi les aurait-il craints?

Tous les chapitres de du site Internet « lalumieredusoir.ca » n'ont pour but que de prouver William Branham s'est aventuré là où il n'aurait jamais dû aller, et qu'il a interprété les prophéties et les Écritures de telle sorte, qu'à moins d'attaquer de front ses propres interprétations par la Parole de Dieu, beaucoup de frères et de sœurs ne connaîtront jamais la vérité sur la majorité des mystères bibliques. Les enseignements de William Branham se sont élevés si haut, se plaçant en autorité sur la montagne de Dieu, que maintenant ils ne peuvent qu'être précipités là d'où ils sont sortis. Vous remarquerez sans doute qu'il y a plusieurs textes qui sont des répétitions, mais je préfère me répéter inlassablement pour être bien certain que j'ai utilisé toutes les variantes et les illustrations possibles pour vous faire comprendre ce que j'ai publié.

Si vous avez déjà parcouru d'autres chapitres parmi mes publications, vous avez certainement observé que je vous ai clairement indiqué que personne ne peut prétendre se tenir dans la présence de Dieu, peut importe qu'il soit un moine, un prêtre ou un évêque Catholique du moyen âge, tel Irénée de Lyon, Martin de Tours ou un moine/évangéliste comme Colomba d'Iona, ou un réformateur comme Martin Luther,  ou même un grand prédicateur comme John Wesley, à moins de comprendre Qui est le Seigneur, et Qui est Son Dieu. Pour cela, il faut être né de nouveau.

Sachez également qu'aucun trinitaire, même s'il a été désigné par William Branham en tant «qu'ange/étoile/messager»  ne peut se tenir dans la présence de Dieu, car c'est un non-sens de prétendre «se tenir dans la présence de Dieu» en Esprit, alors qu'un trinitaire ne sait même pas Qui est notre Dieu et n'est pas en mesure d'identifier correctement à quel esprit il s'adresse.  Seuls ceux qui sont revêtus de la robe blanche symbolique de l'Agneau et qui connaissent leur Dieu et leur Seigneur ont accès au Saint des Saints en Esprit.

Bien que je ne reconnaisse aucune autorité de William Branham dans ses enseignements sur la Parole de Dieu, néanmoins je partage entièrement sa déclaration alors qu'il avait affirmé que le trinitarisme était du diable. Sauf que William Branham n'a pas été conséquent dans son raisonnement. Si tous ceux qui rendent un culte au trinitarisme sont littéralement inspirés du diable comme William Branham l'a affirmé, ce dernier aurait du savoir que les personnages qu'il a choisis en tant «qu'anges/étoiles/messagers» dans son «exposé des 7 âges de l'Église» étaient tous trinitaires (sauf l'apôtre Paul) et puisqu'il est écrit que «Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement», alors tous ceux qui ont endossé et enseigné le trinitarisme, étaient également inspirés du diable, hier, aujourd'hui et éternellement. Je ne vois pas comment un «ange/étoile/messager» pourrait être inspiré du diable et être rempli du Saint -Esprit en même temps, ce qui serait un non-sens. Disons que l'expression «remplis de l'Esprit» de William Branham était très «flexible» dans un sens vraiment large, pouvant accommoder à peu près n'importe qui.

 « (97) Le Saint-Esprit dont Paul fut rempli et qui lui fit faire les choses qu’il a faites est le même Saint-Esprit qui remplira celui-ci (Irénée), Martin, et tous les autres. Il les remplit complètement, et Il nous remplira complètement, vous et moi.» L'Âge de l’Église de Sardes 60-1209

« Et nous avons vu qu’il (Martin) était un saint rempli du Saint-Esprit, saint Irénée et tous les autres, et—et saint Colomba, et tous ces hommes remplis de l’Esprit. » - William Branham -Prédication La soixante-dixième semaine de Daniel 61-0806

Exposé des Sept Âges, Âge de Sardes, citation chapitre 3 page 76 : "Ces sept messagers font connaître Dieu au peuple ... Ils parlent et agissent sur Son autorité, il se tient derrière eux avec toute la puissance de la Divinité (...) Les voici donc, remplis du Saint-Esprit et de foi, enflammés du feu de Dieu, ils brandissent la Parole de vérité, et Lui se tient là pour les appuyer. - William Branham -


Cliquez pour agrandir

Cette étude vise expressément la crédibilité de l'enseignement et la doctrine dispensationaliste «de l'Exposé des «sept dispensations» ou 7 âges de l'Église» ainsi que celle de la «révélation progressive» sur laquelle repose l'enseignement des Sept Âges de l'Église, tel que prêché par William Branham. Ce site n'est pas une attaque sur le don de guérison de William Branham, car seul Dieu a le pouvoir de guérir et ceux qui chassent des démons en Son Nom ne peuvent se glorifier de quoi que ce soit devant Lui. Au «Jour du Seigneur» plusieurs diront au Seigneur: «n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?» et le Seigneur ne les contredira pas sur leurs dons de chasser des démons ou de faire des miracles en Son Nom, mais il leur dira simplement qu'Il ne les a jamais connus....

«Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son fils fût le premier-né entre plusieurs frères (et sœurs).» Romains 8:29

Ici je désire souligner l'importance et la profondeur des mots utilisés par l'apôtre Paul dans l'expression «semblables à l'image de son fils afin que son fils fût le premier-né entre plusieurs frères». Car voyez-vous, Jésus est leur frère ainé, le premier-né de la famille humaine de Dieu. Par son sacrifice expiatoire et son sang versé, ceux qui sont crucifiés en lui, sont restaurés à égalité avec lui, devant leur Père Céleste. Ils sont restaurés «image/copie conforme», sanctifiés et rendus parfaits de la même sainteté et perfection que Jésus lui-même.

«Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul. C'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler frères Hébreux 2:11

Et pourtant, ce n'est pas du tout ce qu'enseigne William Branham, quand il essaie de vous faire croire que des personnages historiques, endossant des préceptes et des doctrines humaines, se sont supposément qualifiés par leurs œuvres et leur témoignage pour être des «vainqueurs» et des modèles pour accomplir des ministères «d'anges/messagers» auprès de leurs assemblées respectives!

Vous l'aurez sans doute compris, le contenu des pages de ce site Internet cible particulièrement la crédibilité de William Branham en tant qu'enseignant biblique, et son interprétation des volets historiques et spirituels reliés à des personnages qu'il a délibérément choisis de sa propre initiative afin d'interpréter les soi-disant «âges» de l'Église... La clé de mes réfutations se trouve dans l'analyse soigneuse, que j'ai effectué sur les «personnages historiques» qu'a choisis William Branham, sur leur vie, leur écrits et témoignages, leurs «théologie» ainsi que les personnes avec lesquelles ils se sont associés et tous ceux qu'ils ont admirés et qui les ont inspirés.

Note

Pour réaliser ce site Internet, j'ai consulté les archives officielles des documents historiques, tant en français et en anglais. Les références proviennent de sources surprenantes, des encyclopédies dont William M. Branham a lui même fait référence, et même un site musulman qui a développé une expertise non négligeable sur les doctrines de l'Église catholique romaine.  Par exemple, les lettres de l'empereur Constantin aux évêques de Nicée et ses édits, ainsi que des milliers de documents provenant des «Pères de l'Église» des époques (4) pré-nicéennes et (5) post-nicéennes, (6) les écrits d'Irénée de Lyon (7) (Contre les hérésies), (8) etc., la plupart des archives en langue anglaise, sont actuellement disponibles en quelques clics et des centaines de graphiques et d'illustrations deviennent ...... comprendre que tout enseignant crédible et intègre qui se respecte s'en tient aux faits véridiques et vérifiables dans tout leur contexte, qu'ils soient politiques, sociaux ou religieux. Lorsqu'un historien se base sur des fables, des légendes (hagiographies) et des allégations pour interpréter l'histoire, c'est tout son enseignement au complet qui est visé et remis en question, peut importe qu'il soit sincère ou non. Les faits historiques vérifiés ne s'inventent pas ni s'interprètent, car ils parlent d'eux-mêmes. Cette étude soulignera implacablement tous les anachronismes rencontrés, les erreurs et omissions historiques ainsi que les aberrations par rapport au bon sens et confrontera les doctrines théologiques acceptées comme norme avec la vérité dans une logique implacable.

Quelques unes des références Internet que j'ai utilisées
(1a) Martin Luther, sa théologie
(1b) Luthéranisme (comparaison avec la foi catholique)
(2) (ref. Internet)
(3) (ref. Internet)
(4)
https://www.biblestudytools.com/history/early-church-fathers/ante-nicene/  
(5) https://www.biblestudytools.com/history/early-church-fathers/post-nicene/

(6) http://www.newadvent.org/fathers/0103.htm

(7) Le texte intégral de l’Exposé de la prédication apostolique par Irénée de Lyon.
(8)
Le «Traité Contre les hérésies» par Irénée de Lyon
(9) Base de données des sermons de William Branham en français

(10) Base de données des sermons de William Branham en anglais

Vous pourrez à tout moment communiquer avec moi en m'écrivant à michel@lalumieredusoir.ca
Que le Seigneur ajoute Sa bénédiction à la lecture de cette publication!



#02)

Ce texte vise à vous introduire dans l'Esprit de cette page. Commençons donc par lire ces deux passages des Écritures:

Hébreux 4:12 « Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.»

Apocalypse 2:12 « Écris à l'ange de l'Église de Pergame: Voici ce que dit celui qui a l'épée aiguë, à deux tranchants:»

L'Évangile apostolique prêché par l'apôtre Paul exprimait un message d'une telle précision, d'une telle amplitude, d'une telle perfection divine, que la moindre altération du concept du salut, tel que prêché par Paul, non seulement rendait nulle l'efficacité de toute l'Alliance spirituelle en Jésus-Christ mais annulait complètement l'action de l'Esprit de rédemption. Les analogies et les métaphores modernes pour expliquer à quel point l'intégrité d'un système est d'une précision absolue ne manquent pas.

Prenez n'importe quel programme informatique ou un système d'exploitation d'un ordinateur, enlevez-lui un élément (un pilote) ou insérez-lui un élément corrompu, (bug informatique ou pilote défectueux), et c'est tout le programme ou le système qui tombe en panne. Rien ne va plus. Insérez une erreur dans l'ordinateur de bord d'un avion et ce sont tous les passagers et membres d'équipage qui sont en danger. Ainsi, je désire vous faire la démonstration que toute altération de «l'Esprit de l'Évangile» de Paul rendait «vaines, obsolètes et caduques» toutes les promesses de la Nouvelle Alliance. Autrement dit, insérez un «bug» spirituel, même celui qui semble inoffensif, et c'est toute l'Alliance qui n'est plus accessible. Plusieurs croient que Dieu a «réparé progressivement» l'Évangile apostolique à partir de la période de la Réforme. Rien de plus faux! Les «bugs spirituels des réformateurs» étaient des virus spirituels rendant nul l'efficacité de l'Évangile apostolique! Les virus spirituels contenus dans leurs enseignements n'auraient jamais permis l'authentique nouvelle naissance.

Ci-dessous, je vous fais la démonstration qu'en programmation Internet, un seul petit point manquant dans le code-source ce cette page, génère une erreur d'affichage irrémédiable. Pensez-y! Un seul petit point! Il en est ainsi avec l'intégrité du message évangélique apostolique.


Cliquez pour agrandir
« Dans la programmation d'une page web, un seul point manquant peut générer une erreur d'affichage »

Toute insinuation ou allégation de la part d'un enseignant de la Bible ou d'un prédicateur de l'Évangile, qui vous propose un enseignement visant à propulser (élever) un personnage historique ayant endossé un «Évangile altéré», et ce, dans une «zone spirituelle» qui serait exceptionnellement «acceptable» par l'Esprit de Christ, et ce, sous prétexte que le personnage était sincère et ne disposait pas de toute la vérité à son époque, est contraire à l'intégrité de l'Esprit de Christ. Même si vous croyez que Dieu est miséricordieux, toujours prêt à pardonner, et qu'Il peut accueillir n'importe qui à la condition que la personne est sincère, cela ne marche pas. Cette page va vous démontrer, preuves historiques irréfutables à l'appui, que les personnages choisis par William Branham, tels que Martin de Tours, Irénée de Lyon, Colomba d'Iona, Martin Luther et John Wesley, furent des vecteurs de transmission des virus mortels du mystère de l'iniquité, ce qui contredit complètement ce que William Branham a dit à leur sujet.

Extrait de [60-1208] L'Âge De l'Église De Thyatire
Source:
  Source:  https://branham.fr/sermons/bss-online/60-1208/
« (E-14) (...) Et saint Patrick était le - le neveu du grand saint Martin. Et, saint Martin fut l'un des plus grands hommes que nous ayons eus depuis Jésus-Christ. (E-15) Ses églises étaient toutes remplies du Saint-Esprit; tout le monde parlait en langues, avait des signes, des prodiges et des miracles; il s'opérait toutes sortes de miracles. Il garda la foi de la Pentecôte»

Extrait de [61-0806] La Soixante-dixième Semaine De Daniel
Source:
  https://www.branham.fr/sermons/bss-online/61-0806/
« (E-109) (...)  Et nous avons vu qu'il était un saint rempli du Saint-Esprit, saint Irénée et tous les autres, et-et saint Colomba, et tous ces hommes remplis de l'Esprit.(...) Et c'est ça, donc ça ne peut pas être faux. Amen! Gloire à Dieu! C'est juste...»

Même si vous tentez d'interpréter la prophétie de Joël 2:25, « Je vous remplacerai les années qu'ont dévorées la sauterelle, Le jélek, le hasil et le gazam, ma grande armée que j'avais envoyée contre vous.» en suggérant que Dieu a étalé progressivement «une restauration» de ce qui a été dévoré, sur une longue période historique, cela ne marche pas. Lorsque Dieu restaure, cela ne Lui prend pas des centaines d'années. Une seule génération suffit. Par conséquent, il est totalement impossible d'attribuer les vertus de rédemption de la Nouvelle Alliance à quiconque n'est pas «un seul Esprit» avec Christ, qu'il soit un évêque, un moine prédicateur ou un réformateur. Si l'on vous propose comme exemple d'intégrité spirituelle un personnage historique quelconque qui a enseigné un Évangile «altéré» (contenant le moindre virus spirituel), ce personnage ne peut pas être «un seul Esprit» avec Christ.  Analogiquement, quiconque est infecté du Covid-19, même s'il n'en ressent pas les symptômes, devient un danger public pour la planète. Jamais une personne infectée peut prétendre que «son virus» n'est pas dangereux. Ainsi en est-il dans le spirituel.

Tout Évangile infecté d'enseignements contraires à la parole de Dieu, même s'il est prêché par Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther ou John Wesley, demeure un Évangile empoisonné et mortel. Tous les personnages que je viens de citer ont endossé le trinitarisme et une foule d'autres enseignements erronés issus des ouvriers du mystère de l'iniquité de la première heure.

C'est en méditant sur le passage dans Hébreux 4:12 qu'on voit que la précision de la pensée de Christ, telle que témoignée par l'apôtre Paul dans le passage de 1 Corinthiens 2:16 et celui de 1 Corinthiens 6:17 ne laisse place à aucune interprétation différente ou altérée ou variante du message de l'Évangile apostolique. Il serait par conséquent complètement faux de prétendre qu'un Évangile altéré d'un seul «iota» puisse quand même être acceptable aux yeux de Dieu et que dans «Sa grâce» Il va quand même honorer le «protocole de son Alliance» avec son peuple même si les conditions de l'Alliance ne sont pas remplies. C'est exactement ce qu'a tenté de faire croire l'enseignement «des 7 âges de l'Église».

Matthieu 5:18 « Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé. »

Aucun critère, ou principe divin contenu dans la Nouvelle Alliance ne peut faire l'objet d'une altération.
En vertu du principe divin, que Dieu ne change pas Sa Parole, ses promesses et ses critères pour passer de la mort à la vie dans la nouvelle naissance, il est acquis que pas un seul «iota ou principe établi» dans la «disposition ou Alliance de Dieu» ne peut être altéré, sinon le contrat est complètement nul et sans effet. Et que disent les termes de la Nouvelle Alliance?

  • Jésus est notre frère ainé Romains 8:29 .
  • Le Père de Jésus est aussi le nôtre, son Dieu est notre Dieu Jean 20:17
  • Nous sommes de la même famille spirituelle que celle de Jésus Hébreux 2:11
  • Par son sacrifice expiatoire, nous sommes restaurés au grain de blé original (Jésus) Jean 12:24
  • Par la nouvelle naissance nous recevons le même Esprit que Jésus 1 Corinthiens 6:17
  • Nous sommes transformés à la même image et nature que celle de Jésus 2 Corinthiens 3:18
  • Nous devenons participants de la nature divine 2 Pierre 1:4
  • Nous sommes restaurés à la perfection de Dieu Matthieu 5:48
  • Nous sommes saints comme Dieu est saint 1 Pierre 1:16

Sans contredit, les 2 plus grandes promesses contenues dans la Nouvelle Alliance, promises au peuple saint, sont:

  1. La SAINTETÉ de Dieu, qui n'est pas humaine, que l'on retrouve en tant que prophétie à quelques endroits dans l'Ancien Testament Lévitique 20:26 et répété dans le Nouveau Testament ans 1 Pierre 1:16 et dans le passage de Éphésiens 4:24
  2. La JUSTICE de Dieu, qui n'est pas humaine et que l'homme ne peut produire, tel que témoigné à Moïse dans Deutéronome 9:5 et déclaré par l'apôtre Paul dans Philippiens 3:9

Ainsi tout autre Évangile prêché et enseigné qui altère les principes de Sainteté divine et de Justice divine conféré par la nouvelle naissance, est non seulement un faux Évangile mais travaille de concert avec le mystère de l'iniquité. En aucun cas, un personnage historique tel qu'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther ou John Wesley n'a jamais professé la foi apostolique qui confère à celui qui croit, la nature divine, la même sainteté et perfection que celle de Jésus.

Éphésiens 4:24 « (...) et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. »

..



#03)

J'aimerais apporter ici une métaphore concernant l'intégrité de la Parole de Dieu, et des termes précis de la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ qui sont exprimés par l'Évangile de grâce. Nous vivons actuellement à l'ère des communications électroniques. Les fréquences radio sont un bel exemple pour illustrer ce que je désire exprimer. Il y a des règles immuables en matière de transmission radio et ce sont des lois de physique inaltérables.

Ces lois sont non seulement «élémentaires» du point de vue des connaissance scientifiques humaines, mais personne ne sera jamais capable de les changer, car notre Dieu qui a créé le ciel et la terre les a faites ainsi. Par conséquent, comme vous le savez déjà, lorsqu'un émetteur radio transmet son signal sur une fréquence précise, le récepteur doit s'harmoniser complètement sur la même fréquence, avec une exactitude parfaite, pour décoder et reproduire ce que le signal de l'émetteur a émis.

Par exemple, si nous faisons allusion aux hautes fréquences des communications des téléphones cellulaires, nous savons que les différents réseaux n’entrent pas en conflit les uns avec les autres parce que leurs fréquences sont d'une précision absolue. Ces fréquences sont exprimées en hertz (Hz). Les réseaux de télécommunication les plus utilisés pour les applications destinées à la population utilisent des fréquences qui peuvent aller jusqu'à quelques milliards d’hertz (5 Gigahertz).

La moindre altération d'un seul hertz entre la fréquence utilisée par la société fournisseur du téléphone portable et son antenne réseau, annule toute l'utilisation de l'appareil pour fins de communication. Ainsi en est-il avec l'Esprit de l'Évangile apostolique. 1 Corinthiens 6:17.


Cliquez pour agrandir
« La communication est totalement impossible si l'émetteur et le récepteur ne sont pas sur une fréquence identique »

L'analogie entre des souris sans-fil de différents modèles et leurs récepteurs USB respectifs
La majorité de ceux et celles qui utilisent des claviers ou des souris sans-fil utilisent de l'équipement fonctionnant sur des radiofréquences du spectre de 2.4Ghz, mais cette plage de fréquence offre des millions de combinaisons différentes. Le récepteur USB fourni par le manufacturier est propre au modèle du  clavier ou de la souris et ne peut pas s’utiliser avec autre chose de ce à quoi il a été prévu.

Marc 7:13 « (...) annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d'autres choses semblables.»

 



#04)

En m'informant sur Internet à propos des semences de grains, j'ai lu un article qui disait que depuis des millénaires, des générations de familles paysannes et fermières avaient sélectionné, conservé et partagé leurs meilleures semences, ce qui a augmenté peu à peu leur diversité. Elles ont développé des milliers de variétés et chacune de ces variétés possède ses propres forces uniques et s’adapte aux conditions changeantes de chaque saison de culture agricole. Certaines variétés résistent aux maladies ou aux ravageurs. D’autres tolèrent les conditions climatiques extrêmes comme la sécheresse, les inondations ou le gel précoce. Certaines ont de meilleurs rendements ou une meilleure valeur nutritionnelle. Une fois que la semence est «stabilisée», elle se reproduira toujours selon ses propres particularités et caractéristiques. Aujourd'hui, les agriculteurs ont plus que jamais, besoin de toutes ces caractéristiques.

Aujourd'hui dans le secteur de l'agriculture, les semences sont   répertoriées, numérotée, cataloguées par l'institut Canadien des semences, laquelle est une agence gouvernementale, et les fournisseurs garantissent aux agriculteurs que ce qui va pousser, est réellement le produit conforme de la sorte de semence qui offre toutes les caractéristiques promises. Par exemple, si vous semez du blé «durum» (Triticium turgidum) ou du blé commun (Triticium aestivum) vous savez exactement ce que vous allez récolter. C'est garanti.

S'il y a une métaphore dans les Écritures qui mérite toute votre attention, c'est bien celle des semences. D'ailleurs Jésus l'avait maintes fois souligné et dans son allocution sur le «grain de blé semé en terre», et il est évident qu'il voulait insister sur la le lien direct entre sa propre nature et la nature exacte des grains produits à la récolte en mentionnait que s'il «ne tombait lui-même» en terre, il restait seul, sans personne à appeler frères, de la même famille que lui, cohéritiers avec lui du Royaume de son Père, notre Dieu et son Dieu. En d'autres mots, si vous semez un grain de blé selon une espèce donnée,  vous récolterez du blé exactement de la même espèce, car c'est une loi divine non-négociable que de se multiplier selon son espèce. Comme c'est la règle pour le naturel, il en est également ainsi pour le spirituel.

Que voulait dire Jésus, en disant qu'il «resterait seul» ?
Jean 12:24
« En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. »

Ainsi, lorsque Dieu, par le Fils «sema» Jésus, Il s'attendait à récolter des saints justifiés comme Jésus. Cohéritiers, frères de Jésus devant notre Dieu et son Dieu.  Même niveau de sainteté et de perfection. En d'autres mots, copie conforme à ce qu'était Jésus dans la présence de Dieu. Rien de moins. Voyez-vous, les œuvres les plus nobles ou les plus charitables, n'ont absolument aucun effet sur la sorte de semence qui a été semée et la sorte de grain que vous produisez. Même avec beaucoup de soleil, d'eau et d'engrais, vous ne pourriez produire autre chose que ce qui a été semé.

Toutes les œuvres qu'un croyant pourrait faire dans sa vie, n'amélioreront jamais sa sanctification dans la présence de Dieu. Pourquoi? Parce que c'est Dieu qui sanctifie! C'est Dieu qui rend «saint» lorsqu'Il voit que celui qui croit est sur « la même longueur d'onde que Lui» ! J'insiste pour vous rappeler que celui qui accède par la foi à la pleine justification devant Dieu, démarre dans sa Nouvelle Naissance, là où ceux qui tenté de suivre la Loi, ne sont jamais parvenus. En d'autres mots, le fil d'arrivée que visaient les croyants du temps de la Loi, est la ligne de départ de ceux qui naissent de nouveau. La sainteté et la perfection de Jésus est leur fondation, leur ligne de départ.


Cliquez pour agrandir
« Dans le naturel, la récolte du blé donne un grain identique à celui qui a été semé.
Ainsi en est-il dans le spirituel. Notre Père a semé Jésus, et Il désire récolter des saints identiques à Jésus. »

 



#05)

Les théologiens disent que les Écritures sont inerrantes. Ils enseignent que l'inerrance de l'Écriture est l'un des piliers de la foi chrétienne. Mais jusqu'à maintenant, ils semble bien qu'ils n'ont pas réussi à résoudre beaucoup de mystères cachés. Pourquoi?

Parce que les auteurs de la Bible, qui est la Parole inspirée de Dieu, ont écrit POUR le peuple de Dieu, pour l'Église. Les auteurs et les prophètes qui ont écrit les livres avaient l'esprit de Christ (exactement comme lorsque Jésus disait: «L'Esprit du Seigneur est sur moi»), de même que ceux qui interprètent avec exactitude les Écritures inspirées. La Parole de Dieu est beaucoup plus que juste «la Bible», mais comprenez-moi bien: la Parole est plutôt comprise par ceux qui rejoignent l'esprit de l'auteur, en d'autres mots, ils sont «sur la même longueur d'onde» que l'auteur.

The Meeting of the Minds
J'aime particulièrement l'expression anglaise «meeting of the minds». Cette expression de trois mots n'a pas d'équivalence en langue française mais signifie «la rencontre des esprits» dans le sens de «fusion des idées» ou « une situation où deux personnes s'accordent parfaitement à propos de quelque chose» ou une «harmonie entre deux ou plusieurs parties qui s'accorde sur les mêmes idées.» En anglais, le mot «mind» signifie «esprit» ou «pensée»

Le dictionnaire ajoute: Un «meeting of the minds» (réunion des esprits) est une entente ou un accord entre deux personnes ou groupes. Légalement, cela est interprété comme «un contrat», «une alliance» ou «un traité».

La «réunion des esprits» (également appelée accord mutuel, consentement mutuel ou consensus ) est une expression utilisée en droit des contrats pour décrire les intentions des parties constituant le contrat. En particulier, il fait référence à la situation dans laquelle il existe une compréhension commune dans la formation du contrat. La réunion des esprits est également une expression utilisée en droit des contrats pour décrire les intentions des parties constituant le contrat. En particulier, il est une référence à la situation dans laquelle il existe une compréhension dans la formation du contrat.

Critères pour qu'un «meeting of the minds» (contrat) soit valide
Tous ceux d'entre vous qui désirent rechercher sur Internet une définition de «meeting of the minds» (la «rencontre des esprits) verront que cette expression désigne un accord entre les parties dans lequel chaque partie est au courant des engagements pris par chaque personne. L'expression «réunion des esprits», ou consensus, est associée au droit des contrats et est fondamentale pour l'existence d'un contrat.

Lorsque deux parties parviennent à un accord (dans un contrat), les deux parties comprennent exactement de la même manière tous les termes de l’accord. Une compréhension mutuelle sur tous les points de l'entente est essentielle à un contrat valide.

En d'autres termes, les deux parties doivent être sur «la même longueur d'onde» (ou le même esprit) lorsqu'elles acceptent un contrat, du début à la fin, qu'il soit oral ou écrit, pour chaque mot, chaque virgule et chaque point.

Voici l'exemple d'un accord ou d'un contrat, invalidé parce que les 2 parties sont sur une «longueur d'onde différente». Par exemple, une entreprise de matériaux de construction doit se réapprovisionner en inventaire de quincaillerie et s’adresse à son fournisseur. L'homme d'affaires indique qu'il désire lui acheter tout son stock de ruban à mesurer. Le fournisseur a compris que l’homme d’affaires cherche à acheter tout son stock de ruban à peinturer. Aussi, lorsque le camion de livraison du fournisseur viendra livrer la marchandise, il devra repartir avec la commande qui sera refusée.

Parce que les deux parties ne peuvent être d'accord sur la commande, il n'y a pas de «réunion des esprits», et donc pas d'accord, et la commande n'est pas valide.

Voici ce que je veux dire: comme dans le naturel, il en est de même pour le spirituel. Si Dieu a conclu une alliance avec son peuple, les deux parties doivent être sur la même «longueur d'onde spirituelle» ou «d'esprit». Autrement, le résultat est exactement comme s'il n'y avait aucune alliance entre les deux parties.

Jérémie 31:33 « Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, Après ces jours-là, dit l'Éternel: Je mettrai ma loi au dedans d'eux, Je l'écrirai dans leur cœur ; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple.»

Hébreux 8:10 « Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur ; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple.»


Référence: https://www.nisarlaw.com/blog/2015/august/theres-no-contract-without-a-meeting-of-the-mind/

Le passage de Galates 3;15 et 17 nous indique qu'une «disposition» que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut plus jamais être annulée. Bien que la traduction française utilise le mot «disposition» le sens original du mot grec est «diatheke» No Strong 1242, signifiant « arrangement, un testament ou dernières volontés, un contrat, un accord, un pacte ou une Alliance de Dieu »

Bref, Paul faisait référence à la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ, et insistait pour témoigner que les «clauses du contrat en Jésus-Christ» étaient immuables. Les traductions en langue anglaise sont peut-être plus explicites:

New International Version - Galatians 3:15, 17
« (15) Brothers and sisters, let me take an example from everyday life. Just as no one can set aside or add to a human covenant that has been duly established, so it is in this case. (17) What I mean is this: The law, introduced 430 years later, does not set aside the covenant previously established by God and thus do away with the promise.»

« (15) Frères et sœurs, permettez-moi de prendre un exemple de la vie quotidienne: tout comme personne ne peut mettre de côté ou modifier un contrat humain dûment établi, il en est de même dans ce cas. (17) Je veux dire ceci: l'a loi introduite 430 ans plus tard, ne met pas de côté l'alliance précédemment établie par Dieu, ce qui supprimerait ainsi la promesse

 

New Living Translation - Galatians 3:15, 17
« (15) Dear brothers and sisters, here’s an example from everyday life. Just as no one can set aside or amend an irrevocable agreement, so it is in this case. (17) This is what I am trying to say: The agreement God made with Abraham could not be canceled 430 years later when God gave the law to Moses. God would be breaking his promise.»

« (15) Frères, voici un exemple de la vie quotidienne: tout comme personne ne peut annuler ou modifier un accord irrévocable, il en est de même dans ce cas. (17) Voici ce je j'essaie de dire: l'accord que Dieu a conclu avec Abraham n'a pu être annulé 430 ans plus tard lorsque Dieu a donné la loi à Moïse. Dieu briserait sa promesse.»

 

New King James Version - Galatians 3:15, 17
« (15) Brethren, I speak in the manner of men: Though it is only a man’s covenant, yet if it is confirmed, no one annuls or adds to it. (17) And this I say, that the law, which was four hundred and thirty years later, cannot annul the covenant that was confirmed before by God in Christ, that it should make the promise of no effect.»

«(15) Frères, je parle à la manière des hommes: bien que ce ne soit que l’alliance humaine, mais si elle est confirmée, personne ne l’annule ni y ajoute. (17) Et je dis ceci, que la loi, qui vint quatre cent trente ans plus tard, ne peut pas annuler l'alliance qui a été confirmée auparavant par Dieu en Christ, ce qui rendrait la promesse sans effet.»

La promesse d'une restauration complète
Le but de la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ est la restauration parfaite de la communion entre Dieu et son peuple. Ou, en d'autres termes: Une restauration complète de la communion spirituelle avec le Seigneur,  jour et nuit.

Jésus est venu et a témoigné du but de son ministère. Matthieu 18: 11 dit «Car le Fils de l'homme est venu sauver ce qui était perdu.»  Voilà ce qui fut perdu! Une communion perpétuelle entre Dieu et son peuple.

Luc 22:20 «Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.»

Hébreux 10:16 «Voici l'alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, Et je les écrirai dans leur esprit, (...) »



#06)

Le but de l'adversaire de Christ fut toujours de  cibler premièrement l'objectif de l'Alliance, soit la restauration de la communion entre l'homme et son Dieu, restauré selon le modèle divin, qui nous fut donné en Jésus. L'accusateur s'y est pris de diverses façons, pour insérer des «bugs» dans le «système» de la Nouvelle Alliance, en autres, en falsifiant «l'Esprit des Écritures» comme par exemple en divinisant la personne physique de Jésus, afin de décourager quiconque de s'identifier à la personne de Jésus. En élaborant «une trinité» de Dieu, et en donnant à Jésus la même essence divine que notre Père Céleste, l'adversaire s'est assuré que personne n'oserait prétendre avoir reçu la même sainteté et la même perfection que celle qu'avait Jésus. Comment cela a-t-il pu se produire? Où étaient les gardiens le la foi? Où étaient ceux qui avaient du discernement? Et dans notre époque, qui a suffisamment de discernement pour s'apercevoir ce qui ne va pas?

Rappelez-vous que tous les personnages historiques choisis par William Branham, identifiés comme «anges/étoiles/messagers» de son enseignement des «sept âges de l'Église», sauf l'apôtre Paul, étaient trinitaires, et par conséquent jamais un seul de ces personnages n'a vraiment jamais compris qui était Jésus. De plus, l'esprit de l'accusateur étant toujours sur eux, ils ont manifestement cherché la perfection promise dans l'auto sanctification par les œuvres et proposé à leurs groupes, un message de culpabilité et de repentance perpétuel. William Branham n'a jamais eu assez de discernement pour se rendre compte que ses personnages n'étaient pas à la hauteur. Il les a excusés en élaborant la théorie que la foi apostolique, aussi corrompue fut-elle, a été restaurée graduellement au cours des siècles. Pourtant, parfois ses commentaires semblent justes, mais décidément il n'est pas conséquent dans ce qu'il dit.

« (219) Dieu ne change pas Sa politique; Il ne le peut pas, et rester Dieu. Si Dieu dit une fois quelque chose ou fait quelque chose, Il doit le faire la prochaine fois. Quand cette crise arrive, s'Il n'agit pas la seconde fois comme Il l'a fait la première fois, c'est qu'Il a mal agi la première fois. Et qui accusera Dieu de mal agir? Qui êtes-vous pour accuser Dieu de péché? C'est ce que Jésus a dit «Qui d'entre vous Me convaincra de péché?» Qu'est-ce que le péché? L'incrédulité. «Celui qui ne croit pas est déjà condamné.»
[62-1230M]  - L'Absolu - Source:
https://www.branham.fr/sermons?find=62-1230

Non seulement la doctrine des 7 âges de l'Église est complètement fausse, mais ce genre d'interprétation véhicule un message antichrist. Une restauration progressive du Saint-Esprit n'existe pas. Dieu ne change pas et son Esprit non plus. Ce qui était requis dans l'époque de l'Évangile Apostolique pour naître de nouveau n'a jamais changé, et Dieu n'a jamais fait de compromis. Si l'intégrité de l'Évangile Apostolique a été perdu, alors le feu du sacrifice perpétuel fut aussi perdu, éteint. Cela avait été prophétisé. L'Alliance en Jésus-Christ ne pouvait plus opérer la Nouvelle Naissance. Et ce, William Branham aurait du le savoir et prêcher ce genre de message, plutôt que de tenter d'improviser comme il l'a fait avec les prophéties bibliques du Livre de l'Apocalypse.

Je défie n'importe quel pasteur ou enseignant du «Message des temps de la fin» de me montrer, citations à l'appui, si William Branham a enseigné entre 1955 et 1965,  que la nouvelle naissance nous conférait la nature exacte de Jésus-Christ, même sainteté et même perfection que celle qu'avait Jésus dans la présence de son Père Céleste. Trouvez-moi une seule citation de William Branham qui affirme que Jésus est notre frère ainé spirituel, et que son Dieu est aussi notre Dieu! Si vous trouvez cela, revenez me le montrer. Voici quelques commentaires sur les personnages choisis par William Branham qu'il a excusés et élevés en qualité «d'anges/étoiles/messagers»

Le personnage d'Irénée de Lyon a laissé des œuvres qui ont servi à édifier les doctrines de l'Église de Rome sur «l'importance de la Tradition» que seul le clergé romain avait le droit d'interpréter. Irénée de Lyon était aussi de foi trinitaire. Ce personnage a œuvré pour consolider les enseignements des ouvriers du mystère de l'iniquité. Voici quelques informations qui indiquent clairement que William Branham n'a pas su identifier le personnage en vertu des critères nécessaires pour être un authentique saint de l'Église Apostolique.

Irénée de Lyon sur la «Tradition apostolique de l'Église» faisant allusion aux «hérétiques» qui n'acceptent pas l'autorité de la «Tradition» et la «succession apostolique». À son époque le mystère de l'iniquité avait déjà pleinement le contrôle sur l'Église. Selon Irénée, seul le clergé avait le privilège d'interpréter les Écritures et d'expliquer le salut.

«Ainsi donc, la Tradition des apôtres, qui a été manifestée dans le monde entier, c'est en toute Église qu'elle peut être perçue par tous ceux qui veulent voir la vérité. Et nous pourrions énumérer les évêques qui furent établis par les apôtres dans les Églises, et leurs successeurs jusqu'à nous. Or ils n'ont rien enseigné ni connu qui ressemble aux imaginations délirantes de ces gens-là. (...) »  
- Irénée de Lyon - Traité contre les hérésies, Livre III, p.2

« Ce que l’Église (Catholique) enseigne depuis Jésus Christ, l’enseignement des apôtres et des premiers disciples, c’est-à-dire la Tradition, voilà ce qui est fondamental.»

Lorsque les théologiens catholiques consultent les écrits d'Irénée, ils ne trouve absolument rien à redire, tout ce qu'Irénée a écrit semble conforme à ce que l'Église catholique romaine enseigne. Dans son œuvre «L'Exposé de la prédication apostolique, au paragraphe 47, intitulé «Le Fils est Dieu et Seigneur»

Citation d'Irénée de Lyon
«Donc le Père est Seigneur, et le Fils est Seigneur. Et le Père est Dieu, et le Fils est Dieu, car ce qui est né de Dieu est Dieu.
Finalement, Irénée termine son œuvre par ces mots:  Gloire à la toute Sainte Trinité et à l'unique Dieu, au Père, au Fils et à l'Esprit Saint, présent à tous depuis toujours et pour toujours. Amen.

https://catholicapedia.net/Documents/saint_irenee-de-lyon/St.Irenee-de-Lyon_Traite-Contre-les-Heresies_Livre-3.pdf

 Martin de Tours et Colomba d'Iona étaient des moines, fondant des monastères pour ensuite convaincre le plus de gens possible à joindre le monachisme. Ces deux personnages ont tout misé pour leur salut, sur le monachisme ascétique et les œuvres qui leur ont donné l'illusion de sainteté.

Martin Luther fut un personnage dont la rhétorique et les écrits qu'il a laissés font honte aujourd'hui. Son antisémitisme ouvert et arrogant, a servi d'assises pour le nazisme en Allemagne et en aucun cas, ce personnage aurait pu prétendre que Christ lui avait conféré la «sainteté» et «la perfection» de Dieu.

John Wesley fut un ardent prédicateur de repentance, excellant dans l'art d'accuser les consciences afin que la culpabilité de ses disciples engendre un changement de comportement. John Wesley était légaliste et «la sainteté» qu'il prêchait relevait de l'auto-sanctification produite par une conduite morale la plus intègre possible. Néanmoins, la pensée «méthodiste» n'a jamais pu vaincre l'esprit de l'accusateur.

LE CONTRAT - L'ALLIANCE ENTRE DIEU ET SON PEUPLE - Son but
Le but de l'Alliance en Jésus-Christ est la restauration parfaite de la communion entre Dieu et son peuple. Ou, en d'autres termes: Restauration complète de la communion spirituelle avec le Seigneur nuit et jour. Jésus est venu et a témoigné du but de son ministère. Matthieu 18: 11 dit «Car le Fils de l'homme est venu sauver ce qui était perdu.»

Pour revêtir le «nouvel homme» créé en Jésus-Christ dans la présence constante de Dieu, il fallait que la restauration divine donne aux saints une victoire constante (jour et nuit) sur l'accusateur qui les «accusait devant Dieu» jour et nuit. Mais dès le premier siècle de l'ère apostolique, l'adversaire avait réussi à briser la force du peuple saint en introduisant ses ouvriers du mystère de l'iniquité. C'est «ce sacrifice perpétuel», version spirituelle, lequel avait été enlevé au peuple saint, qui est maintenant redonné au peuple saint de nouveau.

Qu'est-ce qui a été perdu?
La communion parfaite entre Dieu et son peuple. À l'origine, la sainteté et la perfection du peuple de Dieu avaient été perdues puis Dieu fit une Nouvelle Alliance et donna un Agneau de sacrifice parfait (Jésus) afin de restaurer ce qui avait été perdu. Évidemment, tout le monde sait que Dieu a fait une alliance ou un pacte avec son peuple. La plupart ont entendu ce qui avait été dit dans Hébreux 8:10, Hébreux 10:16, Jérémie 31: 33-34. Mais peu de gens comprennent l'intelligence de cette Nouvelle Alliance dans les détails.

Prenons Jérémie 31:33 et voyons ce qu'il y a dans la pensée de Dieu. «Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël après ces jours, dit le Seigneur: je mettrai ma loi dans leur esprit et l'écrirai dans leur cœur. Et je serai leur Dieu, et ils seront Mon peuple.»

L'Alliance: «Et maintenant que vous appartenez à Christ, vous êtes les vrais enfants d'Abraham. Vous êtes ses héritiers et la promesse de Dieu envers Abraham vous appartient.» Dans la pensée de Dieu, être « fils d'Abraham» signifie avoir toutes les qualités spirituelles d'Abraham. Être un vainqueur. Or qu'est-ce qui distingue Abraham de tous les autres patriarches avant lui? Qu'est-ce qui le place dans une catégorie à part? Abraham a combattu l'adversaire et l'accusateur, là où personne ne s'était rendu...et Abraham fut vainqueur. À l'époque d'Abraham, les nations païennes offraient des sacrifices humains pour honorer leurs dieux et leurs idoles, et la morale d'Abraham fut mise à rude épreuve, lorsque Dieu lui demanda de Lui offrir son fils Isaac.

Si nous croyons que nous sommes la postérité d'Abraham, alors l'Alliance de Dieu est la nôtre et c'est une Alliance éternelle. Maintenant, nous savons tous que toute alliance commence toujours dans l’esprit, et que lorsque les deux parties conviennent de tous les termes et conditions avec le même esprit, et qu’elles se font mutuellement confiance au sujet de l’alliance qu’elles ont conclue, cette alliance est une pensée perpétuelle qui ne peut pas changer jusqu'à ce qu'elle soit accomplie. Dieu a donné à Abraham et à sa semence spirituelle, une Alliance éternelle, et cette Alliance a été scellée par Dieu avec un serment que Dieu a fait avec Lui-même.

Le modèle divin du deuxième Adam fut attaqué, son identité fut pervertie, afin que personne ne puisse s'identifier à lui. De cette perversion de l'identité réelle de Jésus, l'adversaire a graduellement remplacé la la pensée perpétuelle qui sanctifie (sacrifice perpétuel) par une sanctification progressive fondée sur la connaissance et la pratique de meilleures valeurs morales.



#07)

En 1954, William Branham avait déclaré dans une prédication intitulée «Dieu amène son Église à la perfection», que ceux qui étaient réellement nés de nouveau étaient restaurés à égalité avec Jésus, dans la présence de Dieu. Et sur ce point je suis tout à fait d'accord avec lui. Dans cette affirmation, il y avait là, tout le conseil de Dieu au complet! Sauf, que sa déclaration n'était qu'une brève étincelle qui disparut dans la nuit et que tous oublièrent, incluant William Branham lui-même! Jamais plus nous l'avons entendu répéter les mêmes paroles! Aujourd'hui, avec la tendance de la «révélation progressive», il est évident que les défenseurs des enseignements de William Branham rejetteraient cette affirmation, puisqu'elle n'a jamais été répétée dans les années 60s.

 

   La citation de William Branham est ici (survolez ce lien avec votre curseur)

Ce fut probablement la première et dernière fois que William Branham déclara cela. Mes recherches dans la base de données de ses prédications originales (en anglais) m'indiquent que les expressions «co-equal with Jesus in His presence» ou «equal with Jesus in His Presence » associées à la nouvelle naissance, ne furent plus jamais utilisées dans aucun de ses sermons par la suite.

Pour ceux qui affirment que William Branham a prêché le pur Évangile Apostolique, détrompez-vous. À compter de 1954, William Branham aurait pu placer la barre du mystère du salut, un million de fois plus haute, et amener les saints sur la montagne de Dieu, mais il s'est rangé du côté de l'accusateur en déployant tous ses efforts à tenter de redresser le comportement «immoral» humain en lui appliquant sa propre vision d'un «pseudo comportement chrétien». Au lieu d'appeler les saints à s'identifier à la sainteté et la perfection même de Jésus, il s'est contenté de prêcher un salut conditionnel à une repentance perpétuelle entretenue la culpabilité permanente d'une conscience constamment accusée devant Dieu. Les réformateurs et John Wesley avaient fait la même chose. Souvenez-vous que Jésus avait dit que s'il «ne tombait pas en terre» Jean 12:24, il resterait seul. Seul de sa famille, des frères et sœurs comme lui, restaurés à son image. Trouvez-moi des déclarations de William Branham qui affirment que maintenant Jésus n'est plus seul, et que ceux qu'il a rachetés sont restaurés à égalité de sainteté et de perfection avec lui devant son Père et notre Père, devant son Dieu et notre Dieu! Jean 20:17

On pourra dire que l'Église est passée à un cheveu d'avoir un vrai Message de réveil! Mais le Seigneur l'a quand même laissé prêcher jusqu'en 1965, jusqu'à ce qu'il soit brusquement «retiré de la circulation» avec violence. Et pour cause! Le fondement même de toutes ses interprétations des prophéties du Livre de l'Apocalypse étaient littéralement «empruntées» des théologiens trinitaires qui enseignaient le «Dispensationalisme», tel que Darby, Scofield et Larkin! Ses enseignements s'étaient tellement écartés de la Parole de Dieu que la confusion s'est installée chez tous ceux qui l'admiraient pour son «ministère de guérison»! Comment le Seigneur aurait pu endosser tout cela? Comment ne pas vomir et être malade à vouloir digérer ses enseignements! William Branham s'est conduit comme Balaam. La bénédiction et l'erreur sortait par la même bouche!

William Branham aurait du prêcher ce qu'il avait déclaré en 1954 à propos de la nouvelle naissance, et ce, durant tout son ministère de guérison! Il aurait dû marteler cette vérité et envoyer promener la «révélation progressive» et «dispensationaliste» bricolée par des théologiens trinitaires, tels que Darby, Scofield et Larkin. Au lieu de cela, William Branham a essayé de vous faire croire que n'importe qui pouvait être perçu comme un «véritable vainqueur né de nouveau» aux yeux du Seigneur, en «autant que la personne est sincère et marche dans la seule compréhension qu'elle a» du message «évangélique» de son temps! William Branham a tenté de nous faire croire que les critères requis pour expliquer le principe spirituel de la nouvelle naissance pouvaient «évoluer» selon «le degré de «Lumière» et «de révélation» de l'Évangile apostolique que le «pseudo ange/messager» avait comprit. Sauf que, le Seigneur n'a jamais fait de compromis avec les critères requis pour être baptisé dans son Alliance! Dieu n'a jamais fait de compromis avec des personnages tels qu'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona ou Martin Luther. Dieu ne change pas sa pensée comme les hommes,, la pensée de Dieu n'est pas «progressive», et ce qui est «ténèbres spirituels» aujourd'hui, l'était tout autant hier, et le sera éternellement

Jamais l'authentique foi de Dieu n'a eu besoin d'une lente «restauration progressive» étalée sur plusieurs siècles, comme a tenté de nous faire croire William Branham! Le fondement même de toutes les interprétations humaines des prophéties du Livre de l'Apocalypse, incluant le soi-disant «Message» de William Branham, repose essentiellement sur des travaux littéralement «empruntés» aux théologiens Trinitaires qui enseignaient «l'évolution et la restauration de la foi Apostolique» par «étapes» au cours des siècles, qu'on appelle «Dispensationalisme», tel que développé initialement par les théologiens Darby, Scofield et Larkin! Et à tous les pasteurs des assemblées de «ce Message» qui défendent les enseignements de William Branham, je déclare que la seule bonne chose à faire maintenant, est de démissionner et de laisser les vrais ouvriers faire leur travail.



#08)

La doctrine des «Sept âges de l'Église» repose essentiellement sur les enregistrements audio des prédications de William Branham. Les principales prédications portant sur les «Sept âges de l'Église», ont été prêchées entre 1960 et 1965, lesquelles par la suite, ont été transcrites et traduites (en Français et autres langues) pour servir de références aux disciples «du Message des Temps de la fin». Selon les sources qui ont endossé les enseignements qui sont véhiculés par le groupe du «Message des temps de la fin», le ministère de prédication de William Branham aurait apporté à l'Église «le véritable Message de l'heure» , lequel est sensé s'adresser aux véritables croyants, l'Épouse de Christ. Lorsque le livre de «l'Exposé des 7 âges de l'Église» parut, ce livre devint très important pour les disciples du «Message», malgré le manque flagrant de références et de bibliographie sur les personnages cités par William Branham. William Branham n'avait pas l'expérience d'un écrivain ou d'un éditeur et son dernier livre «l'Exposé des Sept Âges de l'Église» a été «corrigé et adapté» par son ami de longue date, Lee Vayle.

Dans la transcription de sa prédication audio, du 14 juin 1964, «Dieu dévoilé - 64-0614M» , nous pouvons lire à la page 36 de la brochure, ou au paragraphe 272 de la transcription en ligne, que William Branham dit :

«Comme le docteur Lee Vayle est en train d’écrire ce fameux livre, je veux que vous voyiez ça, à un moment donné. Frère Vayle est ici, sur les lieux, quelque part. Je l’ai vu dehors. Je ne pense pas qu’il a pu entrer. Mais il est en train d’écrire un livre, là, et–et c’est très impressionnant, sur l’Âge de Laodicée. Et je veux que vous… Il sera publié sous peu. Donc, nous en sommes à la dernière correction d’épreuves, et nous écrivions… nous en discutions là, voyez-vous (..)»

Évidemment, comme nous le constatons, à la mi-juin 64, William Branham n'a lu son livre que partiellement, et en a discuté le contenu avec le Dr Lee Vayle. Néanmoins un an plus tard, en août 65, William Branham confirme qu'il n’a pas pu lire entièrement «l’Exposé des Sept Âges de l’Église» rédigé par son ami Lee Vayle et par conséquent, n’a donc pas pu procéder lui-même à la correction de l’ouvrage avant sa dédicace. Dans sa prédication du 1er août 1965, «Les évènements rendus clairs par la prophétie» ; page 1 ; paragraphe 4 ; (aussi en ligne, paragraphe 4) nous pouvons lire :

« Maintenant nous allons dire ceci, pendant que j’y pense, non pas pour interrompre. Frère Vayle est ici, et il se pourrait que je n’arrive plus à le voir. Je vais… Puis-je vous envoyer ce manuscrit quand je serai rentré à Tucson ? Je suis en train de le parcourir, je ne l’ai pas encore entièrement lu, et je vous le renverrai aussitôt que je serai arrivé à Tucson. »

Et le 27 novembre 1965, dans la brochure «J'avais entendu, mais maintenant j'ai vu» à la page 8, paragraphe 40, ou au paragraphe 40 de la transcription en ligne, il dit :

« Je suis heureux d'avoir ce soir au milieu de nous un autre frère dans le ministère. Je viens juste de regarder autour de moi il y a quelques minutes et je l'ai vu et l'ai reconnu; c'est frère Gordon Lindsay. C'est un vieil ami qui était avec nous il y a longtemps. Il fait du bon travail maintenant en imprimant; il imprime mon livre «Les - les 7 Âges de l'Église». Nous espérons avoir aussi les 7 Sceaux. S'il lit cet ouvrage avant son impression, il s'ensuivra une discussion théologique. Je sens cela venir. Mais il sait que je ne suis pas un théologien, ainsi... Mais nous sommes dans l'attente pour demain soir. Si vous êtes là, Frère Lindsay, soyez ici demain soir.»

Bien qu'il soit évident que Lee Vayle contribua à la rédaction, lorsque William Branham mentionne «mon livre» cela confirme sans équivoque que William Branham endosse le travail de Lee Vayle et lui fait confiance aveuglément. Tant qu'à Gordon Lindsay, c’est lui qui s'occupa de le faire imprimer. Le 04 décembre 1965, le livre «Exposé des Sept Âges de l'Église» fut publié, du vivant de William Branham, mais à peine 3 semaines plus tard, le 24 décembre, ce dernier va trouver la mort dans un accident d'auto.

William Branham, le Balaam des temps de la fin.
Évidemment, les pasteurs et enseignants qui défendent les enseignements de William Branham seront scandalisés de voir que je réprime sans aucune crainte «leur prophète», mais je crois qu'il est temps de mettre les pendules à l'heure, et je suis parfaitement à l'aise de réfuter ses enseignements avec l'approbation du Seigneur, sachant très bien que tout ce que je réfute ne peut tenir la route lorsqu'on se tient dans la présence de Dieu, dans Sa sainte alliance sous le sang de Jésus. Les enseignements de William Branham ont conduit l'Église dans l'errance du désert spirituel et la confusion, et ce dernier rendra des comptes car il est maintenant jugé.

Dans la tradition juive, (on prononce Bilam), ce qui signifie «qu'il est celui qui a abîmé le peuple» : en effet, par un conseil impie que Balaam donna au roi de Moab Balak, il fit tomber les enfants d’Israël dans l’immoralité et l’idolâtrie au sens littéral. Cependant c'est une analogie du «Balaam spirituel» des temps de la fin. Bien qu'à plusieurs reprises William Branham s'est élevé contre les «théologiens contemporains» de son époque, il n'a pas pu résister à «emprunter et partager» leurs études théologiques et leurs fausses interprétations des prophéties bibliques, et en ajoutant un peu par çi et un peu par là, William Branham s'est comporté comme Balaam et a hybridé les prophéties du livre de l'Apocalypse au point tel, que tous ses enseignements sont devenus empoisonnés. Tel Balaam, il s'est servi de ses connaissances et ses expériences spirituelles pour limiter toute méfiance à son égard et a entrainé une grande foule de croyants à suivre ses enseignements. Les enseignements de William Branham étaient tellement séduisants qu'un grand nombre de chrétiens sincères les ont pris «pour la Parole de Dieu» et ont cru à tort qu'ils «mourraient» s'ils ne croyaient pas ses enseignements.

Vaincre «la mort» générée par les enseignements du «Message des temps de la fin»
Maintenant, pour eux, le seul moyen de vaincre les faux enseignements du «Message» et de ne plus «craindre la mort» consiste à revenir dans la présence de Dieu, jour et nuit, et prendre conscience de la puissance du sang expiatoire de Jésus  William Branham a brandit la peur de la mort spirituelle pour forcer des tas de croyants à suivre ses enseignements. Citation WMB. (C’est le Message de notre temps! Au Nom de Jésus-Christ, recevez-Le!) Les authentiques vainqueurs se reconnaissent car ils possèdent la pensée constante et perpétuelle du sacrifice de Jésus, celle qui qui confère au croyant par sa foi, la perfection et la sainteté même de Dieu, celle-là même dont Jésus était revêtue devant son Dieu et notre Dieu, devant son Père et notre Père. Car celui qui est sanctifié par le sang de Jésus et qui se tient constamment dans la présence de Dieu, jour et nuit.

L'enseignement des 7 Âges de l'Église est une doctrine fondamentale du «Message des temps de la fin». En réfutant implacablement cet enseignement, je prie le Seigneur qu'Il provoque la réaction en chaîne dévastatrice de tous les enseignements de William Branham, comme la chute d'une file de dominos. Je prie que tout le «Message» s'effondre, car la majorité des enseignements relatifs aux «7 tonnerres» et des «7 sceaux» y sont étroitement reliés. Seule l'œuvre de Christ est «parfaite» et hors de cette œuvre, aucune ne peut être «parfaite». Pour qu'un enseignement soit reconnu «parfait» devant Dieu, il faut qu'il soit baptisé dans l'œuvre parfaite de Christ à la croix, dans le sang expiatoire de Jésus.


Introduction à l'étude des Écritures


#09)

Les livres du Nouveau et de l'Ancien Testament n'ont pas été écrits en français à l’origine; l'Ancien Testament l’a été en hébreu et araméen puis traduit dans d’autres langues dont le français, même chose pour le Nouveau Testament, qui lui a été écrit en Grec. La traduction des textes bibliques en français (ou dans toute autre langue) manque souvent de fidélité et de «relief» par rapport aux textes originaux, ce qui parfois nous donne quelques difficultés pour bien interpréter les textes des Écritures. Aussi, ceux qui ont l'habitude d'étudier la Bible en profondeur savent qu'il est important de pouvoir avoir accès aux textes bibliques originaux pour mieux comprendre et interpréter un passage biblique. Cependant, apprendre le grec et l’hébreu représente un lourd investissement, qui de plus n’est pas donné à tout le monde, il faut le souligner.

C’est pour cela qu’un érudit du 19ème siècle nommé James Strong, nous a facilités la tâche, en remarquant tout simplement que les mots de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament sont immuables et qu’il suffisait de les classer par ordre alphabétique dans chaque langue originale et d’y associer à côté un numéro dans l’ordre croissant : Ceci a donné tout simplement les mots codés Strong pour l’Ancien et le Nouveau Testament (ou les Strong's en raccourcis). Lui et une centaine de ses collaborateurs après un travail fastidieux, ont sorti un ouvrage de référence à la fin du 19ième siècle (The Strong's Exhaustive Concordance of the Bible) avec un numéro Strong à côté de chaque mot qui correspond à un mot que l’on trouve dans le texte original. Ceci évite quand on a un tel ouvrage de devoir connaître l’hébreu ou le grec. Bien qu'on lui attribue le titre de théologien, James Strong n'a jamais tenté d'expliquer les Écritures, mais a concentré son travail sur sa concordance.

Bien que de nombreux croyants utilisent le dictionnaire «Strong's Concordance» pour traduire des mots grecs, cela peut néanmoins conduire à des conclusions douteuses, surtout si la personne qui utilise l'outil, possède au départ une  opinion théologique qu'il désire défendre ou une mauvaise compréhension du sens spirituel que l'auteur des textes bibliques voulait exprimer à l'origine. Parce que le dictionnaire/concordance de Strong n'est pas spécifique à un mot particulier dans un passage particulier, étant génériquement basé uniquement sur les racines grecques, il doit être utilisé dans les études des mots grecs trouvés dans le Nouveau Testament grec, avec l'Esprit de l'auteur.

La plupart des mots hébreux sont dérivés de mots racines de trois lettres. La grande majorité des mots de la langue hébraïque peuvent se résumer à un mot racine à trois consonnes qui contient l'essence de la signification du mot. Même si vous ne pouvez pas lire l'hébreu, vous constaterez que vous pouvez comprendre le sens de la Bible en identifiant les racines des mots.:

Par exemple à partir de la racine primaire «'aman - !ma», (Strong 539) verbe qui signifie «être fidèle, confirmer», nous obtenons «emuwn - !wma», (Strong 529) mot qui signifie «fidélité, confiance», et de «emuwn» nous pouvons obtenir «hnwma - emuwnah» (Strong 530) (fermement, fidélité)

Publiée la première fois vers 1890, James Strong a construit sa concordance à partir de la traduction anglaise King James (KJV). La version Louis Segond 1910 (LSG) a été utilisée pour traduire la Concordance Strong en français. Les deux traductions ont en commun d'être très littérales, ce qui facilite les concordances entre les termes. Les textes originaux sur lesquels sont basées ces deux traductions ne sont pas les mêmes, ce qui peut mener à quelques différences.

Formation de mots hébreux à partir de racines
Les mots hébreux sont formés à partir de racines en modifiant les voyelles et en ajoutant une profusion de préfixes et de suffixes à cette racine. Les préfixes peuvent être des prépositions (dans, sur, de, vers, etc.), des articles (le) ou d’autres choses. Les suffixes peuvent être des pronoms (lui, vous, notre, etc.), des possessifs (s), ou peuvent indiquer le sexe et le nombre (singulier féminin; pluriel masculin, etc.). En raison de la manière dont ces préfixes et suffixes sont ajoutés à la racine, un seul mot en hébreu peut être traduit en français par plusieurs mots.

Si la même racine hébraïque est utilisée à deux endroits différents, les mots et leur signification sont probablement liés. Si vous voyez le même mot français à deux endroits différents mais que les mots hébreux correspondants ont des racines différentes, cela peut indiquer qu'il existe une nuance de sens différente que le français ne reflète pas.

Il y a étonnamment peu de mots racines en hébreu biblique, mais nous en tirons beaucoup. Par exemple, à partir de la racine «qadash» (Xdq), verbe qui signifie «sanctifier, consacrer, être saint, être séparé», nous obtenons «qodesh» qui signifie «consécration, sainteté, mise à part», et aussi nous pouvons obtenir «qedesh» qui signifie «lieu saint, lieu consacré»

Formation des mots français à partir du grec.
La plupart des mots du français viennent du latin et du grec. Cependant, puisque le Nouveau Testament a été traduit du grec, il convient d'examiner pourquoi les traducteurs du Nouveau Testament ont privilégié un certain mot français plutôt qu'un autre. Et c'est justement là où l'interprétation du sens original peut différer d'une version biblique à une autre.

Est-ce que les traducteurs de la Bible, sont fiables?
La question qui se pose est souvent de comprendre «dans quel esprit» le traducteur était lui-même, lorsqu'il a interprété les Écritures à partir du grec ou de l'hébreu, ce qui à mon avis est un questionnement entièrement légitime. Est-ce que les lecteurs de la Bible peuvent leur faire confiance? Nous savons par exemple que ceux qui adhèrent au «fondamentalisme chrétien» se distinguent par l’absence d’esprit critique, car ils n'osent pas remettre en question «l'esprit du traducteur» qu'ils associent avec «l'Esprit de l'auteur». Or donner un «chèque en blanc» à quiconque prétend avoir réellement compris le sens profond des Écritures est non seulement risqué, mais dénote une naïveté spirituelle qui ouvre la porte à la séduction offerte par toutes les interprétations et les dérapages théologiques actuels.

L'outil de référence Strong peut s'avérer utile.
Un mot est souvent un « assemblage » de plusieurs autres mots. Savoir décomposer un mot, c’est non seulement savoir trouver chacune de ses parties, mais aussi savoir les nommer et donner leur sens. Savoir décomposer un mot permet de trouver le sens de mots inconnus sans utiliser de dictionnaire. Puisqu'il est question ici du lexique grec, l'outil de recherche et concordance Strong permet d'analyser une définition juste et profonde d'un mot grec et d'identifier les versets de la Bible qui contiennent tel mot grec appelée concordance grecque. En plus de trouver
l'origine du mot grec, l'outil permet également de connaitre la phonétique du mot grec.

Qu'est-ce que «l'étymologie»?
C’est la « racine » du mot, la partie qui lui donne son sens (elle vient souvent du latin ou du grec). « chef » vient du latin caput : l’extrémité, la tête. Les mots ayant le même radical forment une famille. chef, capital, chapitre, capitaine, décapiter, caboche, capuche, escapade appartiennent tous à la même famille. On appelle « étymologie » (du grec « étymo » vrai, réel, véritable et de « logie » : la science, l’étude) l’histoire des racines des mots.

Source: http://www.jewfaq.org/root.htm (anglais)

Des sites Internet offrant la concordance Strong «grec/hébreux/français»
http://www.lexique-biblique.com/lexiques/hebreu/
http://www.lexique-biblique.com/lexiques/grec/
https://www.levangile.com/Liste-Strong-Hebreu.php
https://emcitv.com/bible/strong-biblique-grec.html
https://emcitv.com/bible/strong-biblique-hebreu.html



#10)


L'inerrance des Écritures:
En «théologie» chrétienne et juive, l’inerrance biblique (ou simplement inerrance) est une position doctrinale selon laquelle la Bible ne comporte aucune erreur dans sa forme originelle (manuscrits d'origine), tant en ce qui concerne la foi et la vie du croyant, qu'au sujet de l'authenticité du texte et des détails relatifs aux thèmes scientifiques, historiques et géographiques. Ceci implique que les auteurs bibliques auraient été «inspirés» de Dieu, et que Dieu leur aurait évité toute erreur dans leurs écrits. Jusqu'ici cela semble être en ordre, mais qu'en est-il des traductions, qui sont en quelque sorte des «interprétations des traducteurs» ? Est-ce que les lecteurs de la Bible peuvent leur faire confiance? Voyons par exemple, qui sont ceux qui n'osent remettre en question «l'esprit du traducteur» qu'ils associent avec «l'Esprit de l'auteur».

Le fondamentalisme chrétien
Le fondamentalisme «chrétien» se distingue par l’absence d’esprit critique. Ainsi, le doute, qu’il soit d’ordre spirituel, existentiel, ou méthodologique n’y est ni désiré, ni valorisé et il doit être dissipé pour faire place à une certitude intérieure. Autrement dit, toute remise en question des textes de la Genèse traduite dans leur langue, serait non seulement une atteinte à l'intégrité «de leur foi» devant Dieu, mais un péché d'incrédulité. C’est pourquoi le fondamentalisme s’oppose généralement à l’exégèse historico-critique ou scientifique, qui est adoptée officiellement par les croyants non fondamentalistes pour interpréter les textes religieux.

Les fondamentalistes considèrent l'Écriture comme une transcription fidèle et littérale de la vérité révélée par Dieu et en conséquence, les êtres humains n'ont plus qu'à l'accepter, s'y soumettre et obéir. Leur point de vue est non-négociable.

Non seulement le fondamentalisme chrétien, surtout présent dans le protestantisme, est une position religieuse qui soutient une interprétation stricte et littéraliste de textes sacrés, mais cette «conception littéraliste» des traductions bibliques n'a jamais osé remettre en question l'intégrité spirituelle de ceux qui ont traduit les Écritures. Et que penser des Bibles «annotées» de commentaires, telle que la version de la Bible Scofield, dont William Branham a avoué s'être souvent «inspiré»? Et je désire ajouter: puisque la  position fondamentaliste ne permet pas  de s'aventurer à vérifier quoi que ce soit, comme le faisait les Juifs de Bérée, Actes 17:11, de peur de «déplaire à Dieu», je me pose sérieusement la question à savoir s'ils croient fermement que «l'esprit» du traducteur» (de la version biblique traduite dans leur langue) était sur la même longueur d'onde que celle de l'Esprit de l'auteur. Il semble qu'ils n'y ont jamais pensé. Il est vrai que la Bible est «inspirée», mais seulement pour ceux qui sont également «inspirés» du même Esprit que Celui de l'auteur et qui comprennent ce que l'auteur voulait dire.

La traduction des textes bibliques est relative...
Question: Imaginez un traducteur des Écritures de l'Ancien Testament, un de ceux qui sont ces «érudits» qui ont étudié les textes «sacrés» avec plein de diplômes en théologie, et que pendant son travail de traducteur, il observe qu'un certain mot écrit en langue hébraïque offre plusieurs interprétations différentes dans un contexte où les repères sont exclusivement d'ordre spirituel. Alors, comment pourrait-il interpréter la pensée de l'auteur pour traduire adéquatement le bon mot ou la bonne expression? À ce jour, j'estime que certaines traductions reflètent seulement la piètre interprétation humaine du traducteur, lequel probablement bien embêté, s'est servi d'éléments mentionnés dans le cadre de l'événement pour «deviner» approximativement ce qui s'était passé. Il aura beau vous dire que les Écritures étaient inspirées, mai lui, l'était-il? Vous trouverez ci-après certains passages des Écritures de la Genèse qui sont non seulement problématiques, mais qui induisent carrément le lecteur hors de la pensée inspirée de l'auteur.

Évidemment, il faut considérer que les textes traduits de l'hébreu ou du grec sont crédibles dans notre langue en autant que les traducteurs étaient sur la même longueur d'onde que l'auteur qui les a écrits. Et encore! Même si les textes reflètent exactement le sens des mots d'origine, ce n'est pas une garantie pour interpréter correctement la pensée initiale de l'auteur. J'expliquerai plus loin ce que signifie l'expression «meeting of the minds», utilisée fréquemment en langue anglaise.

Ce n'est pas nécessairement en lisant les Écritures que le Seigneur est lié d'office, ou forcé de nous faire comprendre tout ce qu'Il a publié par le moyen de ses serviteurs et prophètes. Il y a des clés qui sont cachées dans les Écritures, et à moins de les posséder, les mystères les plus précieux demeureront obscurs. Vous aurez beau étudier en théologie dans les grandes universités, et toutes vos études ne feront que vous éloigner de la simplicité des Écritures. Certains passages des évangiles nous prouvent que ce qu'on dit ou ce qu'on écrit n'est pas nécessairement accessible à tout le monde....même écrit simplement. Parfois, vous devez comprendre que les lecteurs ou les auditeurs ne sont pas toujours ceux à qui la Parole de Dieu est destinée, et rappelez-vous que Jésus n'était pas nécessairement «comprit» même en utilisant un langage ordinaire. Un jour ses disciples lui demandèrent:

«Pourquoi leur parles-tu en paraboles?» Matthieu 13:10-13

Jésus leur répondit: «10 Les disciples s'approchèrent, et lui dirent: Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? 11 Jésus leur répondit: Parce qu'il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné. 12 Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a. 13 C'est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu'en voyant ils ne voient point, et qu'en entendant ils n'entendent ni ne comprennent.»

Et que dire, si les «paraboles de la Parole de Dieu» sont écrites un peu partout dans l'Ancien et le Nouveau Testament? Ce qui s'appliquait aux paraboles de Jésus, c'est-à-dire qu'elles n'étaient pas destinées à tous ceux qui les «entendaient»,  continue de s'appliquer aux paraboles, aux récits bibliques qui offrent plusieurs figures et types allégoriques. Nous sommes familiers que les actions de l'ancien Israël étaient des figures des choses à venir.
Colossiens 2:17, Hébreux 10:1

La compréhension des Écritures s'opère par l'Esprit qui les a écrites.
Un jour, un frère avait publié sur la page d'un de mes groupes Facebook, un texte débutant avec quelques questions évocatrices, lesquelles disaient à peu près ceci: «Avez-vous du mal à comprendre la Bible ? Est-ce que les prophéties vous semblent difficiles à saisir ? Aimeriez-vous apprendre comment y arriver?» et il avait placé un lien vers une vidéo intitulée «Comment étudier la Bible»

Et puis, le Seigneur me donna quelque chose à ce sujet que je vais maintenant partager avec vous. En fait, il n'y a qu'une seule façon d’étudier la Bible, et je vais vous dire comment. Au départ, j’affirme que la Bible n’est pas «La Parole de Dieu», «mais que «La Parole de Dieu est dans la Bible» et qu’Elle est reconnue seulement par ceux qui rejoignent le même Esprit et la même pensée que celle de l’auteur. Simple me direz-vous? Non je vous répondrais, pas si simple que cela, et je vais vous expliquer pourquoi.

Les auteurs des Écritures de la Bible que nous croyons être la Parole écrite de Dieu, étaient inspirés de l’Esprit du Seigneur, et il est impératif qu’il en soit de même pour ceux qui interprètent la Bible avec précision. En d'autres mots, le lecteur doit être exactement «sur la même longueur d'onde» que celui qui a rédigé le texte biblique pour la première fois. Si vous lisez Moïse par exemple, vous devez avoir l'Esprit qui a inspiré Moïse. Sinon, ce serait comme tenter de lire un texte écrit dans une langue étrangère que l'on ne comprend pas et de tenter d'interpréter du mieux que l'on peut ce qui est écrit en observant seulement le contexte historique et social. Les chances de tomber pile sur le vrai sens des mots écrits dans le texte seraient assez minces, voir impossible. Aujourd'hui, les étudiants de la Bible, chrétiens et juifs, sont d'avis que le livre de la Genèse a été écrit par Moïse, et je partage également cette conviction, car l'auteur de la Genèse possédait les clés du mystère de Dieu et du mystère du serpent ancien, appelé le diable et Satan. Or Moïse était un vrai vainqueur dans le sens spirituel de l'expression. En conséquence, à moins d'être un vainqueur comme Moïse, vous n'y arriverez jamais. À moins de rejoindre l'Esprit qui a inspiré Moïse à écrire la Genèse, vous ne lirez pas ce que Moïse a voulu dire, et vous ne découvrirez pas ce qu'il a caché volontairement.

Mais qui peut prétendre être authentiquement oint de l'Esprit de Dieu pour interpréter les prophéties bibliques? La réponse est simple et laissez-moi vous montrer comment le raisonnement humain peut se tromper. Rappelez-vous Nicodème, dont les Écritures disent qu'il était un chef des Juifs (un leader), un «docteur d'Israel» probablement considéré comme très instruit de la loi, lequel devait passer auprès des siens pour une personne éduquée et intelligente, qui en était venu à la conclusion que «personne ne pouvait faire les miracles que faisait Jésus, sans que Dieu soit avec lui » , et Jésus lui avait pourtant dit qu'à moins de naître de nouveau, non seulement il ne pouvait même pas «comprendre le royaume de Dieu, mais ne pourrait même pas y entrer »

En d’autres mots, Nicodème aurait pu dire aussi à Jésus : « grâce à ma formation en théologie des textes sacrés de nos prophètes, et mon éducation religieuse de haut niveau, moi et mes collègues, les docteurs de la loi, … nous croyons que Dieu est avec toi, seulement du fait que tu accompli ces miracles … » 

Note: La même chose s'est passée vers les années 50-60s avec un prédicateur qui avait un ministère de guérison. Et ces gens ont probablement conclu que si ce prédicateur exerçait un ministère de guérison, qu'il avait l'autorité divine d'interpréter les Écritures et les prophéties.

Sauf que même avec «sa pseudo déclaration de foi» Nicodème n'avait rien absolument rien compris du Royaume de Dieu et il avait tout interprété de travers. Voilà la faiblesse de l’esprit humain ! L’esprit humain ne sait pas que les Écritures sont scellées pour lui et bien qu’il les lise, elles ne lui sont pas destinées. Mais Jésus rectifia les choses immédiatement. Rappelez-vous de ce que Jésus disait au sujet des paraboles qui n'étaient pas destinées à n'importe qui. Matthieu 13:10-13

Dans Jean 3: 3-5, nous lisons ce que Jésus répondit à Nicodème : «Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. » Voilà la preuve authentique que Dieu est avec un homme ! Une personne authentiquement née de nouveau «voit» ou «comprend» le Royaume de Dieu. Ce ne sont pas les miracles que Dieu pourrait faire par le ministère d’un homme qui lui donnent l’autorité d’interpréter les prophéties bibliques, mais l’authentique nouvelle naissance.

Comprenez-vous? Nicodème n'était pas né de nouveau, et pourtant il croyait que le simple fait de voir des miracles authentiques, lui accordait l'équivalent de la nouvelle naissance. Mais Jésus répondit à Nicodème, que bien que son observation était juste, (les miracles), ce n'était pas un gage de l'authentique nouvelle naissance. Voyons ce que dit Matthieu 7.22

« Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi… » Matthieu 7:22-23
Peut-être qu'il y en a qui diront: Seigneur, Seigneur! N'avons-nous pas interprété en ton nom, les Écritures et les prophéties? Et Il leur répondra la même chose.....

En aucun cas, il est mentionné dans Matthieu 7:22 que les miracles qu'ils avaient faits au nom du Seigneur étaient faux ou venaient du diable, et pourtant ce genre d’autorité n’avait absolument rien à voir avec l’authentique nouvelle naissance. Ceux dont le Seigneur fait allusion dans Matthieu 7:22 avaient reçu l’autorité de chasser des démons et de faire des miracles en son nom, mais le Seigneur ne les connaissaient pas.

Rappelez-vous que  Judas Iscariote, qui était avec les douze apôtres, reçut lui aussi la commission de chasser des démons et de guérir des malades. Et pourtant, il était du diable. Pour être connu du Seigneur, il faut être authentiquement né de nouveau.

Ce n’est pas tant la Bible qui divise le christianisme, mais plutôt les *prémisses (voir note) personnelles de la personne qui l’interprète. Telle est la faiblesse de l'esprit humain non-régénéré. Dans l'épître de Jacques, au chapitre 3 verset 15, nous lisons : «La sagesse d'en bas n'est pas la même que la sagesse d'en haut », et cette sagesse d'en bas, Jacques dit qu'elle est «terrestre, charnelle et diabolique».

Note *Les prémisses se distinguent des conclusions en ce qu’elles servent de principe, de points d’appui considérés comme évidents par eux-mêmes ou démontrés dans des raisonnements à partir desquels on déduit des conclusions.

Conclusion:  La caractéristique de l'esprit humain se reflète dans ses propres revendications, qui croit à tort que Dieu inspirera à coup sûr, toute personne qui désire comprendre les Écritures et les prophéties, afin de lui accorder la capacité d'interpréter la Bible avec précision, lorsque ce dernier s’appuie sur l'opinion et le raisonnement du traducteur des textes bibliques à interpréter. C’est exactement sur ce point que l'erreur réside. Bien qu’on concède que le Saint-Esprit est l'auteur de sa propre interprétation, une évidence qui est partagée de tous, le seul fait que tant de personnes ont affirmé que le Saint-Esprit leur a parlé et les a choisis pour interpréter les prophéties, nous montre bien qu'il faut maintenant plus qu'un témoignage d'une personne sincèrement motivée à nous enseigner ce qu'il croit avoir reçu par inspiration divine. Il nous faut pour commencer, rencontrer l'Auteur des Écritures et des prophéties, et non pas le traducteur.

 D'après les étudiants de la Bible, le début du livre de la Genèse aurait été écrit par Moïse, ce qui signifie que la Genèse aurait été écrite plus de 2400 ans après Adam. 
Donc, le contenu du récit de la Genèse n'a pu être écrit que sous inspiration divine, et Moïse, a volontairement codé son récit pour réserver la révélation des mystères cachés seulements aux enfants du Royaume de Dieu.
Cliquez pour agrandir


Section de l'étude des Écritures
Les origines de la doctrine de l'enlèvement
Source:
http://www.royaume-de-dieu.net/article-la-doctrine-de-l-enlevement-74617368.html

Afin de contrer le mouvement de la Réformation, le Pape Léon X à autorisé trois jésuites à réinterpréter les prophéties des 70 semaines de Daniel, le livre de l'Apocalypse et d'Ézéchiel.

Le but de ces jésuites était de détourner l'attention dirigée sur la papauté concernant les prophéties relative à l'anti-christ. Ces trois personnages étaient : - Francisco Ribera (1537-1591) de Salamanca - Luis de Alcazar (1554-1621) de Seville - Cardinal Roberto Bellarmine (1542-1621), disciple de l'école de pensée de Ribera. La doctrine dite « de l'enlèvement futur » a été élaborée et proposée par Fransisco Ribera dans son commentaire de l'apocalypse.

Son travail fut publié en 1591 sous le nom de "In Sacram Beati Ionnis Apostoli & Evangelistate Apocoalypsin Commentari. Ce livre peut encore être consulté à la librairie Bodleian à l'université d'Oxford. Son interprétation « futuriste » n'a pas seulement secouer l'église protestante mais aussi l'église catholique. C'est pourquoi le pape a ordonné de « l'enterrer » dans les archives, hors de vue.

Malheureusement, 200 ans plus tard, un libraire de l'archevêque de Canterbury du nom de S. Maitland (1792-1866) fut nommé gardien de ce manuscript à la librairie Lambeth Palace, London en Angleterre. Maitland s'interessa au travail de Ribera est le publia à nouveau vers 1826.

John Nelson Darby (1800-1882) est devenu un adepte de S. Maitland et à été convaincu par son travail. Darby avait de l'influence dans les séminaires en Europe et au États-Unis. Il a changé le point de vue eschatologique de nombreux ministres ce qui à eu pour effet de retomber sur les églises. Les enseignements de Darby/Ribera ont été adopté radicalement par Cyrus Ingerson Scofield (1843-1921). Cette école de pensée prophétique influença son ouvrage de référence, la Bible Scofield, salué comme « le livre des livres ».

Un autre contributeur à la doctrine de l'enlèvement est le prêtre jésuite chilien Emmanuel Lacunza (1731-1801). Il écrit autour de 1791 « La Majesté et la Gloire à venir du Messie » qui est republié à Londres en 1827 Ce livre était attribué à un auteur fictif du nom de Rabbi Juan Josafat BenEzra. Le revérent Edward Irving (1792-1834) soutenait que c'était le travail d'un juif converti et que cela prouvait que les érudits juifs embrassaient aussi la doctrine d'un enlèvement pré-tribulationniste. Cela ne pris pas beaucoup de temps avant qu'il convainque d'autres à suivre sa ligne ce qui donna naissance aux « irvingites ».

En mars 1830, à Port Glasgow, une jeune fille du nom de Margaret Mc Donald, 15 ans, parle de ses visions. Robert Norton publie les vision de Margaret et des prophéties dans son livre “The Restoration of Apostles and Prophets in the Catholic Apostolic Church” (Londres, 1861). Comme aujourd'hui, il régnait une grande confusion sur les détails de cette doctrine. Lacunza affirmait que seul les croyants qui avaient pris part aux sacrements et à l'eucharistie seraient enlevé alors que Margaret Mac Donald disait que l'enlèvement ne concerne que ceux qui sont rempli du Saint- Esprit. Norton prêchait que seul ceux qui avaient reçu le sceau de Dieu par l'imposition des mains seraient enlevés.

John Darby, diacre ordonné par l'église d'Angleterre, et Edward Irving ont visités ensemble Margaret Mc Donald pendant le temps de ses visions. Darby, influencé par les enseignements de S.R. Mailand et Ribera combiné à la réinterprétation de Irwing, Mc Donald et Lacunza, a utilisé cette théorie pour apporter du sang neuf à une église d'Angleterre en léthargie.

Malgré que les effets de ce mensonge soit toujours dominant dans l'Eglise d'aujourd'hui, je n'ai pas l'ombre d'un doute que la Vérité prévaudra. Merci Seigneur car ta Parole est Vrai, sans confusion ni tromperie. P. Herren d'après une étude de Larry G. Meguiar

Enlèvement Pré-Tribulation


« (264) Regardez, je veux dire encore une chose. Soyez attentifs, là; ne manquez pas ceci. C’est vraiment saisissant! Du Message du septième ange (le messager du Septième Sceau), dans Apocalypse 10, ce qui était le Septième Sceau, jusqu’aux Sept Trompettes, entre ces deux moments-là... [Frère Branham tape une fois dans ses mains. – N.D.É.]

(265) Ô Dieu, comment Le dire, pour que les gens Le voient?

(266) C’est entre cette Sixième Trompette, et la Sixième Trompette et... La Sixième Trompette et le Sixième Sceau sonnent en même temps. Et, entre la Sixième Trompette et la Septième Trompette, un prophète doit se présenter devant ceux des nations, pour appeler les gens à revenir à la Doctrine pentecôtiste originelle; et les deux témoins d’Apocalypse 11 se présentent aux Juifs, pour les diriger vers Jésus, pendant que l’Église est enlevée. Tous des prophètes! Amen! La Parole du Seigneur ne peut pas être anéantie. Ce ne sera pas une dénomination! [Frère Branham donne plusieurs coups sur la chaire. – N.D.É.] Le voyez-vous?

(267) Lisez-le dans votre Livre, ici, voyez si ce n’est pas entre la Sixième et la Septième Trompette que cela s’insère, que les Juifs sont appelés entre le Sixième et le Septième Fléau, qu’on en arrive aux cent quarante-quatre mille (vous vous en souvenez?), ce qui se passait entre les deux. Vous vous souvenez? Entre le–le–le Sixième, le Cinquième Sceau et le Sixième Sceau... Entre le Sixième Sceau et le Septième Sceau, il y avait l’appel des cent quarante-quatre mille. Vous vous en souvenez? Or, c’est là que s’insèrent ces trompettes, exactement là, voyez-vous, et la persécution, et les chevaux qui sont déliés là.

(268) Et alors, entre les deux, alors il devait y avoir un Message du septième ange, qui avait prêché et condamné les pentecôtistes. Et Jésus avait été expulsé; il n’y avait aucune collaboration, avec personne, mis dehors, rejeté. La Bible le dit. En effet, c’est Christ manifesté parmi nous, Jésus parmi nous tous, manifesté dans la pureté de Sa Parole, La faisant connaître. Et si c’est...

(269) Ceci n’est pas simplement une invention, mes amis. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR, l’Écriture.

(270) Et au même moment... Maintenant, dès que cette Église (l’Épouse) est rassemblée, Elle est enlevée; ce mystère du Septième Sceau, ou le Septième Sceau, le mystère du départ. Les Juifs, eux, sont appelés par le mystère de la Septième Trompette; il s’agit de deux prophètes, Élie et Moïse, qui reviennent. Et c’est là-dessus que les pentecôtistes sont tout déboussolés: ils s’attendent à ce que quelque chose se produise; l’Église est déjà partie. Ça, c’est pour les Juifs.

(271) Bon, je sens que, dans son esprit, quelqu’un se dit: “Ça ne peut pas être Moïse.” Oui, c’est lui. Maintenant, souvenez-vous, Il peut me dire ce que vous pensez. Oui. Oui. Je sens constamment cette ré-... Bien.
La fête des trompettes 64-0719M Source: http://www.branham.fr/sermons/306-The_Feast_Of_The_Trumpets




Note: Les liens sont soulignés en bleu     (Les hyperliens indiqués avec s'ouvrent dans une fenêtre extérieure)

En 1954, William Branham avait déclaré dans une prédication intitulée «Dieu amène son Église à la perfection», que ceux qui étaient nés de nouveau étaient restaurés à égalité avec Jésus, dans la présence de Dieu. Et sur ce point je suis tout à fait d'accord avec lui. Dans cette affirmation, il y avait là, tout le conseil de Dieu au complet! Sauf, que sa déclaration n'était qu'une brève étincelle qui disparut dans la nuit et que tous oublièrent, incluant William Branham lui-même!

La citation de William Branham est ici (survolez ce lien avec votre curseur)

Ce fut probablement la première et dernière fois que William Branham déclara cela. Mes recherches dans la base de données de ses prédications originales (en anglais) m'indiquent que les expressions «co-equal with Jesus in His presence» ou «equal with Jesus in His Presence » associées à la nouvelle naissance, ne furent plus jamais utilisées dans aucun de ses sermons par la suite.

Pour ceux qui affirment que William Branham a prêché le pur Évangile Apostolique, détrompez-vous. À compter de 1954, William Branham aurait pu placer la barre du mystère du salut, un million de fois plus haute, et amener les saints sur la montagne de Dieu, mais il s'est rangé du côté de l'accusateur en déployant tous ses efforts à tenter de redresser le comportement «immoral» humain en lui appliquant sa propre vision d'un «pseudo comportement chrétien». Au lieu d'appeler les saints à s'identifier à la sainteté et la perfection même de Jésus, il s'est contenté de prêcher un salut conditionnel à une repentance perpétuelle entretenue la culpabilité permanente d'une conscience constamment accusée devant Dieu. Les réformateurs et John Wesley avaient fait la même chose. Souvenez-vous que Jésus avait dit que s'il «ne tombait pas en terre» Jean 12:24, il resterait seul. Seul de sa famille, des frères et sœurs comme lui, restaurés à son image. Trouvez-moi des déclarations de William Branham qui affirment que maintenant Jésus n'est plus seul, et que ceux qu'il a rachetés sont restaurés à égalité de sainteté et de perfection avec lui devant son Père et notre Père, devant son Dieu et notre Dieu! Jean 20:17

On pourra dire que l'Église est passée à un cheveu d'avoir un vrai Message de réveil! Mais le Seigneur l'a quand même laissé prêcher jusqu'en 1965, jusqu'à ce qu'il soit brusquement «retiré de la circulation» avec violence. Et pour cause! Le fondement même de toutes ses interprétations des prophéties du Livre de l'Apocalypse étaient littéralement «empruntées» des théologiens trinitaires qui enseignaient le «Dispensationalisme», tel que Darby, Scofield et Larkin! Ses enseignements s'étaient tellement écartés de la Parole de Dieu que la confusion s'est installée chez tous ceux qui l'admiraient pour son «ministère de guérison»! Comment le Seigneur aurait pu endosser tout cela? Comment ne pas vomir et être malade à vouloir digérer ses enseignements! William Branham s'est conduit comme Balaam. La bénédiction et l'erreur sortait par la même bouche!

William Branham aurait du prêcher ce qu'il avait déclaré en 1954 à propos de la nouvelle naissance, et ce, durant tout son ministère de guérison! Il aurait dû marteler cette vérité et envoyer promener la «révélation progressive» et «dispensationaliste» bricolée par des théologiens trinitaires, tels que Darby, Scofield et Larkin. Au lieu de cela, William Branham a essayé de vous faire croire que n'importe qui pouvait être perçu comme un «véritable vainqueur né de nouveau» aux yeux du Seigneur, en «autant que la personne est sincère et marche dans la seule compréhension qu'elle a» du message «évangélique» de son temps! William Branham a tenté de nous faire croire que les critères requis pour expliquer le principe spirituel de la nouvelle naissance pouvaient «évoluer» selon «le degré de «Lumière» et «de révélation» de l'Évangile apostolique que le «pseudo ange/messager» avait comprit. Sauf que, le Seigneur n'a jamais fait de compromis avec les critères requis pour être baptisé dans son Alliance! Dieu n'a jamais fait de compromis avec des personnages tels qu'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona ou Martin Luther. Dieu ne change pas sa pensée comme les hommes,, la pensée de Dieu n'est pas «progressive», et ce qui est «ténèbres spirituels» aujourd'hui, l'était tout autant hier, et le sera éternellement

Jamais l'authentique foi de Dieu n'a eu besoin d'une lente «restauration progressive» étalée sur plusieurs siècles, comme a tenté de nous faire croire William Branham! Le fondement même de toutes les interprétations humaines des prophéties du Livre de l'Apocalypse, incluant le soi-disant «Message» de William Branham, repose essentiellement sur des travaux littéralement «empruntés» aux théologiens Trinitaires qui enseignaient «l'évolution et la restauration de la foi Apostolique» par «étapes» au cours des siècles, qu'on appelle «Dispensationalisme», tel que développé initialement par les théologiens Darby, Scofield et Larkin! Et à tous les pasteurs des assemblées de «ce Message» qui défendent les enseignements de William Branham, je déclare que la seule bonne chose à faire maintenant, est de démissionner et de laisser les vrais ouvriers faire leur travail.


*

Les livres du Nouveau et de l'Ancien Testament n'ont pas été écrits en français à l’origine; l'Ancien Testament l’a été en hébreu et araméen puis traduit dans d’autres langues dont le français, même chose pour le Nouveau Testament, qui lui a été écrit en Grec. La traduction des textes bibliques en français (ou dans toute autre langue) manque souvent de fidélité et de «relief» par rapport aux textes originaux, ce qui parfois nous donne quelques difficultés pour bien interpréter les textes des Écritures. Aussi, ceux qui ont l'habitude d'étudier la Bible en profondeur savent qu'il est important de pouvoir avoir accès aux textes bibliques originaux pour mieux comprendre et interpréter un passage biblique. Cependant, apprendre le grec et l’hébreu représente un lourd investissement, qui de plus n’est pas donné à tout le monde, il faut le souligner.

C’est pour cela qu’un érudit du 19ème siècle nommé James Strong, nous a facilités la tâche, en remarquant tout simplement que les mots de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament sont immuables et qu’il suffisait de les classer par ordre alphabétique dans chaque langue originale et d’y associer à côté un numéro dans l’ordre croissant : Ceci a donné tout simplement les mots codés Strong pour l’Ancien et le Nouveau Testament (ou les Strongs en raccourcis). Lui et une centaine de ses collaborateurs après un travail fastidieux, ont sorti un ouvrage de référence à la fin du 19ième siècle (The Strong's Exhaustive Concordance of the Bible) avec un numéro Strong à côté de chaque mot qui correspond à un mot que l’on trouve dans le texte original. Ceci évite quand on a un tel ouvrage de devoir connaître l’hébreu ou le grec. Bien qu'on lui attribue le titre de théologien, James Strong n'a jamais tenté d'expliquer les Écritures, mais a concentré son travail sur sa concordance.

Bien que de nombreux croyants utilisent le dictionnaire «Strong's Concordance» pour traduire des mots grecs, cela peut néanmoins conduire à des conclusions douteuses, surtout si la personne qui utilise l'outil, possède au départ une  opinion théologique qu'il désire défendre ou une mauvaise compréhension du sens spirituel que l'auteur des textes bibliques voulait exprimer à l'origine. Parce que le dictionnaire/concordance de Strong n'est pas spécifique à un mot particulier dans un passage particulier, étant génériquement basé uniquement sur les racines grecques, il doit être utilisé dans les études des mots grecs trouvés dans le Nouveau Testament grec, avec l'Esprit de l'auteur.

La plupart des mots hébreux sont dérivés de mots racines de trois lettres. La grande majorité des mots de la langue hébraïque peuvent se résumer à un mot racine à trois consonnes qui contient l'essence de la signification du mot. Même si vous ne pouvez pas lire l'hébreu, vous constaterez que vous pouvez comprendre le sens de la Bible en identifiant les racines des mots.:

Par exemple à partir de la racine primaire «'aman - !ma», (Strong 539) verbe qui signifie «être fidèle, confirmer», nous obtenons «emuwn - !wma», (Strong 529) mot qui signifie «fidélité, confiance», et de «emuwn» nous pouvons obtenir «hnwma - emuwnah» (Strong 530) (fermement, fidélité)

Publiée la première fois vers 1890, James Strong a construit sa concordance à partir de la traduction anglaise King James (KJV). La version Louis Segond 1910 (LSG) a été utilisée pour traduire la Concordance Strong en français. Les deux traductions ont en commun d'être très littérales, ce qui facilite les concordances entre les termes. Les textes originaux sur lesquels sont basées ces deux traductions ne sont pas les mêmes, ce qui peut mener à quelques différences.

Formation de mots hébreux à partir de racines
Les mots hébreux sont formés à partir de racines en modifiant les voyelles et en ajoutant une profusion de préfixes et de suffixes à cette racine. Les préfixes peuvent être des prépositions (dans, sur, de, vers, etc.), des articles (le) ou d’autres choses. Les suffixes peuvent être des pronoms (lui, vous, notre, etc.), des possessifs (s), ou peuvent indiquer le sexe et le nombre (singulier féminin; pluriel masculin, etc.). En raison de la manière dont ces préfixes et suffixes sont ajoutés à la racine, un seul mot en hébreu peut être traduit en français par plusieurs mots.

Si la même racine hébraïque est utilisée à deux endroits différents, les mots et leur signification sont probablement liés. Si vous voyez le même mot français à deux endroits différents mais que les mots hébreux correspondants ont des racines différentes, cela peut indiquer qu'il existe une nuance de sens différente que le français ne reflète pas.

Il y a étonnamment peu de mots racines en hébreu biblique, mais nous en tirons beaucoup. Par exemple, à partir de la racine «qadash» (Xdq), verbe qui signifie «sanctifier, consacrer, être saint, être séparé», nous obtenons «qodesh» qui signifie «consécration, sainteté, mise à part», et aussi nous pouvons obtenir «qedesh» qui signifie «lieu saint, lieu consacré»

Formation des mots français à partir du grec.
La plupart des mots du français viennent du latin et du grec. Cependant, puisque le Nouveau Testament a été traduit du grec, il convient d'examiner pourquoi les traducteurs du Nouveau Testament ont privilégié un certain mot français plutôt qu'un autre. Et c'est justement là où l'interprétation du sens original peut différer d'une version biblique à une autre.

Est-ce que les traducteurs de la Bible, sont fiables?
La question qui se pose est souvent de comprendre «dans quel esprit» le traducteur était lui-même, lorsqu'il a interprété les Écritures à partir du grec ou de l'hébreu, ce qui à mon avis est un questionnement entièrement légitime. Est-ce que les lecteurs de la Bible peuvent leur faire confiance? Nous savons par exemple que ceux qui adhèrent au «fondamentalisme chrétien» se distinguent par l’absence d’esprit critique, car ils n'osent pas remettre en question «l'esprit du traducteur» qu'ils associent avec «l'Esprit de l'auteur». Or donner un «chèque en blanc» à quiconque prétend avoir réellement compris le sens profond des Écritures est non seulement risqué, mais dénote une naïveté spirituelle qui ouvre la porte à la séduction offerte par toutes les interprétations et les dérapages théologiques actuels.

L'outil de référence Strong peut s'avérer utile.
Un mot est souvent un « assemblage » de plusieurs autres mots. Savoir décomposer un mot, c’est non seulement savoir trouver chacune de ses parties, mais aussi savoir les nommer et donner leur sens. Savoir décomposer un mot permet de trouver le sens de mots inconnus sans utiliser de dictionnaire. Puisqu'il est question ici du lexique grec, l'outil de recherche et concordance Strong permet d'analyser une définition juste et profonde d'un mot grec et d'identifier les versets de la Bible qui contiennent tel mot grec appelée concordance grecque. En plus de trouver
l'origine du mot grec, l'outil permet également de connaitre la phonétique du mot grec.

Qu'est-ce que «l'étymologie»?
C’est la « racine » du mot, la partie qui lui donne son sens (elle vient souvent du latin ou du grec). « chef » vient du latin caput : l’extrémité, la tête. Les mots ayant le même radical forment une famille. chef, capital, chapitre, capitaine, décapiter, caboche, capuche, escapade appartiennent tous à la même famille. On appelle « étymologie » (du grec « étymo » vrai, réel, véritable et de « logie » : la science, l’étude) l’histoire des racines des mots.

Source: http://www.jewfaq.org/root.htm (anglais)

Des sites Internet offrant la concordance Strong «grec/hébreux/français»
http://www.lexique-biblique.com/lexiques/hebreu/
http://www.lexique-biblique.com/lexiques/grec/
https://www.levangile.com/Liste-Strong-Hebreu.php
https://emcitv.com/bible/strong-biblique-grec.html
https://emcitv.com/bible/strong-biblique-hebreu.html


*


L'inerrance des Écritures:
En «théologie» chrétienne et juive, l’inerrance biblique (ou simplement inerrance) est une position doctrinale selon laquelle la Bible ne comporte aucune erreur dans sa forme originelle (manuscrits d'origine), tant en ce qui concerne la foi et la vie du croyant, qu'au sujet de l'authenticité du texte et des détails relatifs aux thèmes scientifiques, historiques et géographiques. Ceci implique que les auteurs bibliques auraient été «inspirés» de Dieu, et que Dieu leur aurait évité toute erreur dans leurs écrits. Jusqu'ici cela semble être en ordre, mais qu'en est-il des traductions, qui sont en quelque sorte des «interprétations des traducteurs» ? Est-ce que les lecteurs de la Bible peuvent leur faire confiance? Voyons par exemple, qui sont ceux qui n'osent remettre en question «l'esprit du traducteur» qu'ils associent avec «l'Esprit de l'auteur».

Le fondamentalisme chrétien
Le fondamentalisme «chrétien» se distingue par l’absence d’esprit critique. Ainsi, le doute, qu’il soit d’ordre spirituel, existentiel, ou méthodologique n’y est ni désiré, ni valorisé et il doit être dissipé pour faire place à une certitude intérieure. Autrement dit, toute remise en question des textes de la Genèse traduite dans leur langue, serait non seulement une atteinte à l'intégrité «de leur foi» devant Dieu, mais un péché d'incrédulité. C’est pourquoi le fondamentalisme s’oppose généralement à l’exégèse historico-critique ou scientifique, qui est adoptée officiellement par les croyants non fondamentalistes pour interpréter les textes religieux.

Les fondamentalistes considèrent l'Écriture comme une transcription fidèle et littérale de la vérité révélée par Dieu et en conséquence, les êtres humains n'ont plus qu'à l'accepter, s'y soumettre et obéir. Leur point de vue est non-négociable.

Non seulement le fondamentalisme chrétien, surtout présent dans le protestantisme, est une position religieuse qui soutient une interprétation stricte et littéraliste de textes sacrés, mais cette «conception littéraliste» des traductions bibliques n'a jamais osé remettre en question l'intégrité spirituelle de ceux qui ont traduit les Écritures. Et que penser des Bibles «annotées» de commentaires, telle que la version de la Bible Scofield, dont William Branham a avoué s'être souvent «inspiré»? Et je désire ajouter: puisque la  position fondamentaliste ne permet pas  de s'aventurer à vérifier quoi que ce soit, comme le faisait les Juifs de Bérée, Actes 17:11, de peur de «déplaire à Dieu», je me pose sérieusement la question à savoir s'ils croient fermement que «l'esprit» du traducteur» (de la version biblique traduite dans leur langue) était sur la même longueur d'onde que celle de l'Esprit de l'auteur. Il semble qu'ils n'y ont jamais pensé. Il est vrai que la Bible est «inspirée», mais seulement pour ceux qui sont également «inspirés» du même Esprit que Celui de l'auteur et qui comprennent ce que l'auteur voulait dire.

La traduction des textes bibliques est relative...
Question: Imaginez un traducteur des Écritures de l'Ancien Testament, un de ceux qui sont ces «érudits» qui ont étudié les textes «sacrés» avec plein de diplômes en théologie, et que pendant son travail de traducteur, il observe qu'un certain mot écrit en langue hébraïque offre plusieurs interprétations différentes dans un contexte où les repères sont exclusivement d'ordre spirituel. Alors, comment pourrait-il interpréter la pensée de l'auteur pour traduire adéquatement le bon mot ou la bonne expression? À ce jour, j'estime que certaines traductions reflètent seulement la piètre interprétation humaine du traducteur, lequel probablement bien embêté, s'est servi d'éléments mentionnés dans le cadre de l'événement pour «deviner» approximativement ce qui s'était passé. Il aura beau vous dire que les Écritures étaient inspirées, mai lui, l'était-il? Vous trouverez ci-après certains passages des Écritures de la Genèse qui sont non seulement problématiques, mais qui induisent carrément le lecteur hors de la pensée inspirée de l'auteur.

Évidemment, il faut considérer que les textes traduits de l'hébreu ou du grec sont crédibles dans notre langue en autant que les traducteurs étaient sur la même longueur d'onde que l'auteur qui les a écrits. Et encore! Même si les textes reflètent exactement le sens des mots d'origine, ce n'est pas une garantie pour interpréter correctement la pensée initiale de l'auteur. J'expliquerai plus loin ce que signifie l'expression «meeting of the minds», utilisée fréquemment en langue anglaise.

Ce n'est pas nécessairement en lisant les Écritures que le Seigneur est lié d'office, ou forcé de nous faire comprendre tout ce qu'Il a publié par le moyen de ses serviteurs et prophètes. Il y a des clés qui sont cachées dans les Écritures, et à moins de les posséder, les mystères les plus précieux demeureront obscurs. Vous aurez beau étudier en théologie dans les grandes universités, et toutes vos études ne feront que vous éloigner de la simplicité des Écritures. Certains passages des évangiles nous prouvent que ce qu'on dit ou ce qu'on écrit n'est pas nécessairement accessible à tout le monde....même écrit simplement. Parfois, vous devez comprendre que les lecteurs ou les auditeurs ne sont pas toujours ceux à qui la Parole de Dieu est destinée, et rappelez-vous que Jésus n'était pas nécessairement «comprit» même en utilisant un langage ordinaire. Un jour ses disciples lui demandèrent:

«Pourquoi leur parles-tu en paraboles?» Matthieu 13:10-13

Jésus leur répondit: «10 Les disciples s'approchèrent, et lui dirent: Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? 11 Jésus leur répondit: Parce qu'il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné. 12 Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a. 13 C'est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu'en voyant ils ne voient point, et qu'en entendant ils n'entendent ni ne comprennent.»

Et que dire, si les «paraboles de la Parole de Dieu» sont écrites un peu partout dans l'Ancien et le Nouveau Testament? Ce qui s'appliquait aux paraboles de Jésus, c'est-à-dire qu'elles n'étaient pas destinées à tous ceux qui les «entendaient»,  continue de s'appliquer aux paraboles, aux récits bibliques qui offrent plusieurs figures et types allégoriques. Nous sommes familiers que les actions de l'ancien Israël étaient des figures des choses à venir.
Colossiens 2:17, Hébreux 10:1

La compréhension des Écritures s'opère par l'Esprit qui les a écrites.
Un jour, un frère avait publié sur la page d'un de mes groupes Facebook, un texte débutant avec quelques questions évocatrices, lesquelles disaient à peu près ceci: «Avez-vous du mal à comprendre la Bible ? Est-ce que les prophéties vous semblent difficiles à saisir ? Aimeriez-vous apprendre comment y arriver?» et il avait placé un lien vers une vidéo intitulée «Comment étudier la Bible»

Et puis, le Seigneur me donna quelque chose à ce sujet que je vais maintenant partager avec vous. En fait, il n'y a qu'une seule façon d’étudier la Bible, et je vais vous dire comment. Au départ, j’affirme que la Bible n’est pas «La Parole de Dieu», «mais que «La Parole de Dieu est dans la Bible» et qu’Elle est reconnue seulement par ceux qui rejoignent le même Esprit et la même pensée que celle de l’auteur. Simple me direz-vous? Non je vous répondrais, pas si simple que cela, et je vais vous expliquer pourquoi.

Les auteurs des Écritures de la Bible que nous croyons être la Parole écrite de Dieu, étaient inspirés de l’Esprit du Seigneur, et il est impératif qu’il en soit de même pour ceux qui interprètent la Bible avec précision. En d'autres mots, le lecteur doit être exactement «sur la même longueur d'onde» que celui qui a rédigé le texte biblique pour la première fois. Si vous lisez Moïse par exemple, vous devez avoir l'Esprit qui a inspiré Moïse. Sinon, ce serait comme tenter de lire un texte écrit dans une langue étrangère que l'on ne comprend pas et de tenter d'interpréter du mieux que l'on peut ce qui est écrit en observant seulement le contexte historique et social. Les chances de tomber pile sur le vrai sens des mots écrits dans le texte seraient assez minces, voir impossible. Aujourd'hui, les étudiants de la Bible, chrétiens et juifs, sont d'avis que le livre de la Genèse a été écrit par Moïse, et je partage également cette conviction, car l'auteur de la Genèse possédait les clés du mystère de Dieu et du mystère du serpent ancien, appelé le diable et Satan. Or Moïse était un vrai vainqueur dans le sens spirituel de l'expression. En conséquence, à moins d'être un vainqueur comme Moïse, vous n'y arriverez jamais. À moins de rejoindre l'Esprit qui a inspiré Moïse à écrire la Genèse, vous ne lirez pas ce que Moïse a voulu dire, et vous ne découvrirez pas ce qu'il a caché volontairement.

Mais qui peut prétendre être authentiquement oint de l'Esprit de Dieu pour interpréter les prophéties bibliques? La réponse est simple et laissez-moi vous montrer comment le raisonnement humain peut se tromper. Rappelez-vous Nicodème, dont les Écritures disent qu'il était un chef des Juifs (un leader), un «docteur d'Israel» probablement considéré comme très instruit de la loi, lequel devait passer auprès des siens pour une personne éduquée et intelligente, qui en était venu à la conclusion que «personne ne pouvait faire les miracles que faisait Jésus, sans que Dieu soit avec lui » , et Jésus lui avait pourtant dit qu'à moins de naître de nouveau, non seulement il ne pouvait même pas «comprendre le royaume de Dieu, mais ne pourrait même pas y entrer »

En d’autres mots, Nicodème aurait pu dire aussi à Jésus : « grâce à ma formation en théologie des textes sacrés de nos prophètes, et mon éducation religieuse de haut niveau, moi et mes collègues, les docteurs de la loi, … nous croyons que Dieu est avec toi, seulement du fait que tu accompli ces miracles … » 

Note: La même chose s'est passée vers les années 50-60s avec un prédicateur qui avait un ministère de guérison. Et ces gens ont probablement conclu que si ce prédicateur exerçait un ministère de guérison, qu'il avait l'autorité divine d'interpréter les Écritures et les prophéties.

Sauf que même avec «sa pseudo déclaration de foi» Nicodème n'avait rien absolument rien compris du Royaume de Dieu et il avait tout interprété de travers. Voilà la faiblesse de l’esprit humain ! L’esprit humain ne sait pas que les Écritures sont scellées pour lui et bien qu’il les lise, elles ne lui sont pas destinées. Mais Jésus rectifia les choses immédiatement. Rappelez-vous de ce que Jésus disait au sujet des paraboles qui n'étaient pas destinées à n'importe qui. Matthieu 13:10-13

Dans Jean 3: 3-5, nous lisons ce que Jésus répondit à Nicodème : «Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. » Voilà la preuve authentique que Dieu est avec un homme ! Une personne authentiquement née de nouveau «voit» ou «comprend» le Royaume de Dieu. Ce ne sont pas les miracles que Dieu pourrait faire par le ministère d’un homme qui lui donnent l’autorité d’interpréter les prophéties bibliques, mais l’authentique nouvelle naissance.

Comprenez-vous? Nicodème n'était pas né de nouveau, et pourtant il croyait que le simple fait de voir des miracles authentiques, lui accordait l'équivalent de la nouvelle naissance. Mais Jésus répondit à Nicodème, que bien que son observation était juste, (les miracles), ce n'était pas un gage de l'authentique nouvelle naissance. Voyons ce que dit Matthieu 7.22

« Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi… » Matthieu 7:22-23
Peut-être qu'il y en a qui diront: Seigneur, Seigneur! N'avons-nous pas interprété en ton nom, les Écritures et les prophéties? Et Il leur répondra la même chose.....

En aucun cas, il est mentionné dans Matthieu 7:22 que les miracles qu'ils avaient faits au nom du Seigneur étaient faux ou venaient du diable, et pourtant ce genre d’autorité n’avait absolument rien à voir avec l’authentique nouvelle naissance. Ceux dont le Seigneur fait allusion dans Matthieu 7:22 avaient reçu l’autorité de chasser des démons et de faire des miracles en son nom, mais le Seigneur ne les connaissaient pas.

Rappelez-vous que  Judas Iscariote, qui était avec les douze apôtres, reçut lui aussi la commission de chasser des démons et de guérir des malades. Et pourtant, il était du diable. Pour être connu du Seigneur, il faut être authentiquement né de nouveau.

Ce n’est pas tant la Bible qui divise le christianisme, mais plutôt les *prémisses (voir note) personnelles de la personne qui l’interprète. Telle est la faiblesse de l'esprit humain non-régénéré. Dans l'épître de Jacques, au chapitre 3 verset 15, nous lisons : «La sagesse d'en bas n'est pas la même que la sagesse d'en haut », et cette sagesse d'en bas, Jacques dit qu'elle est «terrestre, charnelle et diabolique».

Note *Les prémisses se distinguent des conclusions en ce qu’elles servent de principe, de points d’appui considérés comme évidents par eux-mêmes ou démontrés dans des raisonnements à partir desquels on déduit des conclusions.

Conclusion:  La caractéristique de l'esprit humain se reflète dans ses propres revendications, qui croit à tort que Dieu inspirera à coup sûr, toute personne qui désire comprendre les Écritures et les prophéties, afin de lui accorder la capacité d'interpréter la Bible avec précision, lorsque ce dernier s’appuie sur l'opinion et le raisonnement du traducteur des textes bibliques à interpréter. C’est exactement sur ce point que l'erreur réside. Bien qu’on concède que le Saint-Esprit est l'auteur de sa propre interprétation, une évidence qui est partagée de tous, le seul fait que tant de personnes ont affirmé que le Saint-Esprit leur a parlé et les a choisis pour interpréter les prophéties, nous montre bien qu'il faut maintenant plus qu'un témoignage d'une personne sincèrement motivée à nous enseigner ce qu'il croit avoir reçu par inspiration divine. Il nous faut pour commencer, rencontrer l'Auteur des Écritures et des prophéties, et non pas le traducteur.

 D'après les étudiants de la Bible, le début du livre de la Genèse aurait été écrit par Moïse, ce qui signifie que la Genèse aurait été écrite plus de 2400 ans après Adam. 
Donc, le contenu du récit de la Genèse n'a pu être écrit que sous inspiration divine, et Moïse, a volontairement codé son récit pour réserver la révélation des mystères cachés seulements aux enfants du Royaume de Dieu.
Cliquez pour agrandir



William Branham se croyait «inspiré» de Dieu, dans tout ce qu'il enseignait. Selon lui, il «ne parlait que par inspiration». Comment résister à un tel langage? Imaginez une personne ordinaire avec très peu de connaissances bibliques «oser mettre en doute» de telles affirmations! En 1961 dans un sermon, il déclara «Je peux seulement proclamer la Parole. C’est à vous de prendre la décision. Mais, rappelez-vous, ce même Message vous jugera.» De quoi instaurer la crainte de «parler contre l'Esprit»! Sauf, que les paroles de William Branham ont réussi à semer la confusion parmi ceux et celles qui l'ont écouté, au point que près de 55 ans se sont écoulés avant que le «chat sorte du sac»! Mais maintenant, l'Église et ses saints vont oser!

«(28) À présent, j’aimerais, si vous le voulez bien, que vous écoutiez donc attentivement. Je pourrais ne pas être en mesure de rassembler cela correctement. J’ai juste... Je parle uniquement par inspiration; et l’inspiration, c’est juste lorsque vous trouvez la chose ici, vous la saisissez et vous la transmettez » [53-1129A]

«(81) Écoutez, amis, l’unique moyen pour vous de plaire à Dieu, c’est Lui obéir. (...) Pourquoi m’a-t-Il permis d’apporter un Message comme Celui-ci, si je suis en erreur? Il–Il ne bénira jamais un mensonge. Mais Il me permet d’apporter cela parce que j’ai prêché que ceci est la Vérité. Ceci est le Chemin.» [60-0804]

«(7) Je ne peux parler que par inspiration. C’est tout ce que je sais. Je m’attends à Lui pour qu’Il dise la chose, ou plutôt pour qu’Il me l’accorde, et alors je déclare cela.» [61-0209]

« (23) Mais quand je… quand je vois des choses et que je sais que c’est la vérité, alors je… Il y a quelque chose en moi qui fait que je ne peux pas me tenir tranquille; il faut que j’en parle simplement parce… Et après tout, je ne parle que par inspiration.» [61-0210]

« (31) C’est ça. Déployez simplement votre foi dans la Parole de Dieu. (...)..(61) Accrochez-vous à ce que la Parole dit. Ne quittez pas Cela ... (...) (91) Je peux seulement proclamer la Parole. C’est à vous de prendre la décision. Mais, rappelez-vous, ce même Message vous jugera.» [61-0410]

« (58) Amis, je ne parle que sous inspiration, et je ne peux parler que quand Il me dit de parler. »
[61-0412]

« (10) Et–et alors, je me dis : «Eh bien, ce que j’ai dit – j’ai dit, je l’ai dit, et c’était – c’était sous l’inspiration, autant que je connaisse l’inspiration.» [61-0429B]

« (11) Oui, monsieur, vous devez l'avoir! Et, cela se terminera ainsi. C'est ma prédiction en tant que serviteur de Christ. Par la compréhension que j'ai de la Parole et par l'inspiration: cela arrivera de cette manière. (244) Vous pouvez seulement servir Dieu... Vous pouvez seulement servir Dieu comme vous le faites et croire les serviteurs que Dieu envoie. Vous ne pouvez servir Dieu, voyez-vous, que dès le moment où les serviteurs de Dieu, qui sont envoyés, interprètent pour vous la Parole par une inspiration divine.» [62-0318E]

« (8) Mais comment un homme qui va prêcher par inspiration peut-il dire autre chose que ce qui lui vient par inspiration? Si jamais je dis quelque chose de contraire à la Parole, attirez donc mon attention là-dessus.» [62-0519]

« Si Dieu veut simplement me faire confiance dans cette position-là, je suis juste Son porte-parole. Eh bien, ces hommes sont des érudits. Ils ont reçu une instruction. Ils savent comment rassembler ces choses. Moi, je ne fais qu’éparpiller les choses comme cela de toutes les manières juste par inspiration. » [62-0623]

« (5) Je suis sans instruction, et je ne peux parler que par inspiration[64-0125



Voyons comment William Branham a tenté de s'identifier lui-même au «septième ange»

«Maintenant, vous voyez, je ne suis pas en train d’inventer ça. C’est ce que... C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Je vais vous Le lire dans le Livre : “Quand le Message du septième ange serait proclamé, le mystère de Dieu s’accomplirait, tel qu’annoncé par Ses saints prophètes”, c’est-à-dire les prophètes qui ont écrit la Parole. À la proclamation du septième âge de l’Église, le dernier âge de l’Église, toutes les choses qui étaient restées en suspens, qu’on avait sondées au cours de ces âges de l’église, seront réglées ensemble.
Et, une fois que les Sceaux sont brisés et que le mystère est révélé, c’est là que l’Ange descend, le Messager, Christ, qui pose Son pied sur la terre, et sur la mer, avec un arc-en-ciel au-dessus de Sa tête. Maintenant, souvenez-vous, ce septième ange est sur la terre au moment de cette Venue

Tout comme Jean donnait son message en même temps que le Messie est venu, à l’époque. Jean savait qu’il Le verrait, parce qu’il devait Le présenter.

Et nous comprenons bien, d’après les Écritures, dans Malachie 4, qu’il doit en venir un, semblable à Jean, un–un Élie à qui la Parole de Dieu peut venir. Et c’est lui qui doit révéler, par le Saint-Esprit, tous les mystères de Dieu, et ramener la foi des enfants à la Foi des pères apostoliques, rétablir tous les mystères qui avaient été sondés au cours de ces années des dénominations. Or, voilà ce que dit la Parole. Je suis seulement responsable de ce qu’Elle dit. Voyez? C’est–C’est écrit, C’est juste. C’est bien Cela.»
Source: La Brèche entre les Sept Âges de l’Eglise et les Sept Sceaux , 17 mars 1963

Les paroles de William Branham ne laisse aucune interprétation autre que celle voulant qu'il se croit lui-même «le septième ange», celui de l'Église de Laodicée. Comme il l'a laissé entendre, c'est lui qui reçoit la «révélation des mystères» de l'Apocalypse et qui «met de l'ordre» dans les diverses interprétations bibliques sur la Genèse et l'Apocalypse, véhiculées par les théologiens et les dénominations. Par contre, il est évident que William Branham n'est pas «sur la terre» au moment «de la venue de Christ» comme il l'a dit le 17 mars 1963, mais devant les faits accomplis, «son propre message personnel» véhiculé à travers le monde depuis son décès en 1965, sera effectivement sur terre lorsque l'Esprit de Christ revient.

L’INFLUENCE, PHOENIX AZ USA, Samedi [63-0112]
«La puissance de Dieu, le temps de la fin est là. L’Ange a rassemblé les points en suspens et nous y sommes. Amen. Jean était sur le point d’écrire ces tonnerres et l’Ange lui a dit: «Ne les écris pas. Scelle-les. Mais au jour où ce dernier ange, le septième ange, sonnera de la trompette dans le septième âge de l’église, l’âge de l’Église de Laodicée, le mystère de Dieu, tout au sujet de Dieu, comment Dieu n’est pas un tas de dieux, mais un seul Dieu, et toutes ces autres choses devraient tous être terminés en ce moment-là.»
Référence: http://www.branham.fr/sermons/1821-Influence

D'autres allégations pour confirmer ce qu'il a avancé, au sujet du «septième ange», celui qui va rétablir «les points en suspens» et révéler l'interprétation correcte des mystères de Dieu...

 «Cet Ange qui vient et dit:...»
Monsieur, Est-Ce Le Signe De La Fin? [62-1230E]
«(58) (...)..., je baptisais un jour à deux heures de l'après-midi, et que, directement hors des cieux d'airain, comme il y avait des semaines qu'il n'avait pas plu, Il est venu dans un grondement et a dit: «Comme Jean-Baptiste fut envoyé comme précurseur de la première venue de Christ, tu es envoyé avec un Message comme précurseur de la seconde venue de Christ.»

«
(245) Ces étoiles qui forment leur constellation là-bas; cet Ange qui vient et dit: «Comme Jean fut envoyé pour terminer l'Ancien Testament et introduire Christ, ton Message va régler les points en suspens et introduire le Messie, juste avant Sa venue» – le Message des derniers jours. Remarquez, l'Ange puissant jura, par un serment, qu'il n'y aurait plus de temps. Maintenant, je ne veux pas vous garder trop longtemps, mais pensez à ceci une minute.»

Source: http://www.branham.fr/sermons/252-Is_This_The_Sign_Of_The_End_Sir

«Here He comes with a roar. He said:...»
I
s this sign of the end sir P:33 [62-1230E]
«(33) (...).. when I was baptizing at two o'clock in the afternoon, and right out of the brassy skies, where there hadn't been rain for weeks, here He comes with a roar. He said, "As John the Baptist was sent forth to forerun the first coming of Christ, you're sent forth with a message to forerun the second coming of Christ."

«(122) Those stars falling into their constellation back yonder; that Angel coming and said, "As John was sent to wind up the Old Testament and to bring forth the introduction of Christ, your message will wind up the loose ends and will introduce the Messiah just before His coming." The message of the last days, notice, the mighty Angel swore with an oath, that time would be no more. Now, I don't want to keep you too long. Just think of this a minute now.

ton Message va régler les points en suspens et introduire le Messie, juste avant Sa venue
Cliquez pour agrandir
Le téléphone arabe «du Message», L'expression «ton message précédera»
devient «ton Message va régler les points en suspens et introduire le Messie, juste avant Sa venue»


William Branham a précisé la place qu’occupaient les 7 Tonnerres dans l’Écriture, dans l’ensemble de la l'Apocalypse. En somme, selon William Branham, les 7 sceaux ont été ouverts. Il a tenté d'expliquer le septième sceau, en disant que c'était la «venue du Seigneur» que personne ne pouvait dire le jour ni l'heure, et c'est cette raison pourquoi le sceau «ne révélait rien». Si vous observez bien, il n'y a aucune «révélation là-dedans», aucun mystère. C'est complètement vide.

« (58) Amis, je ne parle que sous inspiration, et je ne peux parler que quand Il me dit de parler. »
[61-0412]

« (10) Et–et alors, je me dis : «Eh bien, ce que j’ai dit – j’ai dit, je l’ai dit, et c’était – c’était sous l’inspiration, autant que je connaisse l’inspiration.» [61-0429B]

Exposé des sept âges de l’Église, page 319 paragraphe dernier « Or, ce message de Malachie 4 et d’Apocalypse 10.7 va faire deux choses. Premièrement : selon Malachie 4, il ramènera les cœurs des enfants aux pères. Deuxièmement : il révélera les mystères des sept Tonnerres d’Apocalypse contenues dans les sept Sceaux. Ce seront ces vérités-mystères »divinement révélées qui ramèneront littéralement les cœurs des enfants aux pères de la pentecôte. Exactement.» Lien: http://www.branham.fr/books/7-Church-Ages

Essayer De Rendre Un Service À Dieu, Sans Que Ce Soit La Volonté de Dieu, [65-1127B] page 10, paragraphe 70 « La terre tout entière a tremblé, partout. Des rochers gros comme ça dévalaient la pente ; la poussière s’élevait comme ça. Et j’ai regardé, et voilà que sept anges se tenaient devant moi, exactement comme je l’avais vu. Je me sentais comme loin au-dessus du sol. D’abord, j’ai cru que quelqu’un m’avait tiré dessus, vous savez, comme je portais un chapeau noir, je pouvais ressembler à un sanglier, vous savez, ils sont de couleur foncée. Je pensais que quelqu’un m’avait tiré dessus, comme … à bout portant. Et puis je – j’ai vu ce que c’était. Eh bien, dès que … j’ai reçu ma commission, et le passage biblique : « Les Sept Sceaux, qui sont les sept mystères. »Voyez ? »
Lien: http://branham.fr/sermons/340-Trying_To_Do_God_A_Service_Without_It_Being_Gods_Will

7e Sceau ; page 591 ; paragraphe 411 : « L’interprétation est venue à mesure que j’en ai eu besoin. C’est à dire dans mon bureau, et je l’ai transmise exactement comme je l’avais donnée !»
 

Nous savions déjà que les Écritures mentionnaient que «personne ne connait ni le jour, ni l'heure de Son retour». Associer ce que les Écritures disent depuis toujours à ce sujet n'est pas une révélation. Également, affirmer que toutes les trompettes sonnèrent sous le 6e sceau en associant les 7 trompettes à son enseignement «des 7 âges de l'Église» est assez audacieux. Enfin mentionner que dans le 7e sceau, les 7 coupes sont versées, est particulièrement sans fondement, car selon sa doctrine des 7 âges de l'Église, ce serait les 7 «anges/étoiles/messagers» qui ont reçu les 7 trompettes, qui ont versé les 7 coupes de la colère de Dieu durant les 7 âges de l'Église, et que leurs gestes a été révélés seulement par le septième ange, de la dernière Église, qui est William Branham. Rien de cela ne tient la route!

Révélation Chapitre 5 ; 2e partie ; paragraphe 207 : « Le 7e et dernier de ces Sceaux, quand il est ouvert, se trouve dans Apocalypse 10 »

Fête des trompettes ; page 22 ; paragraphe 148-149 : « Toutes les trompettes sonnèrent sous le 6e Sceau, car le 7e était silencieux. Personne ne savait. C’était la minute ou l’heure où Christ viendrait, ainsi qu’Il nous a révélé. »

4e Sceau ; Page 297 ; paragraphe 114 : « … le départ de la fin de l’âge, de la fin du temps, de toutes choses, vous voyez, quand Elle sera enlevée. Par conséquent, c’est en plein dans ce 7e Sceau, là, que les coupes sont versées, et que tout le reste est déversé. Ce que sont ces choses, je ne sais pas. »

7e Sceau ; Page 566 ; paragraphe 231 : « Nous devons nous rappeler que ce Septième Sceau, c’est la fin du temps, de toutes choses. C’est exact. Les choses écrites dans le Livre scellé de Sept Sceaux, qui étaient scellées, au sujet du plan de la Rédemption, depuis dès avant la fondation du monde, tout ça, ça se termine, au complet. C’est la fin; c’est la fin de ce monde qui se débat. C’est la fin de la nature qui se débat. C’est la fin de tout. C’est là que se trouve la fin des Trompettes. C’est la fin des Coupes. C’est la fin de la terre. C’est la… C’est même la fin du temps »

Fête des trompettes ; du 19.07.64 ; paragraphe 147 : « Ce 7e Sceau n’a pas encore été ouvert, vous le savez ; il s’agit de Sa venue. »

Les âmes en prison ; du 10.11.63 ; page 20 ; paragraphe 132 : « Souvenez-vous que les 7 Sceaux sont terminés, et que lorsque ces 7 vérités révélées…Il ne nous a pas permis de connaître l’un d’eux…le 7ième Sceau, Il ne l’aurait pas permis…c’est la Fin. C’est la Venue du Seigneur. Le ciel était silencieux. Personne ne bougea. Car Jésus Lui-même a dit : « même un ange du ciel ne sait quand Je reviendrai. »

Les âmes en prison ; du 10.11.63 ; page 29 ; paragraphe 199 : « Souvenez-vous, Il nous a caché le 7e Sceau. Il ne l’aurait pas permis…Personne ne savait. C’était la Venue du Seigneur. »



«(20) Je ne sais pas ce que signifient ces Sceaux. Je n’en sais pas davantage à leur sujet ce matin que certains d’entre vous.»
Sermon «Dieu caché et révélé dans la simplicité», matin du 17 mars 1963

« (58) Amis, je ne parle que sous inspiration, et je ne peux parler que quand Il me dit de parler. »
[61-0412]

Alors que William Branham prétend qu'il a reçu «la révélation des mystères de 7 tonnerres» je désire vous faire observer qu'initialement Il a élaboré la doctrine des 7 âges de l'église, entièrement fondée sur l'enseignement du dispensationalisme, attribuant une alliance séparée entre Dieu et les nations et entre Dieu et la nation juive au sens littéral. C'est dans son sermon «Le septième sceau -[63-0324E] » qu'il déclare ouvertement que les «sceaux» englobent les 7 âges de l'Église.

Le septième sceau - Jeffersonville In. [63-0324E]
(16 ) « Or, là, je ne sais pas. Ce qui devrait venir après ceci, ce sont les Sept Trompettes, dans un autre message. Mais les Sceaux englobent presque tout. Les âges de l’Église s’y succèdent, et d’abord nous les avons situés, ce qui était très—très important, mais… dans le temps. Or, l’ouverture des Sceaux montre où va l’Église, et ce à quoi Elle aboutit. Et donc, je trouve que le Père Céleste a été vraiment bienveillant envers nous, de nous avoir permis de voir ce que nous avons vu.»
Source: http://www.branham.fr/sermons/263-The_Seventh_Seal

7 sceaux écrits (dans le livre) et 7 sceaux non-écrits (au dos du livre)

Monsieur, Est-ce le signe de la fin? [62-1230E]
«(163) Vous vous souvenez lorsque cela a été dit (les anges dans les âges de l'Église)... Or, ceci va s'imbriquer parfaitement avec ces Sept Sceaux, dont nous allons venir parler. Les Sept Sceaux dont nous allons essayer de parler (lorsque nous reviendrons cette fois) sont les Sept Sceaux écrits. Et ces Sept Sceaux, comme vous le savez, sont simplement la manifestation des Sept Anges des Sept Églises. Mais il y a Sept autres Sceaux qui sont au dos du Livre – c'est en dehors de la Bible. Remarquez, nous allons y arriver dans un moment.»

(166) Ce messager ici, le septième ange, proclame son message à l'Église de Laodicée. Remarquez son genre de message. Or, cela ne s'adressait pas au Premier Ange, Deuxième Ange, Troisième, Quatrième, Cinquième, Sixième; mais c'est le Septième Ange qui avait ce genre de message. Qu'était-ce? Remarquez son genre de message: c'est d'accomplir tous les mystères de Dieu qui sont écrits dans le Livre. Le Septième Ange met fin à tous les mystères qui sont restés en suspens dans toutes ces organisations et dénominations – le Septième Ange les réunit et met fin au mystère entier. C'est ce que dit la Bible. Il met fin au mystère du Livre écrit.

«(202) Il y a donc quelque chose d'écrit à l'intérieur du Livre, mais en dehors, au dos de ce Livre, se trouvaient Sept Sceaux qui n'étaient pas écrits dans le Livre. Or, c'est Jean, le révélateur, qui parle. Maintenant, souvenez-vous, ce n'était pas écrit dans le Livre. «Mais aux jours de la voix du Septième Ange, tout ce mystère qui est écrit à l'intérieur s'accomplirait.» Il devrait être résolu en ce jour-là.

(203) Maintenant voyez-vous ce que je veux dire? Me suivez-vous? (204) C'est alors le moment que les Sept Voix d'Apocalypse 10 soient révélées. Lorsque le Livre est fini, il ne reste qu'une chose, ce sont les Sept mystérieuses Voix des Tonnerres, qui étaient écrites au dos du Livre, que Jean eut l'interdiction d'écrire. (les tonnerres expliquent le contenu de ce qui est à l'intérieur, car le 7e sceau a été brisé et le contenu est maintenant accessible. Les 7 tonnerres sont a voix des 7 grands vainqueurs des 7 Églises, qui se tiennent devant Dieu. Ils ont accès entièrement au contenu du rouleau.)

Laissez-moi le lire. Je vis un autre ange puissant, qui descendait du ciel, enveloppé d'une nuée; au-dessus de sa tête était l'arc-en-ciel, et son visage était comme 1e soleil, et ses pieds comme des colonnes de feu. Il tenait dans sa main un petit livre ouvert. (Vous voyez? Maintenant observez ceci.) Il posa son pied droit sur la mer, et son pied gauche sur la terre; et il cria d'une voix forte, comme rugit un lion. Quand il cria, les sept tonnerres firent entendre leurs voix.»

« (230) C'est à vous que je pose maintenant la question. Il y eut un coup de Tonnerre quand cette voix se fit entendre. Avez-vous remarqué que, lorsque les Sept Sceaux qui suivaient les Sept Ages de l'Église, quand le premier Sceau fut ouvert, il y eut un bruit de Tonnerre? Quand le premier Sceau dans le Livre fut ouvert, il y eut un bruit de Tonnerre. Alors le premier Sceau à l'extérieur du Livre ne s'ouvrirait-il pas de la même manière? Dieu ne change pas Son programme. Lisons dans Apocalypse 6. Je regardai, quand l'agneau ouvrit un des sept sceaux, et j'entendis l'un des quatre êtres vivants qui disait comme d'une voix de tonnerre: Viens. (231) Or, il n'y eut jamais d'autre Tonnerre; et, lorsque le dernier Sceau fut ouvert, il y eut dans le ciel un silence d'une demi-heure.

Mais, lorsque le premier Sceau fut ouvert, il y eut un coup de Tonnerre. (232) Oh, Église, cela se pourrait-il? Sommes-nous déjà aussi loin? Réfléchissez, mes amis! Peut-être... J'espère que ce n'est pas ça, mais, si c'était ça? Qu'était cette déflagration? Devant Dieu et cette Bible ouverte, je ne mens pas! Une déflagration qui secoua la terre. Et, lorsque le premier des Sept Sceaux fut ouvert dans la Bible, il y eut une déflagration, juste une, qui secoua tout. Un Tonnerre. Alors, si les Sceaux qui sont au dos s'ouvraient, n'y aurait-il pas aussi un bruit de Tonnerre? Je ne sais pas. Je ne peux le dire. (233) Il y eut un Tonnerre. Le premier Sceau. Le Sceau était un Tonnerre, (faux, les 7 tonnerres se font entendre seulement après l'ouverture du 7e sceau)  la Trompette était ouverte à ce moment-là, et la Trompette sonna bien sûr à la Pentecôte. (Je ne vais pas entrer là-dedans.)
Source: http://www.branham.fr/sermons/252-Is_This_The_Sign_Of_The_End_Sir

Questions et réponses no 4 [64-0830E]
« (395) Les Sept Tonnerres qui correspondent à sept mystères ont-ils déjà été révélés? Ont-ils été révélés dans les Sept Sceaux, mais sans que jusqu’ici–mais sans que jusqu’ici ils nous soient encore connus comme étant les Tonnerres?  Non, ils ont été révélés dans les Sept Sceaux; c’est à ça que les Tonnerres se rapportaient. Ils devaient révéler... Les Sept Tonnerres qui ont fait entendre leurs voix, et personne n’arrivait à comprendre ce que c’était, Jean savait ce que c’était, mais il lui a été défendu de l’écrire. Il a dit : “Mais le septième ange, aux jours où il sonnerait de la trompette, les sept mystères des Sept Tonnerres seraient révélés.” Et le septième ange est un messager, du Septième Âge de l’Église. Voyez?»
Source: http://www.branham.fr/sermons/488-Questions_And_Answers_4

 



Il est vraiment étonnant de lire un commentaire de William Branham qu'il a fait au sujet des 7 sceaux, en ce sens qu'il affirmait le matin du 17 mars 1963, qu'il ne savait absolument rien des 7 sceaux, autrement dit «des mystères» révélés, qui plus tard se sont avérés à peu près tout ce qu'il avait enseigné auparavant, tel que «les 7 âges de l'Église, la semence du serpent, l'unité de Dieu, les 144,000 juifs de la nation littérale d'Israël», etc...

«(20) Je ne sais pas ce que signifient ces Sceaux. Je n’en sais pas davantage à leur sujet ce matin que certains d’entre vous.» Dieu caché et révélé dans la simplicité, matin du 17 mars 1963

« (10) Et–et alors, je me dis : «Eh bien, ce que j’ai dit – j’ai dit, je l’ai dit, et c’était – c’était sous l’inspiration, autant que je connaisse l’inspiration.» [61-0429B]

Pourtant nous retrouvons plusieurs déclarations de William Branham, bien antérieures à 1963, dans lesquelles il semble savoir parfaitement «ce que signifie» ces sceaux, ou du moins cela prouve qu'il a vraiment hâte d'enseigner sur ce sujet.

[56-0617] Apocalypse, Livre De Symboles - (allusion au 7 pseudo messagers des 7 âges de l'Église)
« (E-66) Ne l'écris pas!" Jean vit la même chose; et cela avait déjà été écrit à l'extérieur de la Bible et il y avait sept sceaux sur le dos du Livre, et personne ne pouvait ouvrir ces sceaux; c'étaient ces voix. Voici la Bible écrite, laquelle est un mystère Elle-même. Mais sur le dos de la Bible, les révélations étaient montrées à Daniel, disant qu'il y a sept voix qui devaient se faire entendre, que personne ne pouvait ouvrir, et personne ne savait ce que c'était. Mais la Bible dit, et ce fut dit à Daniel et aussi à Jean, «Que dans le derniers jours, ces sept voix seraient connues par la véritable, la vraie Église.» Le saisissez-vous? Pouvez-vous voir comment le faux et la contrefaçon font de leur mieux pour tenir éloignés les grands hommes des endroits comme ceux-là?»

« (E-147) Bien, nous allons découvrir cela quelque temps après, peut-être pas aujourd'hui, ce que ces sept sceaux déterminent, ce qu'ils firent »
61-0611 Apocalypse Chapitre 5, 1ere Partie (Le Serpent Ecrasé) 

« (E-156) Maintenant, nous ne pouvons pas - n'avons pas le temps parce qu'on a un service de baptême et il est onze heures et quart maintenant. Mais nous allons peut-être étudier ceci le dimanche prochain ou un autre dimanche dans le futur, le Seigneur voulant. Et j'aimerais mettre ceci par écrit ici pour montrer ces sept cornes, et sept yeux et exactement ces sept sceaux, sept ministères, sept anges de l'Église,  sept étoiles, sept... Oh! c'est afin que vous..» 
61-0611 Apocalypse Chapitre 5, 1ere Partie (Le Serpent Ecrasé) 

Dimanche 17 mars 1963, soir La brèche entre les 7 âges de l'Église et les 7 sceaux
Note: William Branham, affirme ne rien connaître des sept sceaux
Lundi 18 mars 1963, soir Le premier sceau
Mardi 19 mars 1963, soir Le deuxième sceau
Mercredi 20 mars 1963, soir Le troisième sceau
Jeudi 21 mars 1963, soir Le quatrième sceau
Vendredi 22 mars 1963, soir Le cinquième sceau
Samedi 23 mars 1963, soir Le sixième sceau
Dimanche 24 mars 1963, matin Questions et réponses sur les sceaux
Dimanche 24 mars 1963, soir Le septième sceau

Dans son «ministère» de prédicateur, la table était mise pour l'enseignement des 7 âges de l'Église, dès 1947. Or vous pouvez vérifier à partir de la base de données des sermons de William Branham, que son enseignement «des 7 âges de l'Église» se retrouve facilement dans un sermon intitulé : « Les Enfants d’Israël (Les enfants dans le désert)» [47-1123], bien avant 1963, considéré comme l'année où «les sceaux mystérieux» ont été ouverts, et «les mystères en suspens ont été révélés», après avoir mentionné «qu'il n'en savait rien». Alors que toutes les interprétations de William Branham sur «les sceaux et les 7 tonnerres» repose sur la base de l'enseignement des 7 âges de l'Église, et qu'il enseignait cela depuis au moins 1947, il devient évident qu'en 1963, ses enseignements n'étaient pas nouveau. Dire qu'au sujet des sceaux «qu'il n'en savait rien» est probablement exact, car il n'en a jamais rien su de toute sa vie. Mais lorsqu'en mars 1963, il prétend ouvrir les 7 sceaux, là nous comprenons qu'il méprise le bon sens et la naïveté de ceux qui l'écoutent. Et c'est pour cette raison, que son enseignement est maintenant précipité en enfer.

Voyez par vous-mêmes. Voici une citation de 1947:
(51) (...) Et rappelez-vous, l'âge de la Pentecôte, c'est un âge rejeté. Je déteste le dire, car je n'avais point trouvé la foi dans une quelconque église comme j'en ai trouvé dans l'Église pentecôtiste. Mais elle est rejetée, parce que c'est le dernier âge de l'église de Laodicée : tiède. (...). Rappelez-vous donc, le dernier âge de l'église, c'est l'âge de l'église de Laodicée, l'âge tiède qui est vomi de la bouche de Dieu.  (...)  Et je crois que c'est dans cet âge-ci, où nous nous attachons trop à telle église et à telle autre. Dieu n'aime pas ça. Il nous faut sortir de cela. Il nous faut nous rassembler, que nos cœurs soient ensemble. C'est vrai.»



Je suis tombé sur une publication «du message» qui est titrée The preacher's handbook (Livret de références pour prédicateurs) et qui insiste pour enseigner que LES SEPT SCEAUX ET LES SEPT TONNERRES VONT ENSEMBLE:

Le livret utilise une citation de William Branham :
« (29) Ce Livre scellé de Sept Sceaux est révélé au temps des Sept Tonnerres d’Apocalypse 10, …»
La Brèche, JEFF.IN [63-0317E]

The preacher's handbook, partie 38 - Le mystère des sept tonnerres.… .... …… .. (450) Qu'est-ce qu'un tonnerre? * Les sept tonnerres sont déjà écrits dans la Bible mais ont été oubliés là-bas * Frère Branham ne peut plus ajouter aucun nouvel enseignement à la Bible * Les sept sceaux et les sept tonnerres s'assemblent * Les tonnerres comme «mystère Vérités »contenues à l'intérieur des sept sceaux * Les tonnerres et leur interprétation * Le cri, la voix, L'atout: La venue du Seigneur *»
Source: https://www.end-time-message.org/the-preachers-handbook-article-view/260-part-38-the-mystery-of-the-seven-thunders

... et que par conséquent, les pasteurs du «message» enseignent que les sceaux sont la «couverture du livre», mais les «tonnerres» sonnt le «contenu du livre», qui sont les «vérités mystères» contenues à l'intérieur des sept sceaux. Dans le sermon «La Brèche» du 17 mars 1963, William Branham se positionne comme étant le «septième ange» à qui les «mystères sont révélés», autrement dit, celui qui ouvre le septième sceau du «rouleau scellé de sept sceaux».

La Brèche, JEFF.IN [63-0317E]
« (220)  Les autres avaient fait des suppositions, au cours de l’âge des dénominations. Mais, vous voyez, il doit être, cet homme, ce septième ange de… Apocalypse 10:1 à 4 est un… C’est au septième ange que les mystères de Dieu sont donnés, et il mène à terme tous les mystères qui ont été laissés en suspens, tout au long des âges des dénominations.»

Quelques mois auparavant, soit le 30 décembre 1962, dans son sermon intitulé «Monsieur, est-ce le signe de la fin» William Branham avait volontairement «altéré et modifié» les mots prononcés en 1933 par «la voix» qui s'était fait entendre alors qu'il baptisait dans la rivière Ohio, pour « ton Message va régler les points en suspens et introduire le Messie, juste avant Sa venue» – le Message des derniers jours.». Pourtant la version originale du message de cette voix, n'était que «ton message précédera la seconde venu de Christ». Ainsi William Branham désirait ardemment «préparer» progressivement son grand coup d'éclat quelques mois plus tard, en mars 1963, par une ouverture des 7 sceaux de façon un peu plus théâtrale. Voyons de quelle manière il a modifié «ce que la voix avait dit»

Monsieur, Est-Ce Le Signe De La Fin? [62-1230E]
«Cet Ange qui vient et dit:...»
«(58) (...)..., je baptisais un jour à deux heures de l'après-midi, et que, directement hors des cieux d'airain, comme il y avait des semaines qu'il n'avait pas plu, Il est venu dans un grondement et a dit: «Comme Jean-Baptiste fut envoyé comme précurseur de la première venue de Christ, tu es envoyé avec un Message comme précurseur de la seconde venue de Christ.»

«
(245) Ces étoiles qui forment leur constellation là-bas; cet Ange qui vient et dit: «Comme Jean fut envoyé pour terminer l'Ancien Testament et introduire Christ, ton Message va régler les points en suspens et introduire le Messie, juste avant Sa venue» – le Message des derniers jours. Remarquez, l'Ange puissant jura, par un serment, qu'il n'y aurait plus de temps. Maintenant, je ne veux pas vous garder trop longtemps, mais pensez à ceci une minute.»

Ainsi en mars 1963, William Branham a bouclé la boucle en commençant dès le 17 mars par affirmer que «son ministère» d'ange-messager du 7e âge, réglait tous les «mystères en suspens», tels que «la divinité, la semence du serpent, et tout le reste...». Par contre, comme il a avancé que «ce septième ange» (lui-même) était sur la terre au moment de sa venue (la venue de Christ) il faut croire que la venue de Christ a été reportée après sa mort en 1965, ce qui fait de lui un imposteur et un menteur. Désolé, mais il faut que quelqu'un le dise haut et fort!

La brèche entre les 7 âges de l'Église [63-0317E]
« (39) Or, Il est écrit de façon mystérieuse, parce qu’aucun homme, nulle part, ne Le connaît. Dieu seul, Jésus-Christ, vous voyez. Bon, mais c’est… C’est un Livre, un Livre mystérieux. C’est le Livre de la Rédemption. Nous verrons cela un peu plus tard. Or, nous savons que ce Livre de la Rédemption ne sera pas parfaitement compris; Il sera sondé au cours de six âges de l’église. Mais, à la fin, quand le septième ange commence à proclamer son mystère, il règle toutes les choses que ces hommes avaient sondées et qui étaient restées en suspens. Et les mystères descendent d’auprès de Dieu, en tant que la Parole de Dieu, et ils révèlent l’entière révélation de Dieu, alors, la Divinité et tout le reste, c’est réglé. Tous les mystères, la semence du serpent et tout le reste, doivent être révélés. (40) Maintenant, vous voyez, je ne suis pas en train d’inventer ça. C’est ce que… C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Je vais vous Le lire dans le Livre: “Quand le Message du septième ange serait proclamé, le mystère de Dieu s’accomplirait, tel qu’annoncé par Ses saints prophètes”, c’est-à-dire les prophètes qui ont écrit la Parole. À la proclamation du septième âge de l’église, le dernier âge de l’église, toutes les choses qui étaient restées en suspens, qu’on avait sondées au cours de ces âges de l’église, seront réglées ensemble. (41) Et, une fois que les Sceaux sont brisés et que le mystère est révélé, c’est là que l’Ange descend, le Messager, Christ, qui pose Son pied sur la terre, et sur la mer, avec un arc-en-ciel au-dessus de Sa tête. Maintenant, souvenez-vous, ce septième ange est sur la terre au moment de cette Venue.»

Je reviens encore sur le sujet qui concerne «la révélation des mystères cachés» lors de l'ouverture des sceaux et de la «révélation des tonnerres» selon William Branham. Puisque William Branham affirme d'une part «qu'il ne sait absolument rien sur les sceaux» le matin du 17 mars 1963, et que d'autre part les tonnerres sont la révélation des mystères cachés de tout ce qu'il enseigne depuis plusieurs années, il devient évident qu'au matin du 17 mars, il savait exactement ce qu'il allait dire, et que les mystères cachés n'étaient pas des révélations divines. Ce qui m'amène à conclure que William Branham fut le plus pathétique imposteur que le Corps de Christ n'a jamais connu.

Dieu caché et révélé dans la simplicité, 17 mars 1963, matin
« (19) Ce soir (NDLR: 17 mars 1963) je désire étudier le cinquième chapitre de l’Apocalypse qui relie les sept Ages de l’Eglise aux sept Sceaux. Puis nous aurons lundi soir le cavalier au cheval blanc; mardi soir, le cavalier au cheval noir et ainsi de suite, les quatre cavaliers. Puis le sixième Sceau étant ouvert nous aurons dimanche matin, si Dieu le permet, une réunion de prière pour les malades dans cette salle. Et puis dimanche soir nous terminerons. Que le Seigneur nous aide à ouvrir le septième Sceau qui ne comprend qu’un seul verset disant: “Et lorsqu’il ouvrit le septième sceau, il se fit un silence au ciel d’environ une demi-heure”. Ce silence... (20) Je ne sais pas ce que signifient ces Sceaux. Je n’en sais pas davantage à leur sujet ce matin que certains d’entre vous. Nous avons des idées théologiques qui ont été émises par des hommes mais cela ne pourra jamais être juste. Si vous voulez savoir, cela doit être donné par inspiration; cela doit provenir de Dieu Lui-même, le seul qui puisse le faire, Lui, l’Agneau; et ce soir nous examinerons le Livre de la Rédemption»
Dieu caché et révélé dans la simplicité, (God Hiding Himself In Simplicity, Then Revealing Himself In The Same) Branham Tabernacle Jeffersonville — Indiana, U.S.A.
Source:
http://www.cmpp.ch/7sceaux1.pdf

La brèche, 17 mars 1963, soir
«(267) Si Dieu le permet, demain soir (NDLR: ) par Sa grâce, j’essaierai de tout mon cœur de Lui demander d’intercéder pour que le mystère de ces Sceaux, tandis qu’ils seront ouverts, proclame la Parole de Dieu au peuple. »
Source: http://www.cmpp.ch/7sceaux2.pdf

Le septième sceau, 24 mars 1963, soir
(266) Les visions, plus la Parole, plus l’histoire, plus les âges de l’Eglise: tout cela forme un tout parfait. Ainsi donc je peux dire véritablement qu’au mieux de ma compréhension et en accord avec ta Parole de Dieu, la vision et la révélation, l’interprétation de toutes ces choses est AINSI DIT LE SEIGNEUR. »
Source:
http://www.cmpp.ch/7sceaux10.pdf



Il est vraiment étonnant de lire un commentaire de William Branham qu'il a fait au sujet des 7 sceaux, en ce sens qu'il affirmait le matin du 17 mars 1963, qu'il ne savait absolument rien des 7 sceaux, autrement dit «des mystères» révélés, qui plus tard se sont avérés à peu près tout ce qu'il avait enseigné auparavant, tel que «les 7 âges de l'Église, la semence du serpent, l'unité de Dieu, les 144,000 juifs de la nation littérale d'Israël», etc...

«(20) Je ne sais pas ce que signifient ces Sceaux. Je n’en sais pas davantage à leur sujet ce matin que certains d’entre vous.»
Sermon «Dieu caché et révélé dans la simplicité», matin du 17 mars 1963

Vraiment?
Pourtant nous retrouvons plusieurs déclarations de William Branham, bien antérieures à 1963, dans lesquelles il semble savoir parfaitement «ce que signifie» ces sceaux. En 1961, il déclarait «en poser le fondement» et associait directement les 7 personnages «étoiles/anges/messagers» de son enseignement sur «les 7 âges de l'Église» aux 7 sceaux et aux 7 tonnerres. À partir de citations extraites de plusieurs prédications antérieures à mars 1963, nous observons que William Branham parlait ouvertement des 7 sceaux. Alors comment expliquer qu'il ne «savait rien» en mars 1963? Qu'a-t-il apporté de plus en 1963? Vraiment rien de plus que tout ce qu'il avait enseigné auparavant. Pourquoi avoir prétendu qu'il avait reçu des «révélations» de la part du Seigneur? Nous pouvons constater que William Branham voulait vraiment impressionner ceux qui suivaient ses enseignements!

1961
« (E-69) Aujourd'hui, mon objectif est de placer les Écritures dans l'ordre, peut-être dans le futur, je ne sais pas quand ce sera, mais si le Seigneur y pourvoit, j'aimerais prendre une fois sept jours de réunions au Tabernacle pour traiter des Sept Sceaux. Nous avons eu les Sept Ages de l'Église et maintenant nous allons consacrer sept soirées aux Sept Sceaux mystérieux de Dieu, en ouvrant un sceau chaque soir, jusqu'à terminer les sept sceaux. Maintenant, je ne sais pas quand le Seigneur pourvoira à cela, mais s'Il le fait... je vais simplement en poser le fondement ce matin. »
Source; 61-0618 Apocalypse Chapitre 5, 2e Partie

« (E-79) Maintenant, nous voyons donc qu'au commencement du chapitre - nous voyons que le - le chapitre 5 n'est qu'un trait d'union. C'est-c'est une attache de diamant qui relie la dernière partie de l'âge de l'église au chapitre 3... Le chapitre 4 nous dit que Jean fut enlevé au ciel et le chapitre 5 est une préparation pour ces... on a étudié les sept âges de l'Église, ensuite Jean est enlevé au chapitre 4. Et le chapitre 5 prépare la scène pour l'ouverture de sept sceaux, juste comme il l'a fait au chapitre premier de l'Apocalypse en préparant la voie aux sept âges de l'Église. Il se tient là au milieu des sept chandeliers d'or, ayant l'aspect d'une pierre de Jaspe et de Sardoine, préparant la voie aux sept âges de l'Église.» Source; 61-0618 Apocalypse Chapitre 5, 2e Partie

« (E-201) (204) Sept sceaux, sept Esprits, sept anges, sept cornes et sept Églises. Vous voyez, sept "sept" . Il y a cinq "sept". En effet, sept, c'est la "perfection", et cinq c'est la "grâce". La grâce de Dieu envers les sept âges de Son Eglise, à Ses sept messagers-hommes - hommes, aux sept Esprits de Dieu, aux sept sceaux du plan de la Rédemption (Nous y sommes maintenant-même.). Les sept cornes représentent sept "âges".  Source; 61-0618 Apocalypse Chapitre 5, 2e Partie

L'année précédente, en 1962, dans son sermon du 14 octobre «La stature d'un homme parfait » [62-1014M] il affirmait que «l'ouverture des sceaux» déliait «un message».... le sien!:

1962
« (45) Après que nous aurons terminé avec les Sept Sceaux, alors, au temps où les Sept Sceaux se font entendre, ou sont brisés... Bien sûr, nous savons ce qu'est un Sceau; c'est pour délier un ministère – briser Sept Sceaux. Et nous verrons cela sur le graphique. Cela délie un message, quelque chose qui est scellé. »

Laissez-moi vous éclairer
Cliquez pour agrandir

Souvenons-nous que les gens du «message de William Branham» croient que «les sept sceaux» et «les sept tonnerres» vont ensemble et sont étroitement liés.

« Ce livre scellé de sept sceaux est révélé à l’heure des sept Tonnerres d'Apocalypse10.»
La brèche. JEFF.IN 63-0317E)

À partir de cette citation, il s’ensuit que les gens du «message de William Branham» croient que «les sceaux» étaient la «couverture» du Livre, et que les «tonnerres» étaient le «contenu» du livre qui sont les «vérités mystérieuses» contenues dans les sept sceaux. Ensuite, toutes «les vérités révélées» sont les enseignements de William Branham qu'il a livré tout au cours de sa vie.



En analysant les premiers enregistrements audio de William Branham, qui datent de 1947, on voit immédiatement que certains de ses enseignements sur l'Apocalypse sont ouvertement orientés sur «les âges de l'Église» et ses connaissances proviennent de sa «pseudo formation pastorale» entre 1932 et 1947. Or, en 1947, il n'est absolument pas question de «révélation divine» sur ce thème, car la doctrine existe déjà et est très répandue dans les milieux évangéliques et baptistes. Le théologien Baptiste Clarence Larkin en a déjà publié «une version améliorée» depuis 1918. Tout comme Cyrus Ingerson Scofield (Bible annotée) et Nelson Darby (Bible Darby), Clarence Larkin a développé l'approche «dispensationaliste» pour interpréter les chapitres 2 et 3 de l'Apocalypse et inclure la version «de la soixante-dixième semaine de Daniel» qui affirme qu'il existe une alliance distincte entre Dieu et le peuple Juif au sens littéral, lesquels seront «sauvés» après «l'enlèvement de l'Épouse des nations». Il ya avait des différences «d'interprétation» entre divers groupes et assemblées chrétiennes, et c'est ce que William Branham appelait «les points en suspens» dont il se sentit «investi» pour «les régler» selon «son interprétation «inspirée». Donc, dès ses débuts en tant que ministre «ordonné» par le «coloré pasteur Roy Davis», William Branham a commencé à répéter ce qui était «tendance» au sein des assemblées évangéliques baptistes et pentecôtistes.

Dans sa prédication «Les enfants d’Israël» (Les enfants dans le désert) prêchée le 23 novembre 1947, il mentionne déjà le concept «dispensationaliste» des âges de l'Église, tel qu'il est enseigné dans le milieu Baptiste et Pentecôtiste depuis le début des années 1920s (paragraphes 51 et 52)

Les enfants d'Israël [47-1123]
« (51) Nous sommes à notre troisième et dernier jour. Et rappelez-vous, l'âge de la Pentecôte, c'est un âge rejeté. Je déteste le dire, car je n'avais point trouvé la foi dans une quelconque église comme j'en ai trouvé dans l'Église pentecôtiste. Mais elle est rejetée, parce que c'est le dernier âge de l'église de Laodicée : tiède. Elle est vomie de la bouche de Christ. Mais Dieu en a fait sortir Son peuple, de cet âge pentecôtiste. Vous direz : «Eh bien, j'attends un âge glorieux. » Je sais, beaucoup parmi vous... Il y a un enseignement, les écoles des prophètes. Ils disaient qu'il y aurait tout un grand âge de l'église à venir. Ne le croyez pas. La prochaine chose à venir, c'est Christ venant pour Son Église. C'est vrai. Pour... 
Rappelez-vous donc, le dernier âge de l'église, c'est l'âge de l'église de Laodicée, l'âge tiède qui est vomi de la bouche de Dieu. C'est vrai. Et vous le savez. (52) (...)  Mais n'oubliez pas, je le crois de tout mon cœur, je connais Dieu. Et je crois que c'est dans cet âge-ci, où nous nous attachons trop à telle église et à telle autre. Dieu n'aime pas ça. Il nous faut sortir de cela. Il nous faut nous rassembler, que nos cœurs soient ensemble. C'est vrai.»


Les 7 âges de l'Église sont placées entre la 69e semaine et la 70e semaine de Daniel
SCOFIELD REFERENCE NOTES 1917
Apocalypse 1:20
http://biblehub.com/commentaries/sco/Apocalypse/1.htm
LARKIN 1920
The Apocalypse Book - The Things Which Are
THE MESSAGES TO THE SEVEN CHURCHES.

« Les messages aux sept églises ont une application quadruple: (...) le quatrième est prophétique, comme révélant les sept phases de l'histoire spirituelle de l'églisedepuis, par exemple, l'an 96 jusqu'à la fin. Il est incroyable que dans une prophétie couvrant la période de l'Église, il ne devrait pas y avoir de tels préjugés. Ces messages doivent contenir cette vue si elle est dans le livre, car l'église n'apparaît pas après le chapitre 3:22 d'Apocalypse ».

« Les chapitres deux et trois, doivent être une description ou un aperçu prophétique de « l'histoire spirituelle» de l'Église depuis l'époque où Jean a écrit le Livre en l'an 96, jusqu'à l'enlèvement de l'Église, sinon nous n'avons pas de «Vision prophétique» de l'Église pendant cette périodecar elle disparaît de la terre à la fin du chapitre trois, et on ne la voit plus jusqu'à ce qu'elle réapparaisse avec son Seigneur au chapitre dix-neuf.»

WILLIAM BRANHAM 1961
Prédication La soixante-dixième semaine de Daniel [61-0806]
« (39) L’Église part au chapitre 3 de l’Apocalypse. Il n’est absolument rien dit, là, de rien; mais la toute dernière chose, c’était le dernier messager de l’âge. Après ça, nous parlons des Juifs, jusqu’au retour, avec l’Épouse, au chapitre 19. Du chapitre 6 au chapitre 19, c’est rien que les Juifs. »

Le théologien Baptiste Larkin semblait avoir résumé un «aperçu et une structure», plus élaborée, des «7 phases» de l'Église, à partir des différents éléments que d'autres théologiens avaient avancés avant lui, ce qui était perçu comme une bonne technique d'érudition, mais sa principale faiblesse était toutes les lacunes qu'il avait laissées dans le dossier des 7 «pseudo âges» de l'Église. Pour plusieurs, Larkin en savait beaucoup et faisait un excellent travail, mais il était déconcerté sur certains points et ne pouvait donc pas terminer ou «finir le mystère» que d'autres avaient commencé.

 


Cliquez pour agrandir
Vous en redemanderez!

D'accord!1965 - Citation prise dans le sermon
«Événements modernes rendus clairs par la prophétie» [65-1206]
«(p. 68) Dans Hébreux 1.1 : Dieu, autrefois, a écrit la Bible par le moyen qu’Il avait Lui-même choisi. Il ne L’a jamais écrite par des théologiens, et Il ne L’interprète pas non plus par des théologiens. Jamais il n’y a eu un temps où–où les théologiens aient eu une interprétation de la Parole de Dieu.» (William M. Branham) 

 Prédication La soixante-dixième semaine de Daniel 61-0806
« (57) Bon, donc si nous lisons dans la Bible que soixante-dix semaines ont été fixées sur le peuple. Or… Ça n’a rien à voir avec l’Église. Les soixante-dix semaines n’ont rien à voir avec l’Église. Si vous remarquez ici, sur le schéma, j’ai inséré *l’âge de l’église* entre les soixante-dix semaines.» (*La période de grâce de l'Église)

« (61) Bon, maintenant, situons les soixante-dix semaines de Daniel. Maintenant, je vais encore répéter ceci: ministres de l’Évangile, si vous n’êtes pas d’accord avec ceci, c’est en ordre. Elles se divisent en trois périodes, comme nous le voyons dans Daniel 9. Trois périodes. D’abord, une période de sept semaines; ensuite, une de soixante et deux, c’est-à-dire soixante-deux; et ensuite une période d’une semaine. Elles se divisent en trois périodes différentes.» « (62) Maintenant, j’ai tracé les divisions, ici au tableau. La première période, la deuxième période, et, *d’après la façon dont je le comprends, par l’Évangile, par le Saint-Esprit*, au temps de la fin, Dieu revient de nouveau aux Juifs.» (*Après avoir consulté les travaux de Larkin)

« (74) Alors nous voilà ici, la première semaine. [Frère Branham montre du doigt le schéma qui se trouve au tableau.—Note de la rédaction] Quarante-neuf ans pour que le temple soit reconstruit. La ligne du haut, qui passe, là, ça représente la nation juive.»

« (79) Donc, il nous est dit que “depuis la promulgation de la parole disant de reconstruire la ville jusqu’au Messie, il y a sept” (sept, ça, c’est la première, la première, ici), “sept semaines et soixante-deux”, ça fait, soixante-deux plus septça fait soixante-neuf, soixante-neuf semaines.

« (80) (...) Jésus est entré dans Jérusalem le dimanche des Rameaux de l’an 30 ap. J.C. Et maintenant, maintenant, de 445 av. J.-C. à 30 ap. J.-C., il y a exactement quatre cent soixante-quinze ans.»

« (189) Bon, donc si les soixante-neuf semaines ont correspondu parfaitement, et que les Juifs sont maintenant dans leur patrie, et que l’âge de l’église des nations correspond exactement au temps de la fin, au temps des Nicolaïtes… ou, au temps de Laodicée, (...)  Dès l’instant où Il fait commencer la soixante-dixième semaine, ou sept ans, l’Église est partie.

« (191) Ces soixante-neuf semaines ont correspondu parfaitement; le départ des Juifs a correspondu parfaitement; l’âge de l’église a correspondu parfaitement. Nous sommes au temps de la fin, au temps de la fin, l’âge de l’église de Laodicée, la fin de celui-ci. [Frère Branham se réfère au schéma qui se trouve au tableau.—Note de la rédaction] Les messagers/étoiles, ils ont tous prêché leur message. Il a été proclamé.»

« (192 ième semaine, ou sept ans, l’Église est partie. Maintenant écoutez. Je cite de nouveau, je re-cite, pour que vous ne l’oubliez pas. *Ceci, c’est ce que le Saint-Esprit a mis au bout de ma plume, pendant que j’écrivais.* Nous sommes dans l’âge de Laodicée. Le Christ est rejeté par Sa propre église. L’étoile de cet âge-ci, le Message a été proclamé. Et Israël est dans son pays. Vous voyez où nous en sommes? Nous sommes à la fin. (*Après avoir consulté les travaux de Larkin)


Comme le graphique original

Même graphique redessiné

Note: Dans le dessin ci-haut, que vous pouvez agrandir en cliquant dessus, William Branham a placé les «soi-disant sept dernières années» à la fin des 7 âges de l'Église, et il a placé les 2 prophètes d'Apocalypse 11:3 dans les premiers 3½ ans, suivis ensuite par «la bataille d'Armageddon» en plein milieu, et finalement a attribué les trois dernières années et demi à une soi-disant «tribulation» des nations. Cette version semble avoir subsisté jusqu'en 1961. Bien que William Branham ait admis indirectement en 1963 que son enseignement sur «la soixante-dixième semaine» était «erroné» il n'en demeure pas moins que William Branham avait affirmé que cette version «erronée» lui avait été donnée «sous l'inspiration du Saint-Esprit» Vous devez vous poser la question suivante.

Si en février, mars et août 1961, William Branham affirme que tout ce qu'il disait était inspiré du Saint-Esprit, comment se fait-il, qu'il a été obligé de changer toute l'interprétation son enseignement après août 1961, au sujet de la 70ième semaine de Daniel ? Était-ce vraiment de l'inspiration? Surement pas!

C'est lors de l'ouverture «des 7 sceaux» en mars 1963, William Branham a insisté pour dire que cet enseignement «révisé» faisait partie des «points restés en suspens», donc «des mystères révélés».

Comment le Seigneur pourrait-Il inspirer une telle doctrine concoctée par des théologiens trinitaires? Cette doctrine dispensationaliste est 100% humaine!



«(20) Je ne sais pas ce que signifient ces Sceaux. Je n’en sais pas davantage à leur sujet ce matin que certains d’entre vous.»
Sermon «Dieu caché et révélé dans la simplicité», matin du 17 mars 1963

Je reprends ici un échange par courriel avec un nommé Rudi, identifié comme étant le contact du site Internet https://churchages.net/, lequel offre des études à la défense de William Branham, j'avais demandé quelques informations sur le cheminement et la formation pastorale de William Branham, et sur l'influence ou la provenance des enseignements qu'il a partagés à ses auditoires, durant sa vie. Voici un résumé de ce que fut sa réponse:


Mardi, 17 avril 2018
« Bonjour, frère Michel Morin (...) William Branham semblait avoir lu sur beaucoup de choses. William Branham, comme beaucoup de prédicateurs pentecôtistes de l'époque, lisait sur un bon nombre d'auteurs. William Branham, par exemple, a utilisé une «Scofield Reference Bible», qui contient des notes de C.I. Scofield. Comme Clarence Larkin, Scofield était dispensationaliste. Le dispensationalisme est encore un point de vue très fort parmi beaucoup de chrétiens pentecôtistes - bien que peut-être quelque peu mis à jour par des gens comme le Dr Charles Ryrie. Il a également fait référence à la Bible Thompson Chain Reference.

(...) William Branham a utilisé à l'origine l'enseignement d'Uriah Smith et d'autres lorsqu'il prêchait les 70 semaines du chapitre 9 de Daniel, disant que la Tribulation serait de 7 ans. Plus tard cependant, il a corrigé son point de vue à ce sujet, en utilisant l'Écriture, en disant que le temps de la Tribulation sera de 3 ans et demi au lieu de 7 ans. Les autres 3,5 années de ces 7 années étaient les années de ministère de Jésus-Christ. (Il y a des études bibliques sur ce sujet sur notre site.)

Cette réponse vous aide-t-elle? Dieu te bénisse!
Frère Rudi

Bien avant l'ouverture «officielle» des 7 sceaux de mars 1963, William Branham avait répété toute sa vie qu'il n'ouvrait la bouche que lorsque Dieu lui disait de parler, et que tout ce qu'il a enseigné était toujours inspiré de l'Esprit. Ici, posez-vous des questions. En 1963, William Branham aurait «été corrigé» par Dieu dans son enseignement dispensationaliste sur les juifs au sens littéral. Une «mise-à-jour» importante dans ses enseignements sur son interprétation des prophéties bibliques sur la fausse doctrine des 144,000 juifs a été faite...et qu'il y aurait une «tribulation de 3 ans et demi au lieu de 7 ans. Sa mise-à-jour peut être perçue dans ses commentaires du 16,18 et 22 mars 1963. Mais avant, s'il était «inspiré» pourquoi avoir «changé» sa version ? 

«(28) À présent, j’aimerais, si vous le voulez bien, que vous écoutiez donc attentivement. Je pourrais ne pas être en mesure de rassembler cela correctement. J’ai juste... Je parle uniquement par inspiration; et l’inspiration, c’est juste lorsque vous trouvez la chose ici, vous la saisissez et vous la transmettez » [53-1129A]

«(7) Je ne peux parler que par inspiration. C’est tout ce que je sais. Je m’attends à Lui pour qu’Il dise la chose, ou plutôt pour qu’Il me l’accorde, et alors je déclare cela.» [61-0209]

« (23) Mais quand je… quand je vois des choses et que je sais que c’est la vérité, alors je… Il y a quelque chose en moi qui fait que je ne peux pas me tenir tranquille; il faut que j’en parle simplement parce… Et après tout, je ne parle que par inspiration.» [61-0210]

« (91) Je peux seulement proclamer la Parole. C’est à vous de prendre la décision. Mais, rappelez-vous, ce même Message vous jugera.» [61-0410]

« (58) Amis, je ne parle que sous inspiration, et je ne peux parler que quand Il me dit de parler. »
[61-0412]

« (10) Et–et alors, je me dis : «Eh bien, ce que j’ai dit – j’ai dit, je l’ai dit, et c’était – c’était sous l’inspiration, autant que je connaisse l’inspiration.» [61-0429B]

« Si Dieu veut simplement me faire confiance dans cette position-là, je suis juste Son porte-parole. Eh bien, ces hommes sont des érudits. Ils ont reçu une instruction. Ils savent comment rassembler ces choses. Moi, je ne fais qu’éparpiller les choses comme cela de toutes les manières juste par inspiration. » [62-0623]

Version 1960
La soixante-dixième semaine de Daniel 61-0806   « (61) Bon, maintenant, situons les soixante-dix semaines de Daniel. Maintenant, je vais encore répéter ceci: ministres de l’Évangile, si vous n’êtes pas d’accord avec ceci, c’est en ordre. Elles se divisent en trois périodes, comme nous le voyons dans Daniel 9. Trois périodes. D’abord, une période de sept semaines; ensuite, une de soixante et deux, c’est-à-dire soixante-deux; et ensuite une période d’une semaine. Elles se divisent en trois périodes différentes.»

« (62) Maintenant, j’ai tracé les divisions, ici au tableau. La première période, la deuxième période, et, *d’après la façon dont je le comprends, par l’Évangile, par le Saint-Esprit*, au temps de la fin, Dieu revient de nouveau aux Juifs.» 
(*Après avoir consulté les travaux de Larkin)

« (189) Bon, donc si les soixante-neuf semaines ont correspondu parfaitement, et que les Juifs sont maintenant dans leur patrie, et que l’âge de l’église des nations correspond exactement au temps de la fin, au temps des Nicolaïtes… ou, au temps de Laodicée, (...)  Dès l’instant où Il fait commencer la soixante-dixième semaine, ou sept ans, l’Église est partie.

 

« (191) Ces soixante-neuf semaines ont correspondu parfaitement; le départ des Juifs a correspondu parfaitement; l’âge de l’église a correspondu parfaitement. Nous sommes au temps de la fin, au temps de la fin, l’âge de l’église de Laodicée, la fin de celui-ci. [Frère Branham se réfère au schéma qui se trouve au tableau.—N.D.É.] Les messagers/étoiles, ils ont tous prêché leur message. Il a été proclamé.»

« (...) la 192ième semaine, ou sept ans, l’Église est partie. Maintenant écoutez. Je cite de nouveau, je re-cite, pour que vous ne l’oubliez pas. *Ceci, c’est ce que le Saint-Esprit a mis au bout de ma plume, pendant que j’écrivais.* Nous sommes dans l’âge de Laodicée. Le Christ est rejeté par Sa propre église. L’étoile de cet âge-ci, le Message a été proclamé. Et Israël est dans son pays. Vous voyez où nous en sommes? Nous sommes à la fin.» (*Après avoir consulté les travaux de Larkin)

Version 1963
Le Messager du soir (Messager du temps de la fin) 63-0116
« (130) Remarquez, si l'église des nations doit d'abord être retirée à cause des Juifs, alors ça sera la fin de soixante-dix semaines de Daniel. Le Messie a prophétisé pendant trois ans et demi, et ensuite Il a été retranché, le Prince, au milieu de la soixante-dixième semaine. Et alors, il reste encore trois semaines et demi. Et nous voyons deux prophètes de l'Apocalypse (Il ne change jamais de manteau), d'Apocalypse 11, venir et prophétiser aux Juifs. Eh bien, à ce moment-là l'église sera enlevée.»

Le Premier Sceau  63-0318
« (
215) Bon, voici une petite chose sur laquelle nous allons revenir un instant, les trois ans et demi… Ou, les soixante-dix semaines de Daniel, la dernière moitié des soixante-dix semaines de Daniel, c’est-à-dire trois ans et demi. Bon, nous, combien se souviennent de ça, dans les Âges de l’église? [L’assemblée dit: “Amen.”—Note de la rédaction] Voyez? “Soixante-dix semaines ont été fixées.” Voyez comme c’était parfait. Il était dit: “Le Messie viendra et, au milieu de la semaine, Il sera retranché pour être un sacrifice, et l’obligation cessera.” Alors, il y a encore trois ans et demi en réserve, pour que la doctrine du Messie soit apportée aux Juifs.»

Le Cinquième Sceau 63-0322
« (298) Au temps de Daniel, donc, la deuxième moitié de la soixante-dixième semaine. Maintenant, souvenez-vous, “le Messie devait être retranché au milieu”. Ça, c’est la moitié. Eh bien, la moitié de sept, c’est quoi? [L’assemblée dit: “Trois et demi.”—N.D.É.] Trois et demi. Christ a prêché combien de temps? [L’assemblée répond: “Trois et demi.”] C’est ça. Bon, “mais, de la période qui a été fixée sur le peuple, il reste encore” (quoi?) “un autre trois ans et demi”.»

Une brochure numérique est présentement offert sur Internet pour téléchargement, à l'adresse
http://paroleparlee.blogspot.com/2014/03/telechargez-la-brochure-israel-et.html ,
contenant la transcription de 5 prédications de William Branham. La pensée dispensationaliste de William Branham est étalée sans équivoque.
Israël et l'Église
CONTENU DE LA BROCHURE
  Date   Titre Titre anglais
1 53-0325 Israël en Egypte Israel In Egypt
2 53-0326 Israël à la mer rouge #1 Israel At The Red Sea #1
3 53-0327 Israël à la mer rouge #2 Israel At The Red Sea #2
4 53-0328 Israël à Kadès-Barnéa Israel At Kadesh-Barnea
5 53-0329 Israël dans sa patrie Israel In The Homeland

http://branham.fr/arhiv/Israel_et_Eglise.zip


Pour William Branham, combler ces lacunes donnait une portée complètement différente à l'histoire des Églises en «7 phases», insérées dans les «soixante-dix semaines de Daniel». William Branham voulait ajouter sa propre compréhension «du mystère non-révélé» en soulignant les erreurs fondamentales des doctrines ecclésiastiques de l'Église de Rome au cours des siècles, lesquelles indiquent à quel point les «églises sont encore hors la loi», malgré le travail effectué pendant les siècles de la Réforme, pour restaurer «progressivement» l'Église «aux vérités originelles» du Nouveau Testament. Selon William Branham, Larkin pouvait voir certaines erreurs, mais était incapable de voir les erreurs les plus subtiles et les plus dangereuses. Nul doute que William Branham a cru que Larkin avait probablement fait de son mieux avec ce qu'il avait trouvé, mais comme ce dernier n'avait jamais osé nommer un «messager» pour les aligner avec ses dates, c'est lui qui va prendre l'initiative de combler les lacunes de Larkin dans l'interprétation des «soixante-dix semaines de Daniel» , une interprétation humaine des prophéties qu'on nomme «le Dispensationalisme».

En livrant des personnages historiques et religieux aux témoignages douteux et non-scripturaires à son auditoire, en tant qu'exemples «d'anges/messagers» se tenant devant Dieu, William Branham a méprisé le vrai sens spirituel de la «nouvelle naissance» et littéralement suggéré que Dieu dans sa grâce infinie, avait «restauré» progressivement «sa lumière», et qu'en faisant cela, le Seigneur avait été obligé de faire «des compromis» avec les critères requis aux jours de la foi apostolique pour «naître de nouveau», en accordant durant la «pseudo évolution» de «sa lumière» le salut à n'importe qui, professant n'importe quoi, en autant que la personne était sincère! Lui qui citait régulièrement que «Jésus est le même, hier, aujourd'hui et éternellement!» Comment l'excuser? Pour ma part, je juge William Branham pour avoir induit en erreur toute l'Église et jamais cet homme ne règnera sur le trône avec les vainqueurs! Jamais! Je le jure devant mon Dieu! Je ne peux que vomir ses enseignements!

Les enseignements de William Branham, nous ont servi des «moines» obsédés par le monachisme ascétique pour «exprimer une vie de martyr non-sanglante», et un Martin Luther obsédé par la haine de Juifs, qui affirme que tuer les Juifs n'est pas un crime, défendant le dogme trinitaire de Nicée, rendant un culte aux saints et à la vierge Marie, comme «anges/messagers», revêtus des vêtements blancs, lavés dans le sang de l'agneau et se tenant constamment dans la présence de Dieu! Quelle honte! 

 
 

 

Capture d'écran : Crédo Église baptiste de la Rive-Sud : Enlèvement suivi de 7 ans de tribulations
Capture d'écran : Crédo Églises Pentecôtistes du Canada
Capture d'écran : Crédo Église Baptiste de Lennoxville Qc
Capture d'écran : Fédération des Églises Chrétiennes Évangéliques (FECE) - Plein feux -


1960
« 307 Quand l’Évangile retournera-t-Il aux Juifs? Quand le temps des nations sera terminé, l’Évangiles est prêt à aller aux Juifs. Si seulement je pouvais vous prédire une petite chose qui est sur le point de se passer ici-même! Vous voyez? Juste en ce jour, vous voyez! Cela doit arriver. Nous le verrons dans les âges de l’Église. Et cette chose glorieuse est sur le point d’arriver et de se reporter jusqu’à Apocalypse 11, pour prendre ces deux prophètes, Elie et Moïse, qui reviennent pour les Juifs. Nous sommes prêts pour cela. Tout se met en place, tout est prêt. Ce message aux nations, tel que les Juifs l’ont apporté aux nations, les nations le ramèneront aux Juifs. Et l’enlèvement viendra. 308 Mais souvenez-vous que ceci ici vient après la tribulation. Nous savons que l’Église ne passe pas par la tribulation. Nous savons cela parce que la Bible le dit. Voyez-vous? 309 Il “… répandra sur la maison d’Israël…” quoi? Le même Saint-Esprit. Vous voyez? Après que l’Église des nations soit partie. …et ils regarderont vers moi, celui qu’Ils auront percé, et ils se lamenteront sur lui, comme on se lamente sur un fils unique, ils y aura de l’amertume pour lui, comme on a de l’amertume pour un premier-né. 392 Souvenez-vous qu’aux jours de Lot, comme Jésus l’a dit, avant que la moindre flamme ne touche la terre, les anges dirent: “Hâtez-vous! Vite! Sortez de là, car nous ne pouvons rien faire tant que vous n’êtes pas partis”. Lorsque le feu tomba, Lot et sa famille étaient loin. De même, l’enlèvement arrivera avant le début de la tribulation. 393 Pour ce qui est de la tribulation, beaucoup de gens sont dans la confusion; mais nous rétablirons cela cette semaine, Dieu voulant, avec l’aide du Seigneur. Vous attendez une période de grande tribulation… cela est donné en type dans la Bible par les jours d’épreuve de Jacob, vous voyez, lorsqu’il était troublé. Cela n’a rien à voir avec les nations. Il n’y a aucun type de cela dans la Bible. L’Église des nations est enlevée.»
Apocalypse, chapitre 1 60-1204M
http://www.branham.fr/sermons/194-Revelation_Chapter_One


1961
« 73 Nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts, car la trompette sonnera et les morts en Christ ressusciteront. Nous serons changés en un instant, en un clin d’œil et nous serons tous ensemble enlevés, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et nous serons toujours avec le Seigneur, ce glorieux Fils qui vient. Le voyez-vous qui prépare Son Eglise? Qu’est-Il en train de faire? Il est en train de leur montrer Son dernier signe. Quelle est la chose suivante? L’Enlèvement, l’Enlèvement. Le Fils apparaît et nous sommes changés. Nous ne pouvons pas aller L’atteindre dans les airs. Il est trop haut pour nous. Mais nous serons changés comme Abraham, notre père. Ce serait en un instant, en un clin d’œil, et nous serons tous ensembles enlevés pour Le rencontrer dans les airs. 74 Ce corps mortel revêtira l’immortalité. Cette corruption revêtira l’incorruptibilité. Ô Dieu ! quelle heure est devant nous! Combien la semence d’Abraham devrait être heureuse! Oh! Quelle sera l’issue de ce temps? Et je n’ai pas encore commencé. J’ai encore huit ou dix passages de l’Ecriture ici auxquels je dois me référer. Mais nous serons obligé de les laisser de côté. Rappelez-vous, est-ce que vous suivez cela maintenant? Voyez-vous comment Dieu a conclu ces alliances, fait ces promesses et accompli ces signes vis-à-vis de la semence d’Abraham? Maintenant où est allé ce don de discernement? Est-il parti à Sodome? Non, monsieur. Parmi les églises dénominationnelles? Non, non. Le don est allé à l’Eglise élue. On leur a prêché l’Evangile. Deux Anges se sont rendus là et y ont prêché. Mais Cet autre est resté derrière avec les élus, l’Eglise appelée à sortir, qui va avec le petit nombre des méprisés du Seigneur. 75 Et Jésus Lui-même, le Fils de Dieu, a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome, arrivera pareillement à la Venue du Fils de l’Homme.» M’entendez-vous? Dites: «Amen!» [L’assemblée dit: «Amen.» – N.D.E.] Croyez-vous cela? Dites: «Amen.» [L’assemblée dit: «Amen.» – N.D.E.] Quelle est la chose suivante que nous attendons? L’Enlèvement, aller à Sa rencontre, à la rencontre du Fils qui vient. Nous devrons être changés et enlevés. Vous ne pouvez pas être enlevé dans la condition où vous êtes maintenant. Vous êtes trop lourd. Oh! frères, mais un jour, ce corps mortel va revêtir l’immortalité, et nous aurons un corps semblable à Son propre corps glorieux, car nous Le verrons tel qu’Il est. Oh! vous semence d’Abraham, accrochez-vous à la promesse qui vous a été faite, mes chéris. Accrochez-vous-y. Ne laissez aucun homme vous en détourner. Si vous vous êtes égarés loin dans le monde, et vous les femmes qui agissez comme le monde, et vous les hommes qui les laissez faire cela, honte à vous! Vous êtes censés être le chef de la maison. C’est vous le chef. La Bible dit que l’homme doit dominer, et non pas être un dictateur donc, et elle, un paillasson. Il lui a fait une aide (voyez-vous?), une chérie. »
Jéhovah-Jiré 61-0226
http://www.branham.fr/sermons/948-Jehovah_Jireh


1963
« 108 Comment quelqu’un peut dire que l’Église va passer par la Tribulation, je ne sais pas. Mais pourquoi Lui faudrait-il passer par la Tribulation, alors qu’Elle n’a pas—n’a pas un seul péché? Je veux dire… C’est-à-dire, pas l’église; l’église, elle, elle va passer par la Tribulation. Mais je parle de l’Épouse. L’Épouse, non, Elle n’a aucun péché contre Elle, pas un seul. Elle en a été blanchie, et il n’en reste même plus… Il n’en reste même plus l’odeur, plus rien. Ils sont parfaits devant Dieu. Alors, pourquoi passeraient-ils par quelque Tribulation que ce soit, pour être purifiés? Mais les autres, oui. L’église, elle, elle passe par la Tribulation, mais pas l’Épouse. 109 Bon, donc, on l’a vu par toutes sortes de symboles, là. Comme la—l’église, Noé, qui était le type de ceux qui sont transportés, quand il est sorti, il est tombé dans le péché. Vous voyez, maintenant, ils ont effectivement traversé. Mais Énoch est parti avant, lequel était le type des saints qui partiraient, et ce, avant la période de la Tribulation. Maintenant, nous voyons que cet Agneau a ouvert le Sceau. »
Le Quatrième Sceau 63-0321
http://www.branham.fr/sermons/260-The_Fourth_Seal

« 199 (16) Qu’est-ce qui est arrivé aux croyants nés de nouveau qui sont dans les différentes dénominations, mais qui ne sont pas de l’Épouse de Christ? Qu’est-ce qui leur arrive? 200 Eh bien, je pense que nous l’avons expliqué tout à l’heure. Voyez? Ils vont dans la Tribulation. Ils sont martyrisés pendant la Tribulation. Ils ressuscitent en dernier, après le Millénium, pour être jugés. Voyez? En effet, la Bible dit que les autres vivants…” Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans soient accomplis.” 227 Bon, donc, dans la dernière partie, la soixante-dixième semaine, la dernière partie de celle-ci se passera pendant la période de la Tribulation, après l’Enlèvement de l’Église. Alors, voilà les trois ans et demi, ici, où ce leur sera confirmé à nouveau par des prophètes, vous voyez, Moïse et Élie, Apocalypse 11. »
Questions et réponses sur les sceaux 63-0324M
http://www.branham.fr/sermons/264-Questions_And_Answers_On_The_Seals

« 188 Et pour être sûr que l’enlèvement complet... Maintenant, Luther en était une partie, Wesley en était une partie, les prophètes en étaient une partie. S’ils sont – s’ils n’en sont pas une partie... justement selon la révélation, ils formaient le Corps, les pieds, les orteils, les bras et autres jusqu’à la tête (ce que nous allons aborder dans quelques minutes), voyez, cela constitue l’enlèvement entier. C’est le Corps de la Parole, qui est Christ. Amen! 579 Donc, nous voyons que le souper des noces est proche. Maintenant, si je ne vous revois plus jamais, souvenez-vous, le souper des noces est proche. Et alors, le Royaume, selon la promesse, est sur le point d’être introduit, le grand Millénium, l’enlèvement de l’Eglise, et la destruction des méchants. Et le monde sous le sixième Sceau est sur le point d’être purifié par les volcans, en vue d’enlever toute la corruption et le péché du monde, pour le façonner à nouveau et apporter un nouveau et radieux Millénium pour l’âge à venir.» Christ Est Le Mystère De Dieu Révélé 63-0728
http://www.branham.fr/sermons/492-Christ_Is_The_Mystery_Of_God_Revealed

« 3738 Ce n’est pas pour dire, pour vous dire ce que vous avez fait ou ce que vous n’avez pas fait ; ce n’est pas à moi de dire ça, mais juste comme je vois ça. chose suivante, vous savez, vous direz : « Eh bien, je pensais que l’Enlèvement était censé avoir lieu avant la tribulation. » 39 La tribulation sera en train de frapper. Et qu’arriverait-il ? Ce serait affreux, si vous entendiez dire : « Cela a déjà eu lieu, et vous ne l’avez pas su » ! 40 « Il y en aura un dans un champ, je prendrai un et je laisserai l’autre », ce sera juste quelqu’un qui ne sera pas là. Il y en aura très, très peu dans cet Enlèvement, ceux qui seront transformés. L’Epouse endormie, l’Epouse qui a été prise au cours de l’âge, va d’abord venir. Et ensuite, nous les vivants qui serons restés, nous serons enlevés avec eux, juste un ici, et un là-bas, et un là-bas. 41 Chaque jour, à travers le monde, il y a au moins cinq cents personnes qui disparaissent. Et s’il y en avait mille ? Les gens diraient : « Oh ! Eh bien, telle femme, elle a simplement fui avec quelqu’un. Tel prédicateur, il a pris la femme d’autrui, et il est parti. » Il est parti dans la Gloire, dans l’Enlèvement, et ils ne le sauront pas. N’a-t-Il pas dit qu’Il viendrait comme un voleur pendant la nuit ? Voyez ? »
Persévérant 63-0802
http://www.branham.fr/sermons/1037-Perseverant

Dans son sermon «Persévérant» du 2 août 1963, William Branham reprend l'interprétation littérale de «l'enlèvement», c'est-à-dire que l'enlèvement provoquera la disparition littérale de certaines personnes ... un par-ci, un par là.... Cette interprétation était déjà très répandue au sein des églises évangéliques et pentecôtistes, et l'est encore aujourd'hui.


1964
« 75 Tous ceux qui sont inscrits dans le Livre y échapperont. Nous découvrons donc que le petit troupeau est prêt pour la dynamique, qui le fera monter dans les cieux, afin d'échapper à toute cette tribulation. 76 Quelqu'un a dit, tandis que je parlais l'autre jour, il a dit: «Frère Branham, vous ne croyez donc pas que l'Église passera par la tribulation?» 77 J'ai dit: «Je crois que l'Église y passera, mais pas l'Épouse.» L'Église passera par la tribulation (oui, monsieur), mais l'Épouse en est affranchie. Elle ira dans l'enlèvement; en un instant, en un clin d'œil, Elle sera enlevée à la rencontre de Son Seigneur dans les airs, pour le Souper des Noces. Il n'y a aucune raison qu'Elle passe par la tribulation; Son Seigneur a payé le prix pour Elle. Nous sommes si reconnaissants pour cela. Oui, monsieur. »
Que Ferons-Nous De Ce Jésus Qu’on Appelle Christ? 64-0126
http://www.branham.fr/sermons/282-What_Shall_We_Do_With_This_Jesus_Called_Christ



À plusieurs reprises durant «son ministère d'enseignant» William Branham fut inconséquent (manque de cohérence) dans ce qu'il prêchait. Un des meilleurs exemples fut ses déclarations dans ses enseignement des 7 âges de l'Église, concernant les destinataires des messages adressés par le Seigneur, aux «7 anges/messagers des 7 Églises». En 1960, il insistait pour affirmer que «les messages» du Seigneur, n'étaient pas adressés aux Églises, mais personnellement à chacun des 7 messagers. Et là-dessus, je suis entièrement d'accord avec cela. Néanmoins, le problème que rencontra William Branham était de taille. Comment concilier le message de reproches sévères du Seigneur envers l'ange/messager de l'Église de Laodicée, s'il croyait être cet «ange/messager» ? Deux solutions se présentèrent. D'une part il pouvait «corriger son affirmation précédente» en modifiant l'identité des destinataires des lettres adressées à chaque messager sur l'Église du messager. Ainsi les reproches ne viseraient plus le messager, mais son Église. Ensuite il pouvait simplement déclarer qu'il n'avait absolument rien à voir avec «le messager de Laodicée», ce qui le mettait à l'abri des reproches dans son enseignement sur les 7 âges de l'Église.

«Certainement, qu'on va s'en souvenir!»

L'épineux dilemme que pose les déclarations de William Branham à propos des adresses faites aux «anges/messagers» dans les 7 lettres adressées aux 7 «anges/messagers» est que la lettre adressée au «messager» de l'Église de Laodicée contient des réprimandes de la part du Seigneur, qu'aucun disciple de William Branham et du «Message des Temps de la Fin» n'oserait attribuer « à William Branham», le «pseudo prophète» du «dernier âge». Néanmoins le même dilemme s'est également posé lors de la prédication de «l'âge de l'Église d'Éphèse», alors qu'il avait été mentionné que Paul était le premier «ange/messager» de l'Église d'Éphèse. Comme les  réprimandes du Seigneur ne pouvaient pas s'adresser à Paul en aucune façon, ni à «son successeur» l'apôtre Jean, c'est sans doute là que William Branham a commencé à rediriger les réprimandes personnelles sur les Églises, incluant celle de Laodicée, au lieu que les adresses soient adressées personnellement  «au messager» comme il avait pourtant demander à son auditoire «de se rappeler». Il est évident que les lettres du Seigneur s'adressent à chacun des 7 messagers, et dire le contraire est non-scripturaire. William Branham avait pourtant insisté pour dire que chaque lettre du Seigneur était adressée au «conducteur/messager» de son Église que c'est le conducteur qui aurait à rendre compte, pas l'Église! En aucun cas, le Seigneur a menacé les «chandeliers» d'ôter leurs «étoiles» de leur place, mais l'inverse, c'est-à-dire que «l'étoile/ange/messager» doit se repentir, sinon le Seigneur va lui enlever la responsabilité de son chandelier. Pourtant William Branham a cru que l'interprétation était que «l'ange/messager» devait plutôt prendre les réprimandes et les appliquer sur «son Église», ce qui n'est pas le cas. Lorsque le Seigneur s'adresse directement aux Églises, il peut très bien le dire exactement comme il l'a demandé dans le passage d'Apocalypse 1: 10-11. Toute cette confusion tire son origine, de ce que tout l'enseignement des 7 âges de l'Église est faux. Et pourtant, j'ai observé qu'en Afrique, en Europe et au Canada, William Branham est considéré comme étant le «dernier ange/étoile/messager», qu'on considère comme un prophète envoyé avec l'Esprit d'Élie à l'Église de Laodicée! Comment se fait-il que personne a cherché à comprendre la contradiction de l'Église de Laodicée? Vous les pasteurs, où étiez-vous? Ne vous êtes-vous jamais posé la question?

Je me suis réellement posé la question, à savoir si William Branham était «conséquent» dans ses prédications. William Branham était parfaitement conscient qu'il avait attiré l'attention d'un très grand nombre de chrétiens à cause de son ministère de guérison et que ses enseignements touchaient une multitude de gens qui avaient sincèrement cru que Dieu leur avait envoyé le «prophète du temps de la fin», et cela l'a galvanisé au point où il croyait qu'il avait l'autorité divine pour prêcher n'importe quoi. Il semble que personne n'a osé faire observer à William Branham, en «se souvenant» de ce qu'il avait prêché dans «l'Église de Pergame», que si son époque était vraiment celle de «l'âge de Laodicée» et qu'il en était «le messager», normalement il aurait cherché à «garder un profil bas» (low-profile), face aux réprimandes du Seigneur adressées au «messager de Laodicée». D'une part, même si l'adresse du Seigneur à «l'ange/messager» de Laodicée ne le concernait pas (parce qu'au départ l'interprétation de William Branham était déjà fausse ainsi que tout l'enseignement des 7 âges) il n'en demeure pas moins que s'il avait été cohérent et conséquent dans ses affirmations, les reproches du Seigneur semblaient le viser personnellement. Autrement dit, valait mieux ne pas trop insister sur le sujet. Néanmoins à une occasion, William Branham s'est retrouvé passablement mal à l'aise, a refusé catégoriquement d'être identifié avec «l'ange/messager» de l'Église de Laodicée, et il a insisté qu'il ne pouvait pas être plus honnête que cela dans sa déclaration. Pas plus Honnête? Voyons un peu....C'était en janvier 1961, dans une réunion identifiée comme «Questions et réponses»

«(386) Eh bien, si vous remarquez, et je… Le petit Willie qui est là a mis mon nom sous cette étoile-là, »

(NDLR: Dans un dessin du chandelier à 7 branches et les 7 étoiles identifiant les 7 messagers, Willie avait inscrit le nom de William Branham sous la dernière étoile)

« et c’est pourquoi, j’ai passé cela sous silence, voyez, parce que je – je ne pense pas… Maintenant, je vais être aussi honnête que possible, je ne pense pas que j’ai quelque chose à avoir avec ce messager, vous voyez. C’est juste. Je crois que je suis peut-être envoyé pour jouer un rôle dans cette église, pour aider à établir ce Message là où il doit être quand ce précurseur viendra, car il viendra. (393) Je m’en vais donc m’arrêter ici juste une minute et vous dire quelque chose. Secouons cette chose de… que Willie a faite là, et alors, supposons donc que ce soit juste. Supposons simplement que ce soit juste. Je ne peux pas dire cela, frères. Ce serait prétentieux. Cela, je ne pourrais pas… Même si je croyais cela, je ne le dirais pas. Voyez? Si quelqu’un d’autre le dit, là c’est lui.» Questions et réponses [61-0112] http://www.branham.fr/read_prop.php?id=207

En lisant ce que William Branham a dit, c'est-à-dire «je ne pense pas que j'ai quelque chose à voir avec ce messager» et ensuite «supposons que ce soit juste» (...) «ce serait prétentieux», c'est un peu confus comme réponse. Cela devenait un sujet assez délicat et il valait probablement mieux ne pas trop en parler.

En questionnant le commentaire qu'il a donné au sujet du dessin que le «petit Willie» avait fait en écrivant son nom sous la 7ième étoile, plusieurs diront que William Branham «était trop modeste» pour accepter ce jour-là, qu'on lui donne le rôle «d'ange/messager». Néanmoins aujourd'hui, ils persistent toujours à lui attribuer la position «d'ange/messager» de l'Église de Laodicée, ou le titre de «septième ange». Alors qu'en janvier 1961, il niait avoir quoi que ce soit à avoir avec le messager de l'Église de Laodicée, en janvier 1963, il avait le pressentiment qu'il «rentrerait à la Maison» et il croyait que quelqu'un d'autre prendrait la relève «du Message» après son départ... ainsi peut-être croyait-il, qu'un autre que lui, prendrait le blâme du Seigneur? C'est une hypothèse à laquelle il ne peut plus répondre....mais nous avons vu précédemment comment sa réputation «d'ange/étoile/messager» de l'Église de Laodicée n'a pas trop souffert.

«(20) A l'exception de l'autre jour, lorsque je suis venu à l'Ouest. Vous avez joué la bande, beaucoup parmi vous, je pense, et vous comprenez. Je ne sais pas ce que… J'attends. Je suis ici maintenant, je ne sais pas pourquoi. Je ne fais qu'attendre. Peut-être que c'est le temps pour moi de rentrer à la Maison. On dirait que c'est vraiment cela. Si c'est le cas, il s'élèvera après moi quelqu'un qui continuera avec le Message. Ça sera une personne étrange, mais il s'élèvera après ceci et continuera avec le Message. Et écoutez cela. Tant que c'est scripturaire, accrochez-vous-Y.»
L'Esprit de vérité (20) [63-0118]



À part sa «mise-à-jour sur la moitié de la 70ième semaine de Daniel allouée aux juifs en mars 1963, William Branham a quand même continué à mettre de l'avant en tant «qu'enseignements inspirés» tout ce qu'il avait prêché, de 1947, et il a tout mis ses enseignements «dans la liste des mystères révélés».

1960

60-1205 L'Âge De l'Église D'Éphèse
« E-214 (...)  Et ils appelèrent ceux qui parlaient en langues et criaient, et guérissaient les malades, etc., des hérétiques. Et finalement cela devint si contraignant que quiconque était surpris en train d'adorer de cette façon était jeté dans la fosse aux lions s'il n'embrassait pas le catholicisme. Et cela a continué pendant toutes ces centaines d'années de persécution, là-bas. Mais cette Eglise n'est jamais morte. Vous ne pouvez pas La tuer. Dieu a dit qu'Elle vivrait jusqu'à la fin, et qu'Il lui donnerait alors une couronne de Vie. Cela s'est poursuivit à travers tous ces âges de persécution.»

1963

1963 - Révélation des sept Sceaux - 19 mars 1963, soir
Source;
http://www.cmpp.ch/7sceaux4.pdf (2e sceau)
« (218) Écoutez cette citation extraite du martyrologe: «DE L’ÉPOQUE DE SAINT AUGUSTIN D’HIPPONE A L’AN 1586, L’EGLISE CATHOLIQUE ROMAINE A MIS A MORT 68,000 000 DE PROTESTANTS». Son épée n’était-elle pas rouge? Ne chevauchait-il pas un cheval roux? Qu’était-ce? Le même pouvoir! Le même cavalier! Voilà le Sceau! Ils en admettent 68,000 000 dans le martyrologe, sans compter tous ceux qui furent tués en dehors de cela. Oh, quelle pitié! Pendant le Moyen-Âge ils furent des millions à être jetés en pâture aux lions ou massacrés de toutes sortes de manières possibles parce qu’ils ne voulaient pas s’incliner devant les dogmes catholiques. Vous savez cela!»

   


Citation: Soixante-dix semaines de Daniel [61-0806]
«(51) Et je suis très reconnaissant à M. Smith, de l’église adventiste, pour son point de vue. Je suis très reconnaissant au Dr Larkin, de son point de vue . Je suis reconnaissant à tous ces gens très érudits, pour leurs points de vue sur le sujet. Et de les lire, ça m’éclaire beaucoup, je trouve des choses qui ont l’air justes. Mais, pour exploiter le point de vue que je—j’ai pensé que j’aimerais exposer, j’ai fait une recherche sur le “temps”, dans l’encyclopédie, pour savoir ce que c’est que le “temps”.»  - William Branham.

Citation:  Fête des trompettes P: 16 [64-0719M]

«(40) J’avais mon idée à moi, comme tous les prédicateurs, pour avoir lu, peut-être, ce que d’autres hommes en avaient dit, et je faisais de mon mieux pour croire la même chose qu’eux, les choses qu’ils avaient formulées, leur conclusion. J’avais lu le livre de M. Smith, Uriah Smith, qui est le docteur chez les adventistes, et j’avais lu ses–ses pensées sur le sujet. J’avais lu, oh, tant de gens, les commentaires qu’ils avaient émis là-dessus. (...)  » - William Branham

Citation: Les instructions de Gabriel à Daniel [61-0730M]
«
(33) Et alors, je— j’ai lu le livre du Dr Larkins , le livre du Dr Smith, les notes du Dr Scofield, les commentaires émis par différents hommes un peu partout, et, en prenant tout cela, je n’arrive quand même pas à faire concorder la chose. Voyez? Alors, cette semaine, j’ai l’intention de, je suis allé au Kentucky à la bibliothèque, pour me documenter sur l’astronomie ancienne, les calendriers et la chronologie, et j’ai ramassé autant de livres anciens que j’ai pu, dans les bibliothèques et tout, et je fais mon humble part, en faisant solennellement confiance à Jésus-Christ qu’Il me le révèle.  En effet, si je veux savoir ces choses, ce n’est pas pour dire: “Moi, je sais ceci, et moi, je sais cela.” Il connaît mon cœur. Il m’écoute en ce moment. Mais, si je veux savoir, c’est dans le but d’éclairer Son peuple; c’est pourquoi je crois qu’Il va me donner de savoir. Je ne sais pas encore, mais je compte sur Lui pour dimanche prochain, parce que ce sera là la partie capitale, dimanche prochain: de connaître et de placer ces soixante-dix semaines. - William Branham.

L'enseignement des Sept Âges de l'Église semble remonter aussi loin qu'au début du 18ième siècle, propagé  par une mystique nommée Jane Ward Leade (1623-1704), qui créa un groupe religieux qui s'appelait «The Philadelphia Society». Les enseignements de Leade sur les "dispensations des âges" devinrent plus largement connus par ses membres, et furent finalement diffusés par le théologien Cyrus Scofield et sa Bible d'étude Scofield. Fait intéressant, les prophéties de cette voyante ont été trouvées parmi les affaires de Charles Price, un pasteur de Los Angeles dont l'église était fréquentée par William Branham.


Cliquez pour agrandir
Le principe des vases communicants du «message»


Le dispensationalisme, une doctrine élaborée par des théologiens trinitaires, suivant les traces du serpent

La fausse révélation de l'esprit humain s'appelle "Absinthe" (absinthe)

Parlons des effets d'une substance chimique appelée "Thujone" dans Absinthe. Les propriétés uniques de l'absinthe ont fasciné l'humanité bien avant que la plante ne soit utilisée pour la première fois en 1792. En raison de ses effets puissants sur l'esprit et le corps, l'absinthe est considérée comme une plante médicinale polyvalente depuis au moins 1600 av. J.-C. ou même avant. Reprenons: Thujone est surtout connu pour être un composé dans l'esprit absinthe. Il a une odeur de menthol. Bien qu'elle soit mieux connue en tant que composé chimique dans l'esprit de l'absinthe, il est peu probable qu'elle soit responsable des prétendus effets psychédéliques de l'absinthe. Beaucoup prétendent que la thuyone pourrait stimuler le cerveau.

Wormwood (Thujone) est-il une substance hallucinante?
On pense que Thujone déclenche des transformations inexplicables dans l'esprit. Depuis plus de deux siècles, les buveurs d'absinthe ont signalé des changements inquiétants dans la perception sensorielle, une extrême clarté de pensée et une amélioration considérable des capacités cognitives et créatives. On ne sait toutefois pas pourquoi la thuyone affecte l’esprit de cette manière, ni même si elle seule est responsable de ces effets d'absinthe remarquables.

À ce jour, la science moderne n’a pas apporté de réponse complète, même si les scientifiques ont documenté les effets de la thuyone d’ici 1916. Des recherches récentes confirment une chose: l’alpha-thujone trouvée dans l’absinthe provoque "une activité de liaison des récepteurs cholinergiques du SNC" dans le le cerveau, qui, selon les scientifiques, améliore les fonctions cognitives du cerveau. Cela ne sera pas une surprise pour les praticiens de la médecine naturelle, qui prescrivent depuis longtemps l'absinthe riche en thujone pour améliorer la pensée.

En tant que figure de style, toute interprétation humaine de la Bible est "Absinthe"
Comme William Branham a été inspiré par les travaux de Larkin pour partager les doctrines des Sept âges de l'Église, sept sceaux et des tonnerres, cette étoile (l'esprit derrière les enseignements) est celle qui a partagé l'absinthe à l'Église ...

Clarence Larkin
Il était un ministre baptiste trinitaire. Son étude des Écritures, à l'aide de quelques livres qui lui sont tombés entre les mains, l'a amené à adopter de nombreux principes de la théologie prémillennialiste qui gagnait en popularité dans les milieux protestants conservateurs de la période dorée. Il a commencé à faire de grands tableaux muraux, qu'il a intitulés "Vérité prophétique", à utiliser en chaire. Cela a conduit à des invitations à enseigner ailleurs. Au cours de cette période, il publia un certain nombre de cartes prophétiques largement diffusées. En tant qu'ancien ministre baptiste, William Branham connaissait les œuvres de Larkin et avait même déclaré qu'il était éclairé par les œuvres de Larkin (bien que Larkin fût un théologien trinitaire). Divisant à juste titre la Parole; Le livre de Daniel; Le monde des esprits; Seconde venue du Christ; - En 1918, il compléta Dispensational Truth, mais la forte demande l'obligea à produire une édition beaucoup plus complète de 1920. (L'image ci-dessous montre un tableau chronologique des 7 Ages réalisé par Larkin, où tous les enseignements du WMB étaient déjà disponible à partir de 1918)

Soixante-dix semaines de Daniel P: 26 [61-0806]
Et ainsi, il ne fait aucun doute que, tout au long de l’âge, il y a eu des centaines de centaines de personnes, savants, hommes capables, essayant d’expliquer en quoi consistaient ces soixante-dix semaines. Et j'ai lu beaucoup de leurs commentaires à ce sujet. Et je suis très reconnaissant à M. Smith de l'église adventiste pour ses points de vue. Je suis très reconnaissant au Dr Larkin de ses opinions. Je suis reconnaissant à tous ces grands érudits pour leurs points de vue à ce sujet. Et en les lisant, cela m’éclaire beaucoup de pouvoir trouver des endroits qui ont l’air juste. Mais pour obtenir les points de vue que je - je pensais que je voudrais expliquer, j’ai cherché dans l’encyclopédie du temps pour savoir ce que cela signifiait.

Qui dites-vous que c'est? P: 42 [64-1227]
(42) En passant, saviez-vous que la Parole de Dieu n'est jamais venue chez un théologien? Trouvez les Écritures où cela a jamais été. La Parole ne vient pas aux théologiens; pas du tout.

Les événements modernes mis en évidence par la prophétie P: 30 [65-1206]
(30) Dans Hébreux 1: 1, Dieu écrivit à plusieurs reprises la Bible selon son propre choix. Il ne l'a jamais écrit par des théologiens; il n'interprète pas non plus par les théologiens. Il n'y a jamais eu de temps où les théologiens ont eu une interprétation de la Parole de Dieu.

Pourquoi cela devait être des bergers P: 60 [64-1221]
(60) Maintenant, les prophètes de l'Ancien Testament se sont drapés dans des peaux de mouton (nous le savons. Uh-huh.), Ce qui signifie leur foi en Sa Parole du prochain Agneau parfait. C'est pourquoi les prophètes ... Maintenant, la Parole de Dieu ne parvient pas à un théologien; il n'y a pas ... Il - c'est celui-là qui déconne. C'est vrai. Rien ne dit jamais ... Vous dites: "Eh bien, ce type est un théologien." Cela le met plus loin de la Parole que tout ce que je sais. Voir? La Parole du Seigneur Dieu, le Dieu immuable, ne change jamais. Partout dans la Bible, la Parole de Dieu est toujours parvenue aux prophètes, pas aux théologiens ni aux docteurs; aux prophètes. Et ils ont toujours, à chaque fois, été refusés et rejetés.




Pour terminer ce chapitre sur la réfutation à savoir si William Branham a ouvert «les 7 sceaux» ou révélé «ce qu'ont dit les «sept tonnerres» du livre de l'Apocalypse, il est évident que si la doctrine dispensationaliste des «sept âges de l'Église» a complètement été réfutée, que l'enseignement «de la semence du serpent» de William Branham a également été complètement réfutée et que son enseignement sur sa conception de «la divinité» a été réfutée, alors tout son enseignement sur les sceaux et les tonnerres ne tient pas la route. Tout ce qu'il a enseigné comme «mystère caché/révélé» est complètement faux.

William Branham n'a non seulement plus de crédibilité en tant qu'enseignant de la Bible, mais s'est rendu coupable d'un péché plus grave et plus subtil, car s'est lui-même autoproclamé «l'ange» qui a pu briser tous les sceaux et révélé le contenu du rouleau scellé, alors qu'il n'était qu'un simple homme avec une pensée humaine. Le personnage de William Branham, sous l'apparence «d'un saint homme» auquel Dieu donnait des visions et des prodiges incroyables, s'est avéré être un imposteur de a pire espèce. Il est l'accomplissement du mystère de l'iniquité, celui qui s'élève au-dessus de tous les saints sur la montagne de Dieu. Il est ce «faux prophète» qui a lancé «derrière la femme» de sa bouche un flot impétueux de doctrines mensongères pour l'entrainer en dehors de l'Évangile de grâce. Il est cet «agneau qui parlait comme un dragon», et il s'en est fallu que peu, qu'il réussisse à séduire les élus, car il s'y est pris de la même manière que le «serpent ancien» qui avait réussi à séduire Ève dans le livre de la Genèse. Ses enseignements n'étaient pas un «appel à la victoire perpétuelle» conférée à ceux dont le nom est inscrit dans le Livre de Vie de l'Agneau. Ses enseignements n'étaient pas «un cri de commandement» qui réveille «les morts en Christ». Il n'a jamais lancé un «appel aux vainqueurs», par le sang de l'Agneau, «le sacrifice perpétuel dans la pensée du cœur». Il avait l'apparence de la piété, les miracles au nom de Jésus-Christ, des enseignements de doctrine qui semblaient stimuler l'âme et le cœur, mais sans plus. Il était un imposteur. Il a voulu régner sur les saints et leur donner de son «stimulant» que les écritures appellent «absinthe».

 

Questions et réponses no 4 [64-0830E]
« (395) Les Sept Tonnerres qui correspondent à sept mystères ont-ils déjà été révélés? Ont-ils été révélés dans les Sept Sceaux, mais sans que jusqu’ici–mais sans que jusqu’ici ils nous soient encore connus comme étant les Tonnerres? (78) Non, ils ont été révélés dans les Sept Sceaux; c’est à ça que les Tonnerres se rapportaient. Ils devaient révéler... Les Sept Tonnerres qui ont fait entendre leurs voix, et personne n’arrivait à comprendre ce que c’était, Je163 Vous vous souvenez lorsque cela a été dit (les anges dans les âges de l'Église)... Or, ceci va s'imbriquer parfaitement avec ces Sept Sceaux, dont nous allons venir parler. Les Sept Sceaux dont nous allons essayer de parler (lorsque nous reviendrons cette fois) sont les Sept Sceaux écrits. Et ces Sept Sceaux, comme vous le savez, sont simplement la manifestation des Sept Anges des Sept Églises. Mais il y a Sept autres Sceaux qui sont au dos du Livre – c'est en dehors de la Bible. Remarquez, nous allons y arriver dans un moment.savait ce que c’était, mais il lui a été défendu de l’écrire. Il a dit : “Mais le septième ange, aux jours où il sonnerait de la trompette, les sept mystères des Sept Tonnerres seraient révélés.” Et le septième ange est un messager, du Septième Âge de l’Église. Voyez?»
Source: http://www.branham.fr/sermons/488-Questions_And_Answers_4

La brèche entre les sept âges de l’église et les sept sceaux [63-0317E]
«(49) Les Sept Sceaux, sur le Livre, ils… Ces Sept Sceaux scellent le Livre. Voyez? Le Livre est absolument scellé. Vous le voyez? [L’assemblée dit: “Amen.”—N.D.É.] Le Livre est absolument un Livre scellé, jusqu’à ce que les Sept Sceaux soient brisés. Il est scellé de Sept Sceaux. Or, ça, c’est différent des Sept Tonnerres. Voyez? Il s’agit ici de Sept Sceaux sur le Livre. Et le Livre ne… les Sceaux ne seront pas déliés avant le Message du septième ange. Voyez? Donc, nous–nous présumons; mais la véritable révélation de Dieu sera rendue parfaite quand cela sera proclamé, la Vérité confirmée. Maintenant, c’est exactement ce que dit la Parole: “Le mystère s’accomplirait en ce temps-là.”»
Source: www.branham.fr/sermons/255-The_Breach_Between_The_Seven_Church_Ages_And_The_Seven_Seals

Apocalypse chapitre quatre #3 (le trône de miséricorde et de jugement) [61-0108]
«(
116) Examinons ces voix qui sortent du trône. Remarquez que devant ce Trône, il y avait sept étoiles; la Voix des étoiles. “Des voix”, vous comprenez? Il y a quelque chose de plus dans le verset 5, nous l’avons vu: “… du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres”. Non pas une seule voix, mais DES voix, au pluriel. Qu’est-ce que c’est? C’est Dieu qui parle à l’Église, Se reflétant au travers des sept Esprits. Quand le véritable oint de Dieu parle, c’est la Voix de Dieu! La rejeter, c’est ôter Sa lampe. “Des voix”, c’est la Voix des sept âges de l’Église (voyez le dessin dans le coin). Les voix parlent avec le tonnerre et les éclairs.»
Source: http://www.branham.fr/sermons/206-Revelation_Chapter_Four_3_(Throne_Of_Mercy_And_Judgment)

Apocalypse chapitre 5, 2ième partie [61-0618] 
« (71) Souvenez-vous que les sceaux sont quelque chose de mystérieux. Le Livre était scellé sur le dos par sept sceaux qui n’étaient même pas révélés dans le Livre.  (186)  (...) Maintenant, pour en finir avec ceci, occupons-nous tout de même de ce rouleau. Cela me prendra encore environ dix minutes. Le rouleau! Maintenant, souvenez-vous que le Livre était scellé. Un livre du temps de la Bible n’était pas un livre à quatre angles comme celui-ci. C’était un livre comme ceci, qu’on appelait un rouleau. Combien le savent? Assurément, c’était un rouleau. (187)  Très bien. Ce Livre était scellé de sept sceaux. C’était la Bible et Il était scellé de sept sceaux. Maintenant, observez comment c’était fait. (190)  Maintenant, je vais essayer d’illustrer ceci avec ce morceau de papier. Je ne sais pas si je vais y arriver ou non… Voici la manière dont c’était écrit. Comme ceci. Il l’a rédigé, puis l’a scellé comme ceci. Il l’a fait ainsi pour chacun. Ce qui est arrivé dans chacun de ces sceaux était écrit ici autour: son héritage, ce qui était arrivé, tous ceux qui étaient tombés avant lui, et comment il était venu pour en hériter. Tout était scellé comme cela. (191)  C’est ainsi que Dieu a procédé avec Son Livre scellé de sept sceaux. Maintenant, alors qu’ils déchirent ceci, cette révélation fait tout le tour sur le dos du Livre.» http://www.branham.fr/sermons/216-Revelation_Chapter_Five_2

Le septième sceau 63-0324E
Source: http://www.branham.fr/sermons/263-The_Seventh_Seal



Questions et réponses no 4 [64-0830E]
« (395) Les Sept Tonnerres qui correspondent à sept mystères ont-ils déjà été révélés? Ont-ils été révélés dans les Sept Sceaux, mais sans que jusqu’ici–mais sans que jusqu’ici ils nous soient encore connus comme étant les Tonnerres? 78 Non, ils ont été révélés dans les Sept Sceaux; c’est à ça que les Tonnerres se rapportaient. Ils devaient révéler... Les Sept Tonnerres qui ont fait entendre leurs voix, et personne n’arrivait à comprendre ce que c’était, Je 163 Vous vous souvenez lorsque cela a été dit (les anges dans les âges de l'Église)... Or, ceci va s'imbriquer parfaitement avec ces Sept Sceaux, dont nous allons venir parler. Les Sept Sceaux dont nous allons essayer de parler (lorsque nous reviendrons cette fois) sont les Sept Sceaux écrits. Et ces Sept Sceaux, comme vous le savez, sont simplement la manifestation des Sept Anges des Sept Églises. Mais il y a Sept autres Sceaux qui sont au dos du Livre – c'est en dehors de la Bible. Remarquez, nous allons y arriver dans un moment.

savait ce que c’était, mais il lui a été défendu de l’écrire. Il a dit : “Mais le septième ange, aux jours où il sonnerait de la trompette, les sept mystères des Sept Tonnerres seraient révélés.” Et le septième ange est un messager, du Septième Âge de l’Église. Voyez?»
Source: http://www.branham.fr/sermons/488-Questions_And_Answers_4


La brèche entre les sept âges de l’église et les sept sceaux [63-0317E]
«(49) Les Sept Sceaux, sur le Livre, ils… Ces Sept Sceaux scellent le Livre. Voyez? Le Livre est absolument scellé. Vous le voyez? [L’assemblée dit: “Amen.”—N.D.É.] Le Livre est absolument un Livre scellé, jusqu’à ce que les Sept Sceaux soient brisés. Il est scellé de Sept Sceaux. Or, ça, c’est différent des Sept Tonnerres. Voyez? Il s’agit ici de Sept Sceaux sur le Livre. Et le Livre ne… les Sceaux ne seront pas déliés avant le Message du septième ange. Voyez? Donc, nous–nous présumons; mais la véritable révélation de Dieu sera rendue parfaite quand cela sera proclamé, la Vérité confirmée. Maintenant, c’est exactement ce que dit la Parole: “Le mystère s’accomplirait en ce temps-là.”»
Source: www.branham.fr/sermons/255-The_Breach_Between_The_Seven_Church_Ages_And_The_Seven_Seals

Apocalypse chapitre quatre #3 (le trône de miséricorde et de jugement) [61-0108]
«(
116) Examinons ces voix qui sortent du trône. Remarquez que devant ce Trône, il y avait sept étoiles; la Voix des étoiles. “Des voix”, vous comprenez? Il y a quelque chose de plus dans le verset 5, nous l’avons vu: “… du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres”. Non pas une seule voix, mais DES voix, au pluriel. Qu’est-ce que c’est? C’est Dieu qui parle à l’Église, Se reflétant au travers des sept Esprits. Quand le véritable oint de Dieu parle, c’est la Voix de Dieu! La rejeter, c’est ôter Sa lampe. “Des voix”, c’est la Voix des sept âges de l’Église (voyez le dessin dans le coin). Les voix parlent avec le tonnerre et les éclairs.»
Source: http://www.branham.fr/sermons/206-Revelation_Chapter_Four_3_(Throne_Of_Mercy_And_Judgment)

Apocalypse chapitre 5, 2ième partie [61-0618] 
« (71) Souvenez-vous que les sceaux sont quelque chose de mystérieux. Le Livre était scellé sur le dos par sept sceaux qui n’étaient même pas révélés dans le Livre.  (186)  (...) Maintenant, pour en finir avec ceci, occupons-nous tout de même de ce rouleau. Cela me prendra encore environ dix minutes. Le rouleau! Maintenant, souvenez-vous que le Livre était scellé. Un livre du temps de la Bible n’était pas un livre à quatre angles comme celui-ci. C’était un livre comme ceci, qu’on appelait un rouleau. Combien le savent? Assurément, c’était un rouleau. (187)  Très bien. Ce Livre était scellé de sept sceaux. C’était la Bible et Il était scellé de sept sceaux. Maintenant, observez comment c’était fait. (190)  Maintenant, je vais essayer d’illustrer ceci avec ce morceau de papier. Je ne sais pas si je vais y arriver ou non… Voici la manière dont c’était écrit. Comme ceci. Il l’a rédigé, puis l’a scellé comme ceci. Il l’a fait ainsi pour chacun. Ce qui est arrivé dans chacun de ces sceaux était écrit ici autour: son héritage, ce qui était arrivé, tous ceux qui étaient tombés avant lui, et comment il était venu pour en hériter. Tout était scellé comme cela. (191)  C’est ainsi que Dieu a procédé avec Son Livre scellé de sept sceaux. Maintenant, alors qu’ils déchirent ceci, cette révélation fait tout le tour sur le dos du Livre.» http://www.branham.fr/sermons/216-Revelation_Chapter_Five_2




Dans chacune des lettres adressées aux «anges/messagers» le Seigneur termine toujours sa lettre avec une promesse «à celui qui vaincra». En soulignant cet aspect, au conditionnel, dans chacune des lettres, cela indique tout simplement que chaque lettre est un «appel aux vainqueurs» parmi les candidats qui discerneront le «Jour du Seigneur» dans lequel ils vivent et saisiront le sens de l'appel aux vainqueurs. Ceux qui vaincront, hériteront titre de «messager» pour leur Église. En aucun cas, l'appel aux vainqueurs est «une restauration progressive» de la foi apostolique étalée sur 2 millénaires. L'appel cible 7 vainqueurs, simultanément. Car le retour du Seigneur, est avant tout, le retour «de l'Esprit du Seigneur» dans toute Sa Perfection, toute Sa sainteté, tout Son Intégrité, toute Sa force dans Sa plénitude, tel qu'Il était aux jours de Paul.

  1. L'ange/messager doit être avant tout, le premier vainqueur de son Église. Cela s'applique à tous le messagers.
  2. «L'ange/messager vainqueur» se tient pleinement conscient, constamment devant Dieu. Jour et nuit.
  3. Les sept «anges/messagers» sont toujours «vus réunis», «tous les 7, ensemble» «devant» Dieu.
  4. Les sept «anges/messagers» sont saints. Ce sont de saints messagers, et ils n'ont d'autre pensée que Jésus crucifié»
  5. Le vainqueur ne peut vaincre le diable (Satan) que par la pensée perpétuelle du sang de l'agneau, et non pas à cause de son propre sang, même s'il doit mourir martyr.
  6. Le vainqueur est toujours revêtu des vêtements blancs symboliques de la pureté et de la perfection de Dieu
  7. Le vainqueur lave toujours sa robe symbolique «dans le sang de l'agneau
  8. Le vainqueur est restauré à égalité avec Jésus, son frère ainé,  (exactement conforme, rendu saint, comme son Père Céleste est saint) ), devant son Dieu. Le vainqueur combat «l'accusateur» dans sa conscience humaine, le précipite hors de ses pensées, et garde en lui la pensée de l'Alliance scellée dans le sang de Jésus.
  9. Le vainqueur a toujours devant lui, un sacrifice parfait (en la mort de Jésus) qui le restaure à la même perfection que celle de Jésus, et cette perfection divine, il la tient fermement et ne la lâche jamais. Son «ange» voit constamment «la présence de son Père» par l'Esprit.

Quand vous aurez compris ce que sont les caractéristiques spirituelles des vrais «vainqueurs» des 7 Églises, vous comprendrez pourquoi les personnages choisis par William Branham, dans l'enseignement des 7 âges de l'Église, tels qu'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther et John Wesley, ne peuvent même pas se qualifier comme «véritables vainqueurs», se tenant perpétuellement devant Dieu, revêtu du «vêtement blanc» symbolique lavé «dans le sang de l'agneau». Imaginez seulement un Martin Luther qui affirme dans ses écrits, que le livre de l'Apocalypse n'est même pas «inspiré» de Dieu! Comment pouvez-vous accorder à un personnage pareil la moindre crédibilité spirituelle pour être qualifié «d'ange/messager» conscient dans la présence de Dieu? Imaginez un Colomba d'Iona qui a consacré sa vie à faire du prosélytisme pour «remplir» ses monastères de «moines» comme lui, mettant toute son espérance spirituelle dans une auto-sanctification dans la mortification de la chair et en obéissant à des règles issues d'un monachisme ascétique rigoureux! Et vous voudriez que le personnage de Colomba d'Iona soit «un vainqueur» ? Jamais ce personnage ne s'est approché de Dieu à un milliard de milliard d'années-lumière de la vérité et du vrai Évangile!

Paul a témoigné dans Hébreux 10, verset 10, que par la volonté de Dieu, ceux qui sont appelés et qui croient, sont «sanctifiés» (rendus saints, comme leur Père Céleste est saint) une fois pour toutes!

Une fois pour toutes, n'est pas 2-3 ou 4 fois, un an, ou 10 ans ou 100 ans! Autrement dit, ceux qui croient ne se repentent qu'une seule fois, pas jour après jour, pas 1000 fois comme sous la Loi de Moise! Vous vous rendez compte? La nouvelle naissance démarre exactement au fil d'arrivée, là où ceux qui obéissaient à la Loi espéraient se rendre! En d'autres mots, leur fil d'arrivée (sous la Loi) est notre ligne de départ! Nous sommes déjà saints et parfaits! Restaurés et faits égaux avec Jésus! C'est là que le fameux passage de Jésus «Soyez parfaits comme leur Père Céleste est parfait» prend tout son sens!

Puis du verset 11 au verset 14, Paul affirme que le sacrifice de Jésus a amené «à la perfection pour toujours» ceux qui étaient sanctifiés. Qui comprend ce que cela signifie? Romains 8:29 nous confirme que Jésus est le premier-né entre plusieurs «frères et sœurs» et que par son sang et son sacrifice, nous avons été restaurés à égalité avec lui dans la présence de Dieu! Même sainteté, même perfection que celle de Jésus! Restaurés à son image! Copie conforme dans la présence de Dieu! Et à compter du moment ou une personne est vraiment née de nouveau, elle est née définitivement. Cette personne est sainte et parfaite aux yeux de Dieu définitivement. À compter du moment que la personne est réellement née de nouveau, Il ne reste plus à cette personne qu'a se «développer» jusqu'à la plénitude de l'Esprit selon Éphésiens 3; 14-19. Comment voulez-vous expliquer ce mystère à un trinitaire comme Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther ou John Wesley? Cela me met littéralement en colère de voir que les enseignements de William Branham ont berné l'Église pendant des décennies, des frères et sœurs qui cherchaient Dieu de tout leur cœur,  avec un enseignement comme les Âges de l'Église! Mais maintenant, il y a des coupes de colère qui vont être versées!


Cliquez pour agrandir


Le passage d'Apocalypse 8:2 nous montre que Jean vit les 7 «anges/messagers» devant Dieu. Ces 7 «anges/messagers» sont des hommes, vivant sur terre «au Jour du Seigneur» lequel est le même «Jour du Seigneur» dont il est parlé dans 1 Thessaloniciens 5:2 et 2 Pierre 3:10. 

Comprenez bien que le Jour du Seigneur ne s'est jamais «déroulé sur une période de 2,000 ans!, comme veut nous le faire croire, l'enseignement des Sept Âges de l'Église! Le «Jour du Seigneur» est un appel pour révéler «des véritables vainqueurs»... et un «cri de commandement» sortant d'un «nuage» va les «réveiller» et les appeler simultanément! Tout cela se passe au-dedans d'eux. Aux chapitres 2 et 3 du livre de l'Apocalypse, nous observons que ces 7 messagers livrent un témoignage, accomplissent des œuvres, peuvent souffrir et même mourir. Bien que les Écritures affirment que personne ne peut «voir Dieu», il semble que dans la vision, le Seigneur a voulu faire observer à Jean, un principe et un critère qui s'applique aux 7 «messagers/vainqueurs» des 7 Églises. C'est un détail d'une importance capitale.

Donc, dans la vision, Jean a vu les 7 «anges/messagers» devant Dieu. Ce sont les mêmes «anges/messagers» que ceux qui sont représentés dans Apocalypse 1:20 Ils sont les sept messagers des sept Églises. Dans la vision, les sept anges ont été vus tous ensemble. Il faut comprendre aussi que notre Père Céleste habite une lumière inaccessible que nul ne peut voir et ne verra jamais. De plus, la vision a montré à Jean les 7 messagers, tous réunis en même temps, alors que ces derniers ont reçu «leurs coupes de colère» et s'apprêtent à «accomplir la «colère de Dieu» Apocalypse 15:1. Cette illustration des 7 messagers, «se tenant devant Dieu», tous réunis en même temps avec leurs fléaux, indique que le Jour du Seigneur ne s'est pas déroulé durant 7 dispensations qui ont duré 2,000 ans! Tous les 7, se tiennent dans la présence du Seigneur. Il est dit qu'ils se tiennent devant Dieu, totalement conscients «de la présence de Dieu», et ils ne sont pas ignorants de ce qui se passe, et de plus, ils sont entièrement conscients qui ils sont. Il est écrit: «en eux» ou «par eux», la colère de Dieu est accomplie. L'expression «en eux» signifie qu'ils sont préoccupés par la colère de Dieu, et ils le savent. Ils exerceront ensemble la colère de Dieu Voyez-vous? Ils ne peuvent pas être les soi-disant «anges/messagers» des siècles passés, tels que : Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther, John Wesley et même William M. Branham, car il est écrit dans Apocalypse 16:1, une seule voix forte, dit aux 7 anges réunis, «Allez, et versez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu.» Apocalypse 16:1 L'ordre de répandre les sept coupes de la colère de Dieu est donné aux sept, tous ensemble, en même temps.

Ensuite, nous observons qu'il est écrit dans Apocalypse 15:8 que « personne ne pouvait entrer dans le temple, jusqu'à ce que les sept fléaux des sept anges fussent accomplis», ce qui indique clairement que les 7 «coupes de colère de Dieu» sont versées au même moment par les 7 «anges/messagers» (jusqu'à ce que les 7 fléaux fussent accomplis) et non pas, 7 fléaux répartis en 7 dispensations sur plusieurs siècles!




Note: Les liens sont soulignés en bleu     (Les hyperliens indiqués avec s'ouvrent dans une fenêtre extérieure)

Ceux qui se tiennent devant Dieu (sont dans la présence de Dieu en Esprit) le sont toujours jour et nuit. Plus personne ne peut les accuser. Ils savent qu'ils sont «rendus saints et parfaits devant Dieu» par le sang de l'agneau et qu'ils sont revêtus du vêtement blanc de la sainteté de Dieu.

Apocalypse 7:15  «C'est pour cela qu'ils sont devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui est assis sur le trône dressera sa tente sur eux ;»

C'est l'Esprit de l'authentique nouvelle naissance qui révèle à la personne qui a cru, que le sacrifice de Jésus l'a restaurée à égalité de sainteté et de perfection avec Jésus lui-même. Il serait vraiment impossible qu'il n'en soit pas autrement. Car comme les Écritures l'affirment, celui qui s'attache au Seigneur est avec Lui, un seul Esprit. Ce qui signifie simplement que «le Seigneur» est le Saint Esprit qui remplit l'Église Analogiquement, lorsqu'on affirme par exemple que le premier ministre du Canada et Justin Trudeau sont «une seule et même personne» je ne vois pas comment vous pourriez interpréter cela autrement.

Éphésiens 4:4 « Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation ; »
1 Corinthiens 6:17
« Mais celui qui s'attache au Seigneur est avec lui un seul Esprit.»
1 Corinthiens 12:11 « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. »
1 Corinthiens 12:13 « Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit

Dans les enseignements de «l'Exposé des Sept Âges de l'Église», William Branham affirme que des «pseudo anges/messagers», tels qu'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther et John Wesley, se tiennent «devant Dieu» et que ce sont eux qui «reçoivent les 7 trompettes»...Non seulement ces personnages ne «se sont jamais tenus dans la présence de Dieu» mais ils furent des agents «missionnaires» diaboliques qui diffusèrent le crédo de Nicée. Quant aux vrais anges/messagers, les Écritures stipulent expressément le fait «qu'ils se tiennent devant Dieu, et que leur esprit «est avec le Seigneur, un seul Esprit»:

Apocalypse 8:2 «Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données.»

Version de William Branham:
Prédication LES SEPT AGES DE L'ÉGLISE 54-0512 50.

« (50) (...) D'abord, c'est Dieu qui présente la Révélation de Jésus-Christ. Ensuite : Jean aux… églises qui sont en Asie : Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Celui qui est, qui était, et qui vient, et de la part de Sept Esprits qui sont devant Dieu; (51). Oh, si seulement nous avions un tableau noir ici maintenant, pour dessiner un peu, voir «Les Sept Esprits qui sont devant Dieu (52). (...) je vous donnerai le passage des Écritures en rapport avec cela. (53). Maintenant : «Les sept Esprits qui sont devant Dieu.» Ces sept Esprits étaient représentés comme les sept Esprits qui avaient été envoyés pour les Sept Âges de l'église, "Les sept Esprits qui sont devant Dieu." (...)  (55). "Il a fait de nous des sacrificateurs et des rois pour Dieu." "Nous", c'est au pluriel. Non pas qu'Il a fait de moi un sacrificateur et un roi, mais Il a fait de nous, l'Église. (56). Maintenant il adresse ceci aux sept Églises, car ce sont les sept âges de l'Église.»


Version de William Branham
Prédication Apocalypse chapitre quatre #3 (le trône de miséricorde et de jugement) 61-0108 89
« (89) Maintenant, voyons ces anciens assis sur le trône avec leurs couronnes. Commençons au verset 5: Et du trône sortent des éclairs et des voix et des tonnerres; et il y a sept lampes de feu brûlant devant le trône, qui sont les sept Esprits de Dieu. (...) « (116) Examinons ces voix qui sortent du trône.

Remarquez que devant ce Trône, il y avait sept étoiles; la Voix des étoiles.
“Des voix”, vous comprenez? Il y a quelque chose de plus dans le verset 5, nous l’avons vu: “… du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres”. Non pas une seule voix, mais DES voix, au pluriel. Qu’est-ce que c’est? C’est Dieu qui parle à l’église, Se reflétant au travers des sept Esprits. Quand le véritable oint de Dieu parle, c’est la Voix de Dieu! La rejeter, c’est ôter Sa lampe. “Des voix”, c’est la Voix des sept âges de l’Église (voyez le dessin dans le coin). Les voix parlent avec le tonnerre et les éclairs.»

Note; J'ai transcrit ces 2 citations de William Branham, juste pour vous prouver qu'il a insisté pour dire que les «7 anges/messagers» se tenaient devant Dieu (devant le trône), ce qui signifie clairement qu'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther, John Wesley et William Branham se tenaient devant Dieu, jour et nuit (leur esprit). Et c'est maintenant que vous allez comprendre à quel point William Branham a erré dans ses enseignements.

Le Protocole Divin requis pour «se tenir dans la présence de Dieu»
Avez-vous déjà rêvé de rencontrer un président, ou un roi ou une reine, et de vous demander si vous vous sentiriez mal à l'aise et nerveux(se), ne sachant pas exactement comment vous comporter ou lui adresser la parole? Habituellement, il existe des protocoles, des règles d’étiquette pour donner des conseils et éviter toute gêne.

Donc, dans le naturel de ce monde, vous devez être conscient qu'il existe des protocoles et des règles d'étiquette que vous devez suivre. Si je devais aller rencontrer le président d'un grand pays ou son premier ministre, au départ, il me faudrait une invitation à le faire. Et il est probable que quelqu'un aux côtés du premier ministre devrait m'accompagner pour le voir. Je ne pouvais pas me présenter au Parlement ou au Palais présidentiel sans prévenir et m'attendre à le voir et lui parler comme l'on s'adresse à n'importe qui. Cela ne fonctionne pas comme ça. Mais comment aborderiez-vous Dieu, le Créateur et le Souverain de toutes choses? Avez-vous appris qu'il y avait un Protocole Divin que vous devez d'abord «comprendre» et suivre parfaitement? Comme c'est le cas dans ce monde, il existe aussi un Protocole Divin pour se tenir en «présence de Dieu». Se tenir dans la présence de Dieu, ou même «prier Dieu par le Saint-Esprit», signifie que vous connaissez le Protocole Divin.

Qu'est-ce qu'un protocole (dans le sens diplomatique) et qu'est-ce qu'une «étiquette» ?
Dans ce monde, un protocole est une règle qui décrit comment une activité doit être effectuée, en particulier dans le domaine de la diplomatie. Dans les services diplomatiques et gouvernementaux, les protocoles sont souvent des directives non écrites. Les protocoles spécifient le comportement approprié et généralement accepté en matière d’État et de diplomatie, par exemple en montrant un respect approprié à un chef d’État, en classant les diplomates par ordre chronologique d’accréditation au tribunal, etc. diplomatie : protocole diplomatique - règles de l'étiquette et de préséance ;

Voici une description trouvée sur Wikipédia à propos du protocole et de l'étiquette:
«Le protocole est généralement décrit comme un ensemble de règles de courtoisie internationales. Ces règles bien établies et respectées ont facilité la vie et le travail des nations et des peuples. Une partie du protocole a toujours été la suivante: la reconnaissance de la hiérarchie de tous les présents. Les règles du protocole sont basées sur les principes de la civilité.» - «La notion d'étiquette, est d'origine française et résultant des pratiques à la cour de Louis XIV, (...) Les États de France, almanach officiel de la cour de Versailles codifiait le rôle de chaque courtisan et réglait la vie quotidienne de la cour de France du lever au coucher du Roi. (...) Le non-respect de l'étiquette, s'il est grave, peut causer le déshonneur ou, dans un cadre plus privé, mener à un malentendu ou une grande douleur, (...) Beaucoup d'inimitiés. On peut considérer l'étiquette comme la politesse minimale exigée pour éviter les principaux conflits et elle est, en tant que telle, un aspect important de l'éthique sociale. Source: Wikipédia

Voici une autre description trouvée sur un autre site Internet:
«
Le protocole désigne les usages relatifs aux activités officielles, spécialement en ce qui a trait aux cérémonies, aux relations formelles entre personnalités publiques, aux préséances, à l’usage des symboles des pays et des nations. Par extension, le protocole concerne les rapports hiérarchiques entre les institutions et au sein des institutions, les rapports entre les détenteurs de pouvoirs et les rapports que les individus entretiennent entre eux. Le protocole est normatif, il répond à des normes.»

«L’étiquette, pour sa part, a trait au formalisme des relations entre particuliers, c’est-à-dire entretenues sur une base individuelle, que ce rapport soit hiérarchique ou non. Elle est également du domaine du comportement en société. Faire présider par le chef de l’État un repas offert en sa présence est une règle de protocole, mais ne pas lui couper la parole ou encore, s’il s’agit d’un monarque, attendre qu’il s’adresse à vous pour lui parler est conforme à l’étiquette. Le premier exemple est relatif à l’exercice du pouvoir, les deux autres relèvent des règles de comportement à observer envers un personnage sujet à un traitement protocolaire. Les deux termes de protocole et d’étiquette ont tendance à se confondre. Si le protocole s’applique aux rapports institutionnels et l’étiquette aux rapports individuels, il s’agit dans les deux cas de rapports entretenus dans le contexte de la vie en public. L’étiquette est normative, elle répond à des normes.»

La parabole du banquet de mariage - de Matthieu 22
«
Jésus, prenant la parole, leur parla de nouveau en parabole, et il dit: (2) Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils (...)». « (...) et la salle des noces fut pleine de convives. (11) Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n'avait pas revêtu un habit de noces. (12) Il lui dit: Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces ? Cet homme eut la bouche fermée. (13) Alors le roi dit aux serviteurs: Liez-lui les pieds et les mains, et jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

Conclusion: Dans cette parabole, il y avait un protocole et une étiquette qui consistait d'une part à être invité, mais aussi d'avoir «revêtu» l'habit de noces. L'allégorie de l'habit de noces est également évoqué par le symbole du «vêtement blanc» que vous pouvez retrouver dans plusieurs passages, dont:

Apocalypse 3:4 «Cependant tu as à Sardes quelques hommes qui n'ont pas souillé leurs vêtements ; ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu'ils en sont dignes.
Apocalypse 3:5 Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs ; je n'effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges.
Apocalypse 3:18 « je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.»

Vous avez probablement déjà entendu une prédication sur la signification de «l'habit de noces» ou «du vêtement blanc», mais ici je vais aller beaucoup plus loin...

Dans l'allégorie des noces de Matthieu 22, les invités, lors du banquet de mariage du prince, doivent se présenter au banquet comme des invités. Or, bien que cela n'était pas mentionné au début, il y a bel et bien un protocole ou une «étiquette d'invité à un mariage» qu'il faut suivre. Les invités ne peuvent pas apparaître au banquet dans leurs vêtements de travail ou leurs vêtements de tous les jours. Et s'ils possèdent déjà un «vêtement de noces» encore faut-il qu'ils soient assurés que leur vêtement est propre et «blanchi».

Nous pouvons lire d'ailleurs un passage qui fait allusion «au vêtement blanc» des «noces de l'agneau»:

Apocalypse 7: 13-15« (13) Et l'un des vieillards (anciens) prit la parole et me dit: Ceux qui sont revêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d'où sont-ils venus ? (14) Je lui dis: Mon seigneur, tu le sais. Et il me dit: Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau. (15) C'est pour cela qu'ils sont devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui est assis sur le trône dressera sa tente sur eux » 
Note:
Jamais il n'a été question ici dans ce passage, que ceux qui ont «blanchi leurs robes, les ont blanchies dans leur propre sang, mais en disant «dans le sang de l'agneau», le passage fait référence à la pensée perpétuelle du sacrifice de Jésus.

Dans l'allégorie de Matthieu 22, ceux qui croient en l’efficacité du sang expiatoire et du sacrifice de Jésus sont revêtus de sa justice et de sa perfection, et dignes du banquet offert par le roi. Ils ont compris la nécessité de suivre le protocole royal.

Ils pourront dire avec Isaïe: «Je me réjouis beaucoup du Seigneur; mon âme se réjouit en mon Dieu. Car il m'a revêtu de vêtements de salut et m'a revêtu d'une robe de justice » (Isaïe 61:10). Cette justice divine est la sainteté de Dieu. Par le sang et le sacrifice de Jésus, nous sommes rendus saints et parfaits devant Dieu. (Hébreux 10:10, Hébreux 10:14)

Les saints de Dieu sont restaurés égaux avec Jésus. Même sainteté et même perfection que celle de Jésus. En fin de compte, le nombre de personnes vêtues de justice, dignes du banquet du roi, sera plus petit que ce à quoi on pourrait s’attendre. Comme l'a dit Jésus: «Beaucoup sont invités, mais peu sont élus » (vs. 14).

L'invitation est maintenant lancée. C'est le temps de vérifier si vous possédez le «vêtement blanc» des noces. Le véritable appel évangélique est envoyé à toutes les Églises réparties parmi les nations du monde. En effet, «beaucoup sont invités». Et pourtant, relativement peu de personnes répondront à l'invitation. Comme Jésus l'a dit: «… mais peu sont élus». Jésus a délibérément utilisé le mot «élu», afin que nous n'oublions jamais que Dieu est souverain en la matière. Bien que, de notre point de vue, nous savons que nous devons répondre au véritable appel de la trompette divine, nous devons nous-mêmes «croire et comprendre ce que signifie la robe blanche blanchie dans le sang expiatoire de Jésus» et «confesser avec notre bouche, que la pensée perpétuelle du sang expiatoire de Jésus est la clé, pour atteindre l'Esprit du Seigneur », et pourtant, Dieu est souverain dans notre décision, car c'est son Alliance entre Lui et son peuple, dont les noms sont inscrits dans le Livre de Vie. Cela pourrait sembler un concept difficile à saisir, mais sachez qu'il était prophétisé que dans les derniers jours, Dieu enverrait Michel.

Lisons dans Daniel 12: 1: «En ce temps-là se lèvera Michel, (le même que dans Apocalypse 12:7) le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple ; et ce sera une époque de détresse, telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis que les nations existent jusqu'à cette époque. En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre seront sauvés. »

Et comment seront-ils sauvés? La réponse se trouve dans Apocalypse 12:11 «Ils ont triomphé de lui par le sang de l'Agneau et par la parole de leur témoignage; ils n'ont pas aimé leur vie au point de se soustraire à la mort.»

Pour résumer le point que Jésus voulait faire comprendre dans sa parabole du banquet des noces, il voulait dire que Dieu a envoyé son agneau parfait du sacrifice pour rendre disponible «la pensée perpétuelle de la Nouvelle Alliance» dans le sang de l'agneau (qui blanchit les robes de noces) et ceux-là mêmes qui auraient dû célébrer sa venue l'ont rejeté, en se jugeant eux-mêmes indignes. En conséquence, le royaume des cieux a été ouvert à quiconque mettra de côté sa propre justice et sa propre auto-sanctification, par la foi, et acceptera la justice que Dieu fournit en Jésus. Ceux qui rejette cette parabole ont manqué le point où Jésus voulait en venir.

Au verset suivant, «Alors les pharisiens allèrent se consulter sur les moyens de surprendre Jésus par ses propres paroles.» (Matthieu 22:15). La parabole de la fête des noces est aussi un avertissement pour nous, afin de nous assurer que nous comptons seulement sur l'authentique protocole et étiquette du salut de Dieu, et non sur nos bonnes œuvres dictées par un code moral exemplaire ou sur notre propre obéissance aux valeurs «chrétiennes» que nous avons acquises. Comprenez bien que William Branham a tenté de nous faire croire qu'on pouvait réellement «se tenir dans la présence de Dieu» tels que les pseudo «anges/messagers», en pratiquant une vie de mortifications dans un monachisme ascétique rigoureux, tels que Martin de Tours et Colomba d'Iona.

Respectez le protocole divin!
Maintenant vous comprenez qu'il n'y a qu'un seul unique protocole et étiquette pour vous tenir dans la présence de Dieu. J'avertit ceux qui contestent ce que j'ai écrit ci-dessus: Si vous continuez de penser que vous êtes digne de vous tenir dans la présence de Dieu, simplement parce que vous vivez une vie honnête et exemplaire, ou que parce que vous avez accepté aveuglément tous les enseignements de William Branham, vous finirez par appeler les choses saintes «profanes» et les choses profanes «sacrées», parce que votre relation avec Dieu est devenue centrée sur ce que vous voulez faire et non sur ce qu'Il veut faire avec vous. «Par conséquent, frères et sœurs, puisque nous avons confiance pour entrer dans le lieu très saint par le sang de Jésus» Hébreux 10:19

Sinon, si votre pensée n'est pas couverte par le sang de Jésus, jour et nuit, votre accès dans le lieu très saint n'est pas accordé… Et pire, vos prières ne peuvent même pas atteindre Dieu, car la Parole de Dieu dit que nous ne prions que par le Saint-Esprit, qui est l'Esprit de Christ, demeurant dans le Saint des Saints spirituel.

Apocalypse 12:11 «Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort.»
Cliquez pour agrandir